• Post comments:0 commentaire
  • Reading time:11 mins read

Second opus de l’interview avec Cybèle Lespérance. On aborde maintenant le travail du sexe sous l’angle légal, puisque Cybèle est une militante TDS « pro-droit » mais on va aussi parler des « châtiments » moraux ou légaux qui sont imposés à cette partie des travailleurs indépendants. Une vidéo et un podcast pour éclairer notre lanterne et mettre à mal, une fois de plus, nos préjugés et fantasmes sur un métier qui subit des contraintes et des délires qu’aucune autre profession libérale ne supporterait.

En général je ne suis pas une grande fan des « militants » trop d’émotionnel, trop d’emportement, pas assez de pédagogie, du coup les propos de Cybèle Lespérance me touchent au plus haut point. La belle Canadienne s’exprime avec fermeté mais sans pathos, puritanisme ou angélisme à propos des métiers utilisant le travail du sexe.

Son crédo : puisqu’on est une profession légale, qui paye ses impôts, qui est déclarée à la chambre des métiers nous avons le droit, comme les autres travailleurs indépendants à des droits autres que celui de longer les murs et fermer sa gueule. C’est simple, logique, dépassionné et pour moi c’est le meilleur vecteur pour se faire entendre et comprendre par une plus grande partie des autres travailleurs qui ne connaissent le travail du sexe qu’à travers des médias qui sont 9 fois sur 10 soit puritain soit misérabiliste.

Le premier épisode de cette interview vidéo / podcast autour du travail du sexe est consacrée à l’aspect accompagnante sexuelle de Cybèle Lespérance.

ATTENTION ! Si vous êtes pressé, si vous voulez des raccourcis de la pensée cette vidéo n’est pas pour vous !
On va sortir des interviews faciles de 5 min ou la pensée est systématiquement amputée et déformée pour laisser à Cybèle Lespérance le temps de dérouler son point de vue, sa vision de personne concernée par le travail du sexe en 2021 en France.

Par manque de temps, je n’ai pas encore corrigé ce texte, promis, juré, craché, je le fais au plus vite. Merci de votre indulgence (en même temps, vu ce que je suis payée…)

Travail du sexe pro-droit c’est quoi ? le militantisme de Cybèle Lespérance

Avant d’aller plus avant dans cette interview autour du travail du sexe PAR une personne concerné POUR les personnes qui ne le sont qu’indirectement il me semble utile de planter le décor et en l’occurrence de présenter mon interlocutrice. « Mad-moiselle » Cybèle Lespérance est canadienne ou elle a été aventurière, avis perso c’est toujours un peu le cas, autrice d’un livre et escort notamment auprès d’un public qu’on peut dire « désocialiser ».

Si je ne fais pas d’erreur lors de son arrivé en France elle a arrêté son activité en lien avec le travail du sexe pendant deux ans avant de reprendre le métier d’escort et d’accompagnante sexuelle en plus de ses responsabilités auprès du syndicat des travailleurs sexuelle le STRASS ou elle occupera dans un premier temps la fonction de secrétaire.

Militante et perturbatrice dans l’âme Cybèle Lespérance affiche et revendique clairement son métier de travailleuse du sexe avec un superbe tee-shirt « Girl friend experience for 200€/h » dont elle se sert pour revenir à ses premiers amours celui d’éducatrice et « d’explicatrice » de ce que sont les métiers du travail du sexe mais aussi qu’est ce que la « vrai » vie des TDS.

La ou certain.e.s choisissent d’arranguer et, avis perso, de mettre de l’huile sur le feu, dans un débat déjà très inflammable, Cybèle opte pour le pas de coté et pour la mise en avant de la loi et du droit. Les militants anti prostitution et anti pornographie (que je me refuse de nommer abolitionniste) veulent que le débat aillent sur la morale et l’émotionnel ?

Sortons en et rappelons à tous le monde que, comme tous les métiers, les travailleurs et travailleuses du sexe sont des humains avec bien sur des devoir, mais aussi des droits et que si la loi est injuste, aberrante ou oublieuse, comme dans tous les métiers, c’est la loi qui doit changer et non pas celles et ceux qui la subissent.

travail-du-sexe-est-un-travail

Le travail du sexe est un travail ! Première partie

Dans la première partie de cette interview vidéo / podcast nous allons commencer par la base : C’est quoi un ou une TDS, travailleurs du sexe ? Un petit détour historique et l’apparition du mot et de l’acronyme pour dévier sur la réalité d’aujourd’hui, les différents métiers depuis la « tapineuse » jusqu’à la camgirl sans oublier la branche artisanat … Car oui la vente de culotte utilisées rentre, d’après le droit français, dans le cadre de l’artisanat !

Une fois passé cette petite coquetterie du droit français et de quelques anecdotes de « la vie normale » d’une travailleuse du sexe Cybèle Lespérance va nous emmener dans les méandres et les aberrations des lois anti prostitution. C’est tout le pan militant et porte parole du STRASS qui s’exprime et vous verrez que, comme souvent, quand on demande au gens sur le terrain ce qui va pas… les réponses abondent !

Nous aborderons aussi les nouveaux moyens de pression, de stigmatisation et de censure actuel, à travers les réseaux sociaux bien sur mais surtout à travers les banques qui depuis quelques temps se lancent dans une croisade morale contre la pornographie et le travail du sexe en général.

