• Post comments:0 commentaire
  • Reading time:8 mins read

Je continue mon exploration des Putain de métiers avec ma rencontre de Cybèle Lespérance une humaine qui exerce le métier d’accompagnante sexuelle, un des nombreux métiers « qui n’existent pas » auprès d’un public « qui n’existe pas » non plus. Cette semaine on parle donc putes, handicaps et sexualité en demandant, pour une fois, à une personne directement concerné qu’elle est sa vision de l’activité d’accompagnante sexuelle.

Pourquoi ce choix, qu’en a-t-elle appris, comment le vit-elle. Le but n’est certainement pas le coté crapouilleux qu’affectionnent certaines émissions mainstream mais de vous informer en espérant déconstruire certaines croyances « angéliste » ou « maléfiste » sur les travailleurs du sexe mais aussi sur les « poooooovres » handicapés.

ATTENTION ! Si vous êtes pressé, si vous voulez des raccourcis de la pensée cette vidéo n’est pas pour vous !
On va sortir des interviews faciles de 5 min ou la pensée est systématiquement amputée et déformée pour laisser à Mademoiselle Cybèle Lespérance le temps de dérouler son point de vue, sa vision de personne concernée au premier plan sur deux sujets qu’on invisibilise ou qu’on caricature trop souvent, la sexualité des personnes dites handicapées et des travailleurs et travailleuses du sexe. On est parti pour deux épisodes de 55 minutes un minimum à mon avis pour parler d’un « putain de métier »

Par manque de temps, je n’ai pas encore corrigé ce texte, promis, juré, craché, je le fais au plus vite. Merci de votre indulgence (en même temps, vu ce que je suis payée…)

Cybèle Lespérance, l’accompagnante sexuelle qui vous fait voir la vie en rose

« Mad-moiselle » Cybèle Lespérance est canadienne, elle a un sourire grand comme un soleil, un caractère bien trempée et un coeur aussi gros que notre manque de considération et de tolérance envers les travailleur.se.s du sexe et les personnes atypiques. Elle a les cheveux rose, les sourcils rose et parle sans tabou de ses rapports au sexe, à la maladie, à la vie.

Mais Cybèle Lespérance n’est pas qu’assistante sexuelle, comme je disais avant de la rencontrer, c’est aussi une travailleuse du sexe « standard », une des portes paroles du STRASS, le syndicat français des travailleur.se.s du sexe (TDS) dont je vous ai déjà parlé et une féministe pro-droit. Mais tout ça on le développera avec elle dans la seconde vidéo. Cette semaine on parle des sujets qui fâches et d’humains qu’on ne veut pas voir : les handicapés et les prostitués.

Cybèle ose le combo en tant que travailleuse invisibilisée de s’occuper de ceux qu’on se cache et qui, bien souvent, ce cache eux même, les handicapés. Car c’est peut-être simplement ça le travail d’accompagnant.e sexuelle : prendre soin et aider des humains à créer de nouveaux chemins vers le Plaisir, car figurez vous que les atypiques physique ont une libido ! Incroyable non ?! Ils ont aussi des envies, des pulsions en bref ils ont une sexualité comme la majorité des humains sur cette terre !

Sans angélisme, sans discrimination positive, sans manichéisme et malgré la loi, nos visions partiales et tronquées Cybèle Lespérance essaye juste de faire une partie de son taf qui est d’apporter du plaisir à d’autres humains. Je n’ai toujours pas compris en quoi c’était répréhensible, en quoi ce n’était pas réellement humaniste. L’argent me direz vous ? Ben vous avez déjà essayé de payer votre loyer en humanisme et en générosité vous ? Pas sur que votre proprio le vive bien.

Accompagnante sexuelle ce que dit la loi :

Le rôle de l’accompagnement sexuel, c’est permettre à la personne en faisant la demande d’avancer dans son processus d’apprentissage ou d’exploration de la sexualité, avec ses essais et ses erreurs.

Laccompagnement sexuel d’une personne en faisant la demande est un espace de recherche, de découverte, d’acquisition d’expérience et de cartographie de son corps pour apprivoiser ses sensations et ses possibilités !

