Sexe entre femmes, “ça ne compte pas”

Allez, une fois n’est pas coutume, décryptons un peu nos idées ancrées bien au fond de la tronche sans même qu’on s’en rende compte ! Pire parfois on croit même penser l’inverse alors qu’en réalité … Le préjugé du jour : Le sexe entre femmes “ça ne compte pas”, existe encore très fort en moi. J’ai beau me dire que c’est stupide, il reste en moi une échelle de valeur aussi déplaisante que stupide. Baiser avec une femme en étant filmé je peux le faire. Baiser ou sucer un mec devant une caméra non. Auto analyse de ma dévalorisation du féminin.

Le sexe entre femmes, ça compte pour du beurre !

Tout est parti d’une discussion avec ma cop’s Cara Saint Germain (1) ! C’était en septembre, il faisait encore chaud, et on buvait un coup en terrasse pour préparer notre show lesbien sur cam4 !

Oui, moi Charlie, la reine du solo, j’allais faire un show lesbien. Cette petite aventure m’a mise face à toutes mes contradictions. Moi qui refuse des scènes porno avec des mecs, je n’ai aucun souci à faire un show lesbien.

Je ne suis pas la salope que vous croyez !

– Mais dis moi Charlie pourquoi une telle ambiguïté ? C’est parce que c’est une femme du coup ça ne compte pas ?

– Non, c’est pas ça mais c’est pas pareil en tout cas…

– Heu, oui mais non, homme ou femme, tu vas quand même baiser en cam avec quelqu’un ! Et puis, rappelles toi, tu as déjà refusé des show avec d’autres filles non ?

– Heu… Alors c’est parce que Cara et moi on est copines !

– Mouais, raison moisie vu que tu ne couches pas avec tes autres copines !

– C’est parce qu’avec Cara j’ai confiance !

– Oui ça c’est certain, je te comprends !

– Et puis son expérience d’actrice X d’une part va me permettre d’apprendre plein de choses, d’autre part ça me garantit qu’il n’y a pas de confusion. On baise ensemble en cam, mais ça n’a pas d’incidence sur nos vies respectives.

– Certes mais alors, si tu fais un film avec un acteur pro, une prod… c’est pareil non ?! Ca n’aura pas d’incidence sur ta vie…

– Ah ! “Merdre de merdre” ! Bon si je suis sincère ce qui est touché, en vrai, c’est le miroir de mon autocontemplation ! Si je couche avec un homme ou une femme  l’image que j’ai de moi est totalement différente.

On plonge le nez dans le caca de ses incohérences ma p’tite Charlie !

En fait ma plus grande peur, depuis mon petit cerveau malade, c’est qu’en faisant un film porno, je vais vraiment passer pour une salope ! Et en plus on va voir que j’aime ça !

– Heu oui mais côté réputation, c’est déjà mort ! Je te rappelle, Charlie, que tous les soirs tu t’envoies des godes à tire larigot devant ta webcam et des centaines de spectateurs ! Sans compter tes photos et tes videos de cul qui foisonnent, sur ton site mais aussi sur les réseaux sociaux !

– Oui mais c’est pour pas être infidèle !!!

– Oui mais non, mauvaise raison. Déjà parce que infidèle, tu l’as déjà été, et plusieurs fois, petite dévergondée. Et ensuite, tu es la première à dire que la webcam c’est une relation virtuelle mais bien réelle. Le plaisir pris est réel, et selon le client, l’excitation n’est pas la même, tu n’es pas la même, donc c’est bien réel !

– Bon ok ! C’est donc ma propre image interne qui me freine. La peur totalement irrationnelle d’être une salope qui se fait filmer en train de se faire défoncer !

– Pourtant si d’autres filles le font, tu ne les trouves ni salopes, ni déshonorables, ni quoi que ce soit ! Tes réticences sont donc bien de l’ordre de la folie ma p’tite Charlie

La folie de notre autocontemplation !

Désolé de te mettre l’estocade petite Charlie mais au passage, quand tu vas faire ton show lesbien, tu vas d’une part être infidèle, et d’autre part être vue et filmée en tant que « salope qui aime ça » !

