Cette semaine, j’ai souffert pour préparer les Lectures Erotiques de Charlie, je vous le dis ! J’ai souffert en lisant Le cahier noir, de Joe Bousquet, un classique de la littérature érotique qui m’a fait des noeuds dans le cerveau, mais hélas rien dans la culotte ! J’aime la poésie et j’aime la poésie érotique d’une NOARA GASPARD par exemple, mais là, je vous avoue que je suis restée à la porte…

Mais bon, ce podcast a pour vocation première de vous faire découvrir la littérature érotique. Et ce n’est pas parce que moi, je n’ai pas accroché, que vous, vous n’aurez pas une révélation ! Alors pour vous, chers auditrices et auditeurs, voici des extraits d’un classique de la littérature érotique et torturée : Le cahier noir !

Le cahier noir, une oeuvre érotique et torturée

Le cahier noir n’est pas un roman érotique à proprement parler. C’est la retranscription de deux cahiers à petits carreaux que l’auteur cachait soigneusement, et dans lesquels il a couché sa part sombre.

On trouve des fragments de textes qui s’arrêtent brusquement, certains très courts, d’autres plus longs, des poèmes aussi. Mais on retrouve des thématiques en fil conducteur. L’auteur écrit ses pulsions de sadisme, ses envies de fessées, de sodomies, et son désir de lire le désir de l’autre à travers sa soumission.

Apparemment, le manuscrit était difficile à déchiffrer, et bien une fois édité, c’est toujours aussi difficile. Je vous avoue que sur les deux cahiers, je n’en ai lu qu’un, avec difficulté, et je n’ai pas eu le courage de m’attaquer au second. Je serais payée, j’dis pas… Mais là, j’ai de quoi vous livrer mon ressenti, des extraits à vous lire, et je vais m’arrêter là.

Si vous, vous êtes totalement fan de ce cahier noir, offrez-vous le, et venez me contredire en commentaires, je n’attend que ça !

Podcast érotique de “le cahier noir” de Joe Bousquet

Quelques mots sur l’auteur : Joe Bousquet

Joe Bousquet (1897-1950) a eu une vie quelque peu singulière. Il fait la première guerre mondiale, et il y va la tête la première ! En 20 mois de front il reçoit la croix de guerre, trois étoiles, la médaille militaire et la croix de la légion d’honneur. Mais en 1918, quelques mois avant la fin de la guerre, il est grièvement blessé, touché par une balle à la colonne vertébrale. Il va rester paralysé d’au dessus de la ceinture aux pieds, de ses 21 ans jusqu’à sa mort. Et il vivra alité dans son appartement à Carcassonne, dans une chambre aux volets toujours clos.

Du coup, Joe Bousquet se lance dans l’écriture comme il s’est lancé dans la guerre, à corps perdu ! On peut dire de lui que c’est un auteur prolixe ! Poésies, romans, nouvelles, essais critiques, correspondances, plus toutes ses oeuvres posthumes, et y en a un paquet ! Dont Le cahier noir, publié 39 ans après sa mort, et qui regroupe ses deux petits cahiers qu’il gardait précieusement cachés.

Alors il est de notoriété publique que Joe Bousquet a usé et abusé de drogues diverses et variées, pour atteindre les fameux paradis artificiels. Parfois la drogue illumine l’écriture, d’autres fois… elle la complique !

Le cahier noir, de la poésie mais aussi beaucoup de prise de tête !

Ce cahier noir m’a fait pester car il est vraiment ardu à lire. Il y a eu pour moi des passages où je lisais sans comprendre ce que je lisais, et mon mental déteste ça. Mais c’est un exercice intéressant, car au delà des mots, on perçoit le sentiment de ce qui est écrit.