L’accompagnement sexuel et la loi française

Est-ce que l’accompagnement sexuel est autorisé ou interdit en France ? Y-a-t’il une exception pour les personnes en situation de handicap ? Est-ce que c’est de la prostitution ?

La Convention relative aux droits des personnes handicapées des Nations Unies (article 23 et 25) reconnaît aux personnes handicapées le droit de se marier, d’avoir des enfants, d’avoir accès à l’information à l’éducation en matière de procréation et de planification familiale. Le texte précise que les moyens nécessaires à l’exercice de ces droits doivent être fournis ;

En France, la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées instaure la notion de compensation des conséquences liées au handicap : « La personne handicapée a droit à la compensation des conséquences de son handicap quels que soient l’origine et la nature de sa déficience, son âge ou son mode de vie » (article 11).

La sexualité n’est pas mentionnée de façon explicite, c’est sur cette notion de compensation que les défenseurs de l’assistance sexuelle se basent pour légitimer, d’un point de vue juridique, la mise en place de l’accompagnement sexuel dont le but est de permettre l’accès à ce droit fondamental.

On est donc face à un paradoxe. D’un coté le respect d’un droit fondamental et des moyens nécessaires à ce respect et de l’autre coté la loi de pénalisation du client et la loi anti proxénétisme qui dit qu’à partir du moment où l’accompagnement est « sexuel » et qu’il est rémunéré, c’est de la prostitution…

cybele-lesperance-accompagnement-sexuel

Cybèle Lespérance, travailleuse du sexe et accompagnante sexuelle, L’interview vidéo

Alors comment ce passe tout ça dans un monde ou la faille est interdite ? Quelle relation physique, mentale et émotionnelle est-il possible de mettre en place dans un monde affolée par la maladie et pétrie d’hygiénisme et de puritanisme ? Comment vit-on la défaillance, l’incontinence, la méchanceté, la « difformité » dans un monde ou la différence et l’atypisme sont montrés du doigt ou pire caché tel le sein que Tartuffe refuse de contempler ?

Regardez cette vidéo sur PEERTUBE ou si vous êtes “so 2020” et que vous adorez donner des infos sur vous et financer les GAFAM, vous pouvez aller sur YOUTEUB

PLAYER ALTERNATIF

J’ai voulu m’adresser à celles et ceux qui passent du temps sur les sites d’escort sans oser passer le pas et leur dire « avec moi tu peux oser, je suis indépendante et j’aime travailler avec des gens comme toi, je pense que je peux t’apporter quelque chose… ».

Je trouvais plus simple d’aller vers des gens qui m’attirent parce que je suis coeur d’artichaut et que je souffrais d’être juste un instrument pour acquérir de l’expérience.

Cybèle Lespérance

Dans l’épisode suivant de cette rencontre, qui sortira la semaine prochaine, on va un peu mettre de coté la partie accompagnement sexuel de Cybèle Lespérance pour en savoir plus sur ce que regroupe l’acronyme TDS, travailleur du sexe, et sur le coté militant pro-droit de notre belle Canadienne.

Soutenez, écoutez, abonnez-vous : Soyez un Charlie’s Angels

Liens & infos sur l’accompagnement sexuel

Cybèle Lespérance. Vous trouverez une multitude d’informations, d’autres interviews sur son arbre de lien allmylinks

Association APPAS : a pour mission de faire entendre la voix des personnes « handicapées » souffrant d’isolement et de misère affectifs et sexuels et de leur permettre d’accéder à l’expérience de l’exploration et de la découverte de leur corporéité à travers l’écoute, le toucher, les massages, les caresses et, si c’est leur choix et leur demande, par l’accompagnement sexuel.

PROJET JASMINE est un programme fondée par MEDECINS DU MONDE pour aider à lutter contre les violences faites aux travailleur(euse)s du sexe dans leur activité. « La prostitution n’est pas interdite en France. Vous n’avez pas à subir de violences.Dénonçons-les. » Une appli d’alerte et d’informations est disponible

Vous avez aimé ? Partagez !

Laisser un commentaire