Haaaaaaaaaa ! (Hurlement mêlant rage et terreur intèrieure)… Oui mais avec une fille c’est pas pareil, avec une fille ça compte pas !

Voilà la conclusion à laquelle mon petit cerveau est arrivée. Et en en parlant avec Cara, on s’est aperçu qu’effectivement, dans la pensée courante, pour 90 % d’entre nous le sexe entre femmes, ça compte pas.

Vous ne me croyez pas ? Vous avez encore des doutes ? Votre cerveau et votre morale résiste tel le string d’une jeune pucelle ou l’emballage d’une capote quand tu es complètement saoule ?  Allez, petit tour d’horizon des différentes manifestations de cette croyance insidieuse.

Le porno, ou la suprématie de la teub !

Non, mais bien sûr que non, diront certains. La preuve, c’est hyper fréquent dans les films de cul mainstream qu’il y ait des scènes lesbiennes ! Alors la je dis oui, mais non !

Bien souvent, ces scènes lesbiennes servent d’apéritif aux vraies scènes, celles où y a de la teub ! Ce qui sous entend que les scènes entre filles ne sont pas des vraies scènes. Ca compte pour du beurre, c’est pas du vrai sexe ! La véracité du sexe étant définit par la présence, ou non, d’une verge tumescente et vigoureuse.

More teub = more $

De plus, je sais de source sûre (ça a des avantages d’être copine avec une ancienne actrice X) que les actrices sont moins payées sur des scènes lesbiennes. Ben oui, comme c’est pas du vrai sexe, on va pas te payer autant que si tu t’enfilais une vraie bonne queue ! Le top de la rémunération étant d’avoir une queue dans le cul ! Bon après, si on multiplie les queues… le salaire augmente aussi !

Mais je t’entends, cher lecteur. D’un coup tu te dis “oui mais c’est normal, c’est quand même plus souple pour l’actrice si elle ne se fait pas démonter par un de ces valeureux étalons piqué aux hormones ou nourri au cialis” – et oui, c’est ça aussi le secret d’une érection sur commande pendant 5 heures…

Heu… Vous avez déjà regardé un film “entre filles” ? Alors certes, il y en a des tout gentil et des tout mignon, comme d’ailleurs dans les films porno hétéro (les films – chiants – d’Andrew Blake (2) par exemple). M’enfin il existe aussi des films 100% “sexe entre filles” super trash !  Et ce n’est pas une minorité ! J’ai en mémoire un film, “l’humiliation d’Aurora Snow par 6 filles” (3), où c’est pas vraiment en mode bisounours tout ça !
Et puis j’ai un gros doute sur ce qui est le plus “reposant”. Se prendre une, voire deux bites, ou se faire fister la chatte pendant qu’une autre nana te défonce le cul avec un gode ceinture énorme ? En plus, là où le mâle est plus ou moins freiné par la contrainte de ne pas éjaculer, un gode ceinture, lui, … il peut tenir des heures !

Zob for the job !

Autre illustration de mon propos, j’ai été contactée il y a peu par J&M pour participer à un film X Elite. Le contact est super cordial, chaleureux, en gros parfait. J’ai le choix entre une scène solo, une scène lesbienne ou les classiques scènes avec un ou plusieurs hommes. L’attaché de production me laissant choisir, je penche vers la scène lesbienne qui me branchait plus pour diverses raisons.

Et là, oh surprise, le mail suivant dit : Ok pour une scène lesbienne, par contre y aura forcément un mec dedans. C’est dans le cahier des charges de J&M, on ne peut avoir deux femmes sans un homme.

Ben là au moins c’est clair ! Sans braquemart à l’écran, point de salut ! Les scènes lesbiennes sont tellement mineures qu’on les fait carrément disparaître !

Bon, ok, vous me direz que c’est pour des raisons de rentabilité. C’est vrai, les principaux consommateurs de films porno mainstream sont des mecs hétéro (voir à ce propos l’article sur le porno fait pour les actifs). Et le papouillage entre filles, c’est sympa deux minutes, mais c’est quand même vachement mieux avec un mec. Un mâle, un vrai, un héros sauveur de l’univers et des minettes abandonnées, qui satisfait, les doigts dans le nez et la bite dans la chatte, toutes les femmes du monde… Oh oui RoccoCo, sauve moi ! (désolée je l’aime pas)

Petite parenthèse à propos de ce fantasme tellement commun qu’il en devient insignifiant.

