• Post comments:0 commentaire
  • Reading time:10 mins read

Changement d’ambiance dans les Lectures Erotiques, on va passer deux semaines avec le dernier roman autobiographique d’Eve de Candaulie, Une indécente liberté, dans lequel elle nous livre son parcours et son expérience de femme libertine et candauliste qui devient maman. On sort du roman pornographique des éditions média 1000 et on passe à l’autobiographie.

Une indécente liberté, c’est le troisième roman d’Eve de Candaulie qui continue, au fil des pages, à partager sa vie et ses expériences pas forcément communes de femme amoureuse, libertine et candauliste. Là, l’expérience qu’elle nous livre, c’est celle de la maternité. De l’envie de bébé à la naissance mais aussi l’après.

Comment on conjugue maman et libertine ? La fameuse séparation entre la maman et la putain est-elle une injonction dont on peut s’affranchir ?

Une indécente liberté, quand la libertine devient maman

Eve de Candaulie a commencé à écrire pour partager ses expériences hors du commun, pour concilier, comme elle le dit, sa vie verticale avec sa vie horizontale. Tous ses romans érotiques sont totalement autobiographiques, les ressemblances avec des personnes existantes ne sont pas fortuites, tout est vrai, et vécu ! Et on peut dire qu’Eve a une vie amoureuse et sexuelle hors du commun.

Dans son premier livre, Troublante excitation, Eve nous fait découvrir son univers candauliste. Ou comment, plus exactement, le candaulisme est entré dans sa vie en même temps que son futur mari, et que depuis, bien plus qu’une préférence sexuelle, c’est devenu un art de vivre.

Le second roman, L’infidélité promise, nous raconte ce qui chez les libertins est le tabou ultime : le moment où elle est tombée amoureuse d’un amant ! Et oui, chez pas mal de libertin.e.s, il y a une règle tacite qui dit “Interdiction de tomber amoureux !”. Ben oui mais bon, ça se commande pas, et Eve est tombée amoureuse, un amour passion qui l’a faite passer par des hauts très hauts, et des bas… très bas.

Aujourd’hui, avec Une indécente liberté, Eve nous livre son expérience en tant que maman libertine. On a tous entendu parler de la fameuse dichotomie entre la maman et la putain, la vierge Marie ou Marie-Madeleine. Mais est-ce qu’on est obligée d’obéir à cette injonction ? Est-ce qu’on est obligée de choisir entre les deux ?

Podcast érotique de “une indécente liberté”

Eve de Candaulie, maman et putain

Avec son roman autobiographique Une indécente liberté, Eve de Candaulie nous partage son expérience in progress de la maternité – oui, je crois qu’une fois qu’on est maman, y a pas de date de fin à la blague, on peut pas renvoyer le petit au magasin.

Vous aussi vous trouvez ça dommage ? Perso je me suis toujours méfiée de ce plan. Tu commandes, t’es livré que 9 mois après et en plus y a aucun délai de rétractation pour les 65 ans à venir ! J’ai toujours trouvé ça louche !

A travers son autobiographie, Eve de Candaulie nous prouve qu’on peut être maman et putain, Marie et Marie-Madeleine. On n’a pas à choisir entre être mère et être une femme désirante, qui aime se faire baiser sauvagement. L’une n’enlève rien à l’autre, bien au contraire.

Eve nous parle aussi de son parcours pour devenir mère, qui n’a pas été simple. Essais infructueux pendant 4 longues années, puis passage par la PMA, les FIV, les analyses, l’espoir, les déceptions quand ça ne marche pas, et la joie débordante et en même temps craintive quand finalement, ça marche ! On peut dire qu’Eve a fait pas mal d’allers et retours dans l’ascenseur émotionnel.

Avec candeur et pudeur, elle nous livre tout de son intimité avec cette “indécente liberté”. C’est, je crois, son roman le plus personnel, celui où, au delà du partage des faits et des expériences, on accède le plus à l’intimité émotionnelle de l’autrice.