De ce cahier noir, j’ai perçu les pulsions de l’auteur mais aussi la morale et le jugement qu’il avait sur ses pulsions. Il y a plein de choses intéressantes dedans. Joe Bousquet questionne notamment la notion de soumission. Dans ses textes, la femme s’offre et offre sa douleur et sa soumission comme preuve de son amour. Mais c’est aussi à travers le regard de l’autre qu’elle, tout comme lui, se regarde elle-même. La douleur, qu’elle soit donnée ou reçue, devient un moyen de transcendance pour dépasser les pulsions de chair et atteindre à la pureté.

C’est intéressant, mais bordel de dieu ce que c’est compliqué ! Et là dedans, il y a quand même une sacrée dose de morale aussi qui traîne.

Alors je vais faire de la psychologie de bas étage, peut-être, mais pour moi, l’auteur juge méchamment ses envies et ses pulsions. Et elles racontent quoi, ses pulsions ? Et ben tout simplement son envie de soumettre et de violenter le corps de l’autre car son corps à lui est une prison sur laquelle il n’a aucun contrôle. Du coup, le côté incarné, charnel, il ne cherche qu’une chose : c’est à le transcender. Logique, me direz-vous. M’enfin, on n’est pas obligé d’associer érotisme et charnel à de la morale !

Du coup, Joe Bousquet est obsédé par la fessée, la sodomie, et le don de la femme qui s’abandonne à ses pulsions violentes. Cela dit, j’ai lu des choses foutrement plus violentes mais, comme je vous le disais, y a quand même une sacrée dose de morale dans tout ça, donc soulever les jupes des jeunes filles, baisser leur culotte et leur faire rougir les fesses, c’est déjà hautement répréhensible !

Il est aussi question d’inceste, bref, on est dans le cerveau bouillonnant de Joe Bousquet et croyez-moi, c’est compliqué là dedans !

Soutenez, écoutez, devenez fan : Soyez un Charlie’s Angels

patreon-soutiens-charlie
Soutenez les lectures & le site
soutenir-charlie-liveshow
Faites un don, encouragez moi
podcast-erotique-charlie-podcloud
Podcloud
podcast-erotique-spotify
Spotify
podcast-erotique-itunes
Itunes
charlie-pornhub-fanclub
Fan club

Un livre érotique sans érotisme ?!

Et oui, et l’érotisme, dans tout ça, hein ?! Et bien “Le cahier noir” est l’illustration parfaite que l’érotisme des uns est le tue l’amour des autres. Oui, il est question, à chaque ligne, de désir, de sexualité, de corps. Mais l’érotisme, en plus de parler de désir, de charnel et de sexe, est quand même censé éveiller le désir chez le lectuer. Ou du moins le questionner.

Ben moi, Joe Bousquet ne m’a rien éveillé du tout. Trop de mental, trop de drogues, trop de complexification. J’ai eu accès à ses prises de tête, mais nullement au désir. Car dès que le désir apparaît, je trouve qu’il est aussitôt rattrapé par une volonté d’abstraction et de désincarnation qui moi, me fait débander direct ! Mais ce n’est sûrement pas le cas de tout le monde. D’ailleurs, si après écoute de ce podcast, après lecture de ce livre, vous n’êtes pas du tout du même avis que moi, mais tant mieux ! Et perso, je n’ai qu’une hâte : lire vos commentaires pour connaître vos avis et ressentis sur ce texte !

En attendant, bonne écoute, et je vous laisse les liens pour vous offrir ce livre, si vous voulez plonger dans le cerveau torturé de Joe Bousquet.

Des bisettes, les chouquettes, et à la s’maine prochaine, pour de nouvelles aventures érotiques !

Liens & Infos complémentaires sur “Le cahier noir”

Un grand merci aux éditions La Musardine, qui publient tous les grands classiques de la littérature érotique mais aussi des nouveautés, des rééditions, bref ! Sans eux, la littérature érotique ferait la tronche !

  • La fiche wikikipédia de Joe Bousquet est à lire ici
  • Une chronique sur “Le cahier noir” dans Le Monde
Vous avez aimé ? Partagez !

Laisser un commentaire