• Post comments:0 commentaire
  • Reading time:9 mins read

Petit intermède musical cette semaine avec l’interview de Olivier Parent autour de la photographie érotique et de la création d’une image sensuelle ou carrément pornographique. On continue l’exploration des putains de métiers avec un des maillons clés dans la fabrique de la culture érotique ou pornographique : le photographe de charme. Olivier Parent n’est pas photographe « PRO » mais « viscéralement Amateur », avec un grand A, ce qui, pour moi, n’exclut pas le talent, bien au contraire !

Alors oubliez de suite les photos viandardes de pacholles béantes photographiées par le smartphone de monsieur et éclairées aux néons. Oubliez aussi le style J&M, Union ou même celles qui faisaient le gras des magazines LUI ou NEWLOOK. Avec Olivier Parent vous aurez des trous, des godes, des bites et des chattes, mais avec un petit supplément d’âme, une petite finesse, un truc qui fait que t’as presque envie de mettre ça en 4 par 3 dans ton bureau d’expertise comptable… si tu avais un peu de « cojones » en rab.

Une putain d’interview, donc, sur la photographie érotique à travers le point de vue d’un de ses acteurs, un de ses artisans. On est là pour parler création photo, fabrication d’une image et de sa propre image, après tout un peu d’intellectualisation de l’érotisme ne nuit pas ! Ouais, je suis aussi snob en photo de cul qu’en bouffe, j’assume, du coup quand on aime, on va voir les meilleurs, non ? Alors même si l’émotion existe dans un kebab surgelé qu’on vient de passer au micro onde, je préfère quand même manger chez Gagnaire, Giraud ou Marx, pas vous ? Ah bon ?

ATTENTION ! Si vous êtes pressé.e, cette vidéo n’est pas pour vous puisque l’interview dure 2 heures sans coupure pub ! Je rappellerai à toutes fins utiles que ces « putains d’interviews » ne sont pas LA vérité  mais un témoignage, un point de vue, un regard spécifique sur une activité en général bourrée de fantasmes, délires ou croyances en tout genre. Pour aller même encore un peu plus loin, je n’ai pas à être en accord ou en désaccord avec l’humain que j’interviewe, mon rôle se borne à l’accompagner, à l’aider à se montrer, l’aider à s’ouvrir et exposer son point de vue le plus sincère. Si je veux critiquer, argumenter, polémiquer, je deviens éditorialiste ou blogueuse …. et ça c’est partout ailleurs sur mon site !

Je m’excuse par avance de ma contre performance dans la vidéo où à l’inverse de mon habitude, je suis un peu trop effacée, ce qui fait perdre un peu de dynamisme à cette interview qui n’en demeure pas moins très intéressante sur les rapports photographe / modèle et la création d’une image érotique ou pas !

La photographie érotique, un tabou qui se montre… ou pas

La photo érotique, sentencieuse, voire carrément pornographique existe depuis la création du premier appareil photo je crois (Auguste Belloc 1850). Mais si des photographes comme Salgado, Willy Ronis, Doisneau, Boubat ou Sarah Moon sont devenus célèbres, par contre ceux ayant fait de la photographie érotique, leur champ d’exploration reste dans une opacité souvent très sulfureuse, que ce soit à tort ou à raison.

Lucien Clergue est bien plus cité pour ses images « taureau-machistes » que pour la sensualité des corps sans têtes, des photos pourtant plus sensuelles qu’érotiques. Les photos d’Eva Ionesco faites par sa mère Irina quand elle était petite fille, après avoir couvert les galeries sont maintenant cachées et interdites. Sans parler des très ambigus clichés de Hamilton. Mais que dire et comment justifier la censure de «l’homme dans un complet polyester» de Robert Mapplethorpe qui est interdit d’exposition dans son état d’origine ? Et qui, à part les quelques rares amateurs, connaît les excellentes photos pornographiques de Petter Hegre ou les plus classiques clichés de Holly Randall ?

La photographie érotique envahit les réseaux sociaux, les ordinateurs et les films, elle prend une place monumentale dans notre imaginaire sensuel mais reste totalement tabou sur les murs de nos cités, et on ne parle même pas du traitement réservé à ses auteurs, qui sont la.e photographe et le.a modèle.