Oh les mecs, réveillez vous ! Descendez du petit nuage rose sur lequel on vous a élevé ! Les femmes sont multi orgasmiques ! Je peux tenir trois heures non stop en ayant un orgasme toutes les 20 minutes ! Quel mec, soyez honnêtes, sans prendre de substance, peut faire ça tous les jours en bossant à côté ? Toi ? … MDR !

Mais bon, revenons à nos moutons, ou plutôt à nos moutonnes. Ah les moutonnes, qui broutent paisiblement le gazon ! Oui, elle était facile !

Le porno avec SA bite … ou avec une fille

Donc, admettons que ce ne soit qu’à cause d’une contingence économique et productive que les scènes lesbiennes soit reléguées au rang de mise en bouche. Le vrai sexe, le pur, le dur, celui qui fait dresser les queues et mouiller les petites culottes impliquant automatiquement une bite. Admettons.

Mais alors quid des actrices X qui ne tournent qu’avec leur mec … ou des filles ?

Ca laisse sous-entendre que coucher avec une fille, ce n’est pas « tromper » son mec. Si tu couches avec une autre fille ca ne prête pas à conséquence. Ce point de vue étant valable autant pour le mâle que pour la femelle humaine.

Ca veut aussi dire que, quelque part, le mec et sa teub font peur, alors que la fille douce et gentille rassure. En plus ne nous leurrons pas, s’il n’y a pas d’autres hommes, votre homme lui, n’a pas vraiment de concurrence. Son honneur viril est sauf ! Notre honneur de “madame salope” l’est aussi.

Les deux grands préjugés sexistes de merde ont décidément la vie dure. Une femme c’est synonyme de douceur, de délicatesse, de grâce, ça a les cheveux longs avec des fleurs dedans, la voix douce, ça ne se met jamais en colère mais par contre ça pleurniche souvent. Alors qu’un homme c’est rustre, compétiteur, agressif, ça parle fort, c’est autoritaire et ça ne pleure jamais !

Les filles c’est gentil et les garçons c’est messant ! Les garçons c’est fort et courageux, les filles c’est faible et nul ! Ah les bonnes vieilles représentations erronées ont la vie dure !

Et elles s’immiscent dans la vie et sous la couette de chacun d’entre nous !

La bisexualité so fun des clubs libertins !

Et oui, le paradigme du sexe entre femmes qui ne compte pas n’est pas limité au porno ! Il est général ! Même chez les libertins ! Bon, on pourrait se dire que dans le monde libertin, toute gravité est enlevé au sexe, et pour le coup, baiser avec un homme ou une femme est mis sur un pied d’égalité. La liberté quoi …

Ok, soit. Mais alors pourquoi est-ce qu’une très grande majorité de clubs libertins organisent des soirées couples, réservées aux couples, et… aux femmes seules ? Qu’est-ce que les femmes seules viennent foutre là ? Soit on fait une soirée couple, et comme son nom l’indique y a que des couples. Soit on fait une soirée libertine, avec des couples, des hommes et des femmes seul.e.s, non ?

Ou alors serait-ce pour rappeler que l’être féminin, dans sa totale perfection, se suffit à elle même pour former un couple ?

Ou bien serait-ce un autre moyen de flatter l’ego pénien et de nourrir le fantasme de la bite salvatrice capable de satisfaire toutes les chattes du monde ?

Faut penser à satisfaire Monsieur, c’est lui qui paye ! Et oui, libertinage ne veut pas toujours dire liberté et affranchissement des bons vieux modèles de pensée. Ou alors, ça valide le fait qu’une femme en sus, mais qui suce, ça ne compte pas ! C’est juste un accessoire de plus pour le couple, quoi ! Auquel cas, adieu perfection et complétude… La femme seule n’est qu’un faire valoir du couple, vaut même pas un nombre entier !