Au passage je rappellerais que sur les lois AVIA / ROSSIGNOL ou la loi anti proxénétisme il n’y a pas que le TDS indépendant.e.s et libres qui sont touché.e.s. Pour s’en convaincre il suffit de lire les rapports alarmants de MEDECINS DU MONDE et de 11 autres associations…

Quand tu veux vendre du contenu X sur internet en plus des 24.5% que tu dois donner à l’Urssaf chaque mois il te faut rajouter les 50 à 75% que prennent les plateformes ou les 15% prélevés sur chaque transaction qu’imposent les très rares organismes « paypal like » puisque celui ci, comme 95% de ses collègues, interdit purement et simplement tout contenu adulte.

Il y a aussi la taxe porno sur la réalisation des films X non ? Oui oui tout à fait sans parler de la distribution …

manifeste-feministe-pro-droit-tds

Travail du sexe & féminisme pro-droit. Le droit à être reconnu et à disposer de sa vie !

C’est le second volet de cette interview vidéo / podcast avec Madame Cybèle Lespérance. Toute la réflexion sur l’acte de vendre son corps, sur le droit ou non de disposer de SA vie.

Ici encore quelques précisions en relation au droit, à ce que dit déjà la loi, et à ce qu’elle devrait dire si nous sommes dans l’optique d’une justice sociale associant solidarité et liberté. C’est une partie importante, hors du militantisme de corporation. Notre manière de traiter et de considérer les professionnels du travail du sexe est un reflet direct de notre manière de voir et de concevoir les humains et la société.

Je vous met quelques phrases du manifeste féministe dont parle Cybèle Lespérance dans l’interview

Féministes de mouvances diverses, nous proclamons notre solidarité envers tou·te·s les travailleur·se·s du sexe. Nous affirmons qu’elles et ils ne sont en aucun cas coupables, délinquant·e·s, déviant·e·s, amoral·e·s ou déchu·e·s…

Le féminisme pute n’est pas un oxymore. Le travail du sexe s’inscrit dans le combat pour la reconnaissance du travail des femmes, gratuit, sous-évalué ou sous-payé, exploité dans les structures hétéropatriarcales domestiques : travail reproductif, travail émotionnel, partage des tâches ménagères, travail du care, etc. 

Reconnaître le sexe comme un travail exigeant une compensation matérielle ou financière explicite visibilise le travail sexuel, la séduction et la performance de la féminité fournis gratuitement dans les structures transactionnelles traditionnelles de l’hétéropatriarcat. Nos relations intimes et les institutions telles que le mariage n’échappent pas aux contraintes du capitalisme…

manifestefeministe.fr

Regardez cette vidéo sur PEERTUBE ou si vous êtes “so 2020” et que vous adorez donner des infos sur vous et financer les GAFAM, vous pouvez aller sur YOUTEUB

PLAYER ALTERNATIF

Si vous voulez être « un.e allié.e » des putes, escort, actrices/teurs porno, camboy/girl et autres professionnel du travail sexuel Cybèle Lespérance vous donnera quelques conseils, car malheureusement parfois en croyant bien faire, en étant pétri de bonnes intentions on peut aussi envenimer le débat et blesser celles et ceux qu’on voulait soutenir.

A titre personnel je vous conseillerai juste de parler, de parler de cul, de votre vision de la sexualité, de partager des articles sur le travail du sexe mais aussi sur la masturbation, le squirting, le dirty talk ou que sais je : il est temps de sortir la sexualité de la honte qu’on veut lui imposer. C’est aussi ça être un.e. allié.e, juste OSER PARLER !

Maintenant je voudrais, profondément et sincérement remercier Cybèle bien sur du temps qu’elle m’a accordé et pour sa détermination mais aussi tous les humains que j’ai pu rencontrer au putains de rencontres 2019 et qui m’ont fait un bien fou et m’ont permis d’assumer mon choix de profession que je n’ai jamais regretter. Comprendre que « non je ne suis pas seule » fut vraiment une grande aide. MERCI !

Je voudrais aussi remercier aussi toute celles et ceux qui osent, veulent, assument avec plus ou moins de faciliter leur profession de travailleur sexuel. Il faut un sacré courage pour faire ce métier et encore plus pour l’assumer. J’en profite aussi pour remercier au delà du travail du sexe, celles et ceux qui partagent, commentent, avec plus ou moins de finesse et d’élégance leur soutien pour une sexualité moins morale, moins normalisante et moins triste.

En ces temps ou il ne fait pas bon être hors de la norme socialement con-venable : BRAVO à nous et comme on dit en provençal LONGO MAÏ !

Soutenez, écoutez, abonnez-vous : Soyez un Charlie’s Angels

Liens & infos sur le travail du sexe et le féminisme pro-droit

Cybèle Lespérance. Vous trouverez une multitude d’informations, d’autres interviews sur son arbre de lien allmylinks

Lisez et signez le MANIFESTE FEMINISTE pour une prise en compte de tous les acteurs/trices de notre société y compris les travailleurs oeuvrant dans les métier du sexe.

MEDECINS DU MONDE une ONG qui dénonce les dégats des lois de 2016 sur la pénalisation du client.

Association APPAS : a pour mission de faire entendre la voix des personnes « handicapées » souffrant d’isolement et de misère affectifs et sexuels et de leur permettre d’accéder à l’expérience de l’exploration et de la découverte de leur corporéité à travers l’écoute, le toucher, les massages, les caresses et, si c’est leur choix et leur demande, par l’accompagnement sexuel.

PROJET JASMINE est un programme fondée par MEDECINS DU MONDE pour aider à lutter contre les violences faites aux travailleur(euse)s du sexe dans leur activité. « La prostitution n’est pas interdite en France. Vous n’avez pas à subir de violences.Dénonçons-les. » Une appli d’alerte et d’informations est disponible

Vous avez aimé ? Partagez !

Laisser un commentaire