On a, comme dans beaucoup de domaines, une image toute prête du photographe érotique. On le fantasme, y a des femmes au fait, très souvent comme un pervers libidineux, ce qui va en exciter autant qu’en révulser, une sorte de « commandante » la bite au vent, prêt à droguer ses modèles, pauvres petites créatures fragiles et assaillies par les zooms et les focales impudiques. Il y en a, ne le nions pas, mais il y a aussi des petit.e.s chefs de rayon de super zut qui vous culbutent pour une saucisse herta mal rangée et pourtant je ne connais personne qui a peur ou qui se targue d’être un petit capot de supermarché ou de bureau !

Alors ne jetons pas la photographie érotique avec le chlorure d’argent de certain.e.s abruti.e.s, mais n’oublions pas, comme le rappelle Olivier, des règles de base :

Savoir ce qu’on veut AVANT – Venir en étant accompagné.e – Mettre les pieds dans le plat quitte à passer pour un.e rabat-joie – Ne pas payer la photo avec son cul !

Le photographe érotique, un artisan de nos fantasmes

Véritable camelot des temps modernes, le photographe érotique est le maillon essentiel dans la fabrique de l’imagerie moderne, le producteur, réalisateur des fantasmes de celui qui regarde. Un artisan d’Art qui, image après image, va façonner et construire ce que nous, les mateurs, allons croire être la réalité, la beauté, le chic, le choc, le glamour, le sexy ou le vulgaire. Il restera à savoir si le photographe vous accompagne, vous plie, ou qu’à deux, vous aurez la chance de danser et de créer ensemble la grande illusion qu’on appelle une photo.

2 heures, sans coupures, pour parler de ce superbe mensonge d’art qui envahit nos écrans et nos cerveaux : l’image.

Regardez cette vidéo sur PEERTUBE (en cours d’upload) ou si vous êtes “so 2020” et que vous adorez donner des infos sur vous et financer les GAFAM, vous pouvez aller sur YOUTEUB

Olivier Parent dans sa démarche de photographe érotique Amateur est un peu décalé de ce qu’on imagine. Jeune fille un peu précieuse, ce « vieux » monsieur à grande barbe et à l’allure d’ours malicieux se la joue coquette : Il ne contacte jamais les modèles et attend dans son fauteuil club mythique le.a modèle pour, si la chance leur sourit, composer ensemble les fantasmes et émotions qui émergent ce jour là. Un genre de père noël sulfureux qui resterait chez lui, attendant que des garnements de plus de 18 ans lui apportent leurs listes d’envies, pour les accompagner dans la création d’une image tendre, débauchée, stylée et si possible sincère.

Pour celles et ceux qui connaissent un peu les photographes, vous savez que les faire parler avec des mots, c’est pas la chose la plus facile. Mais Olivier est généreux, et pour peu qu’on lui retire son appareil des mains, il partage volontiers SA vision et sa quête du BEAU et de l’émotion. Une interview fleuve comme je les aime où pendant deux heures on parle photo, donc image, auto-contemplation, et de ce jeu de dupes qu’on se fabrique, cette image qu’on croit être indispensable d’avoir dans le monde, pour le monde et par le monde.

« L’art est un mensonge qui dit la vérité ».

Picasso

Alors quelle vérité disent les photos érotiques ? Quelle vérité Olivier Parent veut dire ? On passe deux heures avec un Amateur photographe qui, à mon avis, est parmi les plus talentueux de la scène kink française.

Par souci des conventions, oui c’est bizarre de lire ça de moi, mais donc par souci des conventions je n’ai sélectionné que des photos très soft d’Olivier Parent. Vous retrouverez tout son univers sans censure sur son site OKBSTUDIO.com Attention ce barbu est un serial shooter donc il y en a une masse conséquente !

Maintenant à vous de faire la suite, à vous de savoir ce que vous voulez quand vous allez vous montrer, à vous de savoir ce que vous voulez quand vous voulez regarder, cliquer, flasher, capturer. La démarche est toujours individuelle, même si la photographie érotique, ou pas, se fait souvent avec un Autre, y compris un autre vous même. L’image n’est jamais anodine et la création d’un mensonge ne devrait pas se faire sans « réflexion ».

Soutenez, écoutez, abonnez-vous : Soyez un Charlie’s Angels

Vous avez aimé ? Partagez !

Laisser un commentaire