Pour ceux qui veulent découvrir les aspects chauds et d’autres plus refroidissant des nuits libertines je vous conseille vivement l’article d’Emmanuelle de Paris Derrière sur les tabous du libertinage (4). Comme souvent chez elle c’est simple et clair.

La bisexualité pour hétéro

La logique des clubs libertins / échangistes est bien de valider le “coucher avec une autre femme, ça ne compte pas !” C’est la logique des clubs, mais aussi des gens qui y vont ! S’émoustiller entre filles devant des mecs, ça ne signifie rien. Baiser avec une fille, c’est pas vraiment baiser, tout au plus un gentil touche pipi. Heu, là tu as quand même toute ta main dans mon cul demoiselle !

Attention, par contre, si dans le couple le mec s’enfile une autre meuf, là d’un coup ça compte déjà plus. Oui, mais … il y a une teub dans l’équation, donc ça devient valable !

La bisexualité féminine est fun. C’est pas vraiment du cul mais plus un outil de brachouillage. Voir à ce sujet le témoignage de Sagace, toujours chez Emmanuelle de Paris Derrière (5). Je ne dis pas que le cul doit être grave, loin de là, je pointe juste du doigt cette négation de la dimension sexuelle dans la plupart des relations bisexuelles « public ». Et oui, car on se met en scène. On galoche une autre meuf, pas tant par envie que pour exciter l’homme ! Ca devient une parade nuptiale, une arme de séduction. Et pas que dans le milieu libertin, d’ailleurs. C’est assez répandu chez nos ados.

Bon par contre ça marche pas avec la bisexualité masculine. Ouais non, faut pas déconner là! Parce que ça c’est grave ! Ca ça compte triple dans le monde de l’horreur !  Et c’est valable, encore une fois, autant aux yeux des mecs qu’à ceux des nanas !

« Je vais quand même pas rouler une pelle à un mec, ou pire le sucer ou me faire mettre un doigt ! J’suis pas une tafiole moi ! » se disent la plupart des mecs. « Ahya ! Mon mec qui se tape un autre mec, mais en fait c’est une fiote mon mec ! Comment je peux le respecter maintenant ! » se disent la plupart des femmes …

Finalement, la peur des mecs d’être des “sales pédés” fait bon ménage avec la sacralisation du zboub de la part des femmes. Donc la bisexualité c’est fun, et c’est finalement pas du sexe, quand elle est féminine bien sûr !

Le sexe entre femme, sans le fantasme

Oui, là vous vous dites, ouais d’accord, mais moi je suis pas libertin.e, donc je vois pas en quoi ça me concerne. Et c’est là que j’adore voir à quel point on est tous aligné sur plus ou moins la même pensée et la même morale. Trouver sa propre vision du monde, hors de tous les schémas pré pensé et pré convenu ben c’est du taf !

Allez c’est un cas super facile, qui est, je pense, applicable dans 80% des couples hétérosexuels chrétiens non pratiquants. Petite mise en situation. Une femme rentre chez elle, l’air un peu gênée elle déclare, tremblante à son conjoint : “Mon chéri, mon coeur, amour de ma vie et astre de mes jours… En général, quand ça commence comme ça, c’est que derrière, ça va pas sentir bon…

“mon chéri, blablabla, je t’ai trompé !”

Tadadan ! Là le mec découvre soudainement ce que fait vivre la ménopause pendant 1 à 2 ans à beaucoup de femmes : les montées de sang, les palpitations et des bouffées de chaleur à rendre jaloux le Vésuve. Juste avant qu’il se mette à hurler, sa femelle lubrique rajoute :

« avec Nathalie, la fleuriste devant chez tata Josie ! » Hop, renversement de situation intégral ! Le sang qui affluait en masse vers le chakra coronal est maintenant totalement localisé dans le chakra sacré et le muladhara. Un saxophone mièvre autant que virtuel transforme la scène en film érotique de M6.

9 fois sur 10 dans la tête du mec, ça donne ce genre de phrases : “Ah ouais, charmante la fleuriste ! Mais dis moi, petite dévergondée, cela fait longtemps que tu vas tondre la pelouse de la fleuriste ? Je pourrais venir regarder ?”. Oui, vous restez des zommes, vous êtes pas hyper fins quand même.