Elle le fait par touches, avec pudeur. Eve de Candaulie nous offre avec son roman “Une indécente liberté” un carnet intime de son cheminement vers la maternité, de l’envie jusqu’à la réalisation, et les premiers pas en tant que maman. Avec les joies, mais aussi l’épuisement, la saturation, les peines. Elle nous montre par l’expérience que renoncer à sa sexualité parce qu’on devient mère n’est pas une fatalité. C’est un choix. Pas toujours conscient, mais c’est bien nous qui acceptons ou pas de répondre à cette injonction, d’écouter les sirènes de la morale.

Un autre monde est possible

Je ne suis pas mère, et pourtant, l’archétype de la putain, je me le suis mangé dans la face. Logique, me direz-vous, vu que mon métier, c’est pute virtuelle. Mais ne croyez pas un instant que ça a été facile. Ne croyez pas une seconde qu’être pute, actrice porno, camgirl, c’est facile. Ni même libertine. Car on s’attaque de plein fouet à l’injonction faite aux femmes d’être des bonnes filles. Et une bonne fille n’écarte pas les cuisses. Une bonne fille n’aime pas ça. Une bonne fille n’aime pas se sentir prise, être couverte de sperme, le sexe animal et récréatif qui n’a d’autre but que le plaisir brut, sans morale, sans appartenance.

Et bien si, une bonne fille a le droit d’écarter les cuisses si elle aime ça. Une bonne fille a le droit d’aimer baiser et être baisée, une bonne fille a le droit d’adorer qu’on lui susurre à l’oreille que c’est une bonne petite pute qui avale les queues à merveille.

Notre sexualité, nos désirs et nos fantasmes ne sont ni sales, ni mauvais. Avoir et assumer nos désirs ne font de nous ni des meilleures, ni des moins bonnes personnes.
Merci à Eve de Candaulie de l’incarner “Une indécente liberté”

Par contre, le jugement et l’interdiction font de nous des êtres frustrés, aigris, qui interdisent à la Vie de s’exprimer librement en eux, et du coup, chez les autres. Ben ouais, on est partageur, surtout dans la connerie.

Alors merci Eve, de partager une autre façon de vivre, une autre vision de l’amour, du couple, de la fidélité, de la maternité. Cette vision n’est pas la vérité, ça veut rien dire la vérité, c’est juste une proposition. Eve, à travers chacun de ses livres, nous dit : oui, c’est possible de faire autrement que ce qu’on t’a appris. C’est possible de vivre ce que tu imagines secrètement. C’est pas facile, car tu affrontes les injonctions qu’on t’a répétées depuis que t’es gamine, tu affrontes ton conditionnement familial et sociétal, mais oui, c’est possible.

Le chemin vers la liberté est long, car démanteler tous les petits restes de jugement, de morale en nous est un sacré travail de fourmi. Mais oui, c’est possible.

L’avis des autres blogueurs sur UNE INDECENTE LIBERTE

Soutenez, écoutez, abonnez-vous : Soyez un Charlie’s Angels

Des liens et des bisous autour de l’Indécente liberté.

Pour ce premier extrait, j’ai choisi de vous lire un passage très cul et assez drôle, au final. Le plan cul kidnapping d’Eve de Candaulie. Y a d’ailleurs quelques conseils pratiques pour celles et ceux qui voudraient tenter l’aventure.

La semaine prochaine, dans le prochain épisode consacré au roman autobiographique d’Eve de Candaulie, je vous lirais des passages qui parlent de sexe quand on est enceinte…

D’ici là, si vous voulez vous offrir Une indécente liberté, voici les liens, et pour tout connaître de l’actualité d’Eve de Candaulie, je vous donne même son instagram ! Ouais, je suis une guedin !

OSEZ … les lectures érotiques des textes de Eve de Candaulie

Vous avez aimé ? Partagez !

Laisser un commentaire