Et hop, le tour est joué, fin du drame conjugal. Après la dulcinée va subir des insinuations plus ou moins fines pour lui faire comprendre que bon, ok elle couche avec quelqu’un d’autre que lui et que donc, c’est normal qu’il en profite.

Le sexe entre femme c’est peanuts … dans tes rêves.

Voilà la parfaite illustration de mon propos. Sauf que ça, c’est dans les rêves. Dans la vraie vie, si la nana tombe amoureuse de ladite fleuriste, elle va se barrer avec elle ! Et le mec va se retrouver comme un con. Car face à une femme, il n’aura aucune arme pour lutter ! (cf Ross dans friends)

Et oui, derrière cette illusion de la bite salvatrice se cache insidieusement la certitude qu’une bisexuelle ou une lesbienne, serait soit une frustrée, soit une nana qui n’a pas encore connu le vrai plaisir d’une bonne bite ! Les fameuses réflexions du genre « ouais mais il doit te manquer un truc ! ».

La certitude que la bite est le secret de la véritable jouissance ! Certitude partagée par bien des femmes.

Ce qui est drôle quand on pense que beaucoup de femmes sont beaucoup plus clitoridiennes que vaginales, voire n’ont jamais connu le plaisir vaginal pendant une pénétration avec un mec !

Moi Zartan (6) ! Toi, pétasse, Jane !

Ce qui, encore planqué un peu plus en dessous, nous ramène à cette bonne vieille croyance judéo chrétienne qui veut que l’homme soit supérieur à la femme ! Supérieur, plus important, essentiel … Au passage vous avez sans doute remarqué que Jésus sous son string il a un braquemart et pas une fente… JDCJDR

Alors je ne dis pas qu’il faut toutes devenir lesbiennes ! J’aime trop la bite pour pouvoir dire ça ! Je crois par contre qu’aujourd’hui il est temps de mettre nos actes en accord avec nos discours. Nous couchons avec des humains avant de coucher avec un sexe ! N’en déplaise à ma morale personnelle et à toute les vieilles et vieux bigots intérieurs on peut coucher avec qui on a envie. Et si on a envie d’allumer des mecs en roulant des pelles à sa copine, mais faisons le !

Je viens juste pointer du doigt cette croyance, ce paradigme que le sexe entre femmes, ça ne compte pas ! Et surtout je viens titiller chez moi, et peut être chez vous, nos contradictions les plus planquées !

Comble du paradoxe et de mon n’importe quoi : Je ne fait pas de film avec des mecs … parce que j’adore la queue ! Logique, quoi !

Et bien mes ami.e.s, on a encore du taff sur la déconstruction de nos idées et croyances préconçues ! Et y a encore du boulot quant à la représentation qu’on a de l’homme et de la femme ! Pour ma part je ne vous garantis pas que Lundi prochain je tournerai dans un film avec 12 bites autour de moi mais cet article me servira au moins de base de réflexion pour essayer d’accorder ce que je veux être avec ce que je m’autorise à être … Pas facile

Allez, bon fumage de cerveau à toutes et tous, et des bisouxxxx !

Spécial kiss @

Cara Saint Germain pour cette soirée et ces échanges. @ Emmanuelle de Paris Derrière pour la qualité de ces articles. Ils sont suffisamment neutres pour me laisser réfléchir et assez bien écrit pour me donner envie d’en lire plus (et de rencontrer soumis tutu).

Liens & autres infos

(1) Le site de Cara Saint Germain

(2) Delirious de Andrew Blake

(3) Violation of Aurora Snow

(4) Les Tabous du libertinage – article 1 & article 2 sur Paris Derrière

(5) Le témoignage de Sagace sur Paris Derrière

(6) Les aventures de Zartan fait référence à un spectacle de Mr Jérôme Savary et du Magic Circus … respect !

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des
Guillaume Servos
Invité

Merci pour ce très bon article qui fait vraiment réfléchir. J’aime beaucoup ton écriture.

Fermer le menu