• Post comments:0 commentaire
  • Temps de lecture :19 min de lecture

Malgré la légère chute de température, il va faire très chaud entre vos oreilles puisque c’est le 2ème podcast autour du roman porno de Kriss Vilà, CANICULE. C’est hautement sexuel, c’est clairement de la littérature pornographique, c’est franchement écrit avec talent, ce qui permet à Kriss Vilà de mener l’histoire de son roman plus loin qu’un simple threesome super intense, oui oui, vraiment très intense, vous allez voir.

Alors oui, c’est un roman porno qui est « encoooore » publié chez Media 1000, dans la collection Les Nouveaux Interdits. Mais non, Christophe Siébert ne me paye pas pour dire du bien de chacun des livres de cette collection. Cela dit, j’ai rien contre un p’tit billet, mais hélas non, les maisons d’éditions sont fauchées comme les blés et puis ce n’est pas l’attrait vénal qui me fait dire du bien de cette collection mais simplement la put*** d’encul** de sa mère la gros** put* de bonne qualité de ces romans pornos ! Vous mettrez les lettres qui manquent dans les bips-censureur…

Bon, après cette petite digression, revenons à nos moutons, à savoir, le deuxième épisode de mon podcast consacré au premier roman porno de Kriss Vilà, CANICULE !

Canicule, de Kriss Vilà – un threesome ardent, un hurlement de vie face à la mort

Petit rappel du pitch de Canicule (pour rappel, le pitch n’est pas une brioche fourrée industrielle mais un anglicisme pour signifier « résumé percutant qui donne hyper grave envie de connaître la suite »). CANICULE explore l’univers du threesome, le plan à trois, à travers la rencontre hautement volcanique entre Daniel Lange, Lili et Elsa.

Daniel Lange est un jeune mec célibataire, avec une paraphilie assez particulière, il est très fortement excité par les hausses de température. Un jour, pour réduire la pression du désir qui lui tenaille le bas ventre, il décide de se changer les idées et d’aller prendre l’air au bois de Vincennes.

Hélas pour notre morale et nos propres pulsions, dans le bus, Daniel tombe sur Lili et Elsa. Lili et Elsa sont en chasse, elles cherchent un mec pour assouvir leurs envies de baise. Et des envies, elles en ont à revendre. Il leur faut donc un mec endurant et qui n’a pas peur de donner de sa personne. Et leur proie, c’est Daniel Lange !

Podcast érotique épisode 2 : CANICULE de Kriss Vilà – collection « Nouveaux Interdits »

Dans la première partie du podcast consacré à CANICULE de Kriss Vilà, je vous ai lu à peu près la moitié du troisième chapitre. Cette semaine, vous allez découvrir la suite, et jusqu’où va aller cet allumage en règle dans un bus bondé…

Pour rappel, le chapitre 3, c’est justement la rencontre entre Daniel, Lili et Elsa. Les deux insatiables ont repéré Daniel à l’arrêt de bus et elles décident que ce sera lui qui comblera leurs appétits inextinguibles de sexe. Daniel va se retrouver pris en sandwich dans un bus bondé, avec Lili, dans son dos, qui écrase ses seins contre lui, frotte sa chatte contre son cul tandis qu’Elsa, vêtue d’une micro robe, exhibe son divin cul sous ses yeux avant de tout bonnement se frotter à lui, jusqu’à littéralement lui branler la queue entre ses deux sublimes fesses.

Voilà où on en était la semaine dernière, alors jusqu’où Daniel, Lili et Elsa vont aller dans ce bus parisien bondé ? Je vous laisse écouter le podcast pour le découvrir…

Porno & Philo : Et si on osait la vie tout à fond ?

Je vous en ai déjà touché quelques mots la semaine dernière, mais ces derniers temps, je me pose de plus en plus la question du pourquoi on ose pas ? Pourquoi on reste timoré, fantasmant nos envies au lieu de simplement les exprimer et les exposer ? Voire, soyons dingues, les vivre !

Pourquoi on ose pas, nous aussi, se frotter dans le bus à un mec qui nous plaît ou dire une à meuf qu’on la trouve hyper jolie ? Pourquoi on ose pas dire à son/sa partenaire qu’on a envie d’essayer de nouveaux trucs dans le cul ? Alors certes, y a des envies compliquées à exposer car elles tombent sous le coup de la loi. Si vous rêvez d’enfiler des cadavres, gardez le pour vous, ça va pas bien passer sinon. Mais en vrai, y a pas tant de gens que ça qui ont des envies nécrophiles, ou alors, diantre, je découvre quelque chose !

La plupart du temps, on tait et on cache nos envies, nos désirs. Pourquoi ? Par peur du non ? Par peur d’être jugé ?

Le non, on l’a déjà

Comme je vous le disais la semaine dernière, le non, on l’a déjà. On a été élevé dans le non, dans l’impossible. On nous a appris, depuis tout petit, tout ce qu’il ne fallait pas faire, pas dire, tout ce qu’on ne pouvait pas faire, pas dire, bref, l’impossible et la restriction, on connaît, c’est notre quotidien.

Ca commence jeune, les injonctions à l’impossible et au non. Par de petites phrases comme « ne mets pas ton doigt dans ton nez », « ne mets pas ta main dans ta culotte », « non les monstres ca n’existe pas », etc, etc…

Nous sommes tous de bons élèves, de gentils toutous à leurs papa et maman. Pour faire plaisir, pour plaire à papa-maman, pour avoir le sentiment d’être aimé, vu, reconnu, on obéit sagement aux injonctions qu’on a entendu depuis notre plus tendre enfance.


Auteur, éditeur, lecteur, insérez ce podcast érotique sur votre site !

Pour ajouter cet épisode sur votre site, c’est simple et gratuit, il suffit de copier le code en dessous et de le coller dans un article, un widget ou tout emplacement prévu à cet effet. C’est aussi comme ça qu’on peut promouvoir l’érotisme (et mon travail).

<script src="https://podcloud.fr/player-embed/helper.js"></script>
<iframe width="100%" height="320" src="https://podcloud.fr/podcast/lec-lectures-erotiques-charlie/episode/canicule-de-kriss-vila-un-threesome-porno-et-litteraire-2/player" frameborder="0" allow="accelerometer; autoplay; encrypted-media; gyroscope; picture-in-picture; fullscreen"></iframe>

Oui mais voilà, aujourd’hui on a plus 5 ans ! Aujourd’hui, il est peut-être temps d’arrêter de courir après le regard fier et aimant de papa-maman. D’une, si on l’a jamais eu depuis 25/30/50 ans, faut se faire à l’idée qu’on l’aura sûrement jamais. De deux, il serait temps d’intégrer dans nos petites caboches qu’on va quand même tous crever à la fin !

Donc, on attend quoi pour oser ? D’être mort ? Vous savez quoi, je mettrais ma main à couper qu’il n’y aura pas de seconde chance ni de partie gratuite si on fait un bon score. Du coup, dans le doute, je préfère affronter ma peur du non et du jugement que de pas oser et de tout regretter, à 2 minutes avant le game over final.

L’imminence de la mort, la puissance qui pousse au rock’n’roll !

Si on capte vraiment qu’on va crever, voilà la force suffisamment puissante qui peut nous pousser au cul et nous faire dépasser notre putain de peur d’un non qu’on a déjà. Parce que quand même, c’est le comble de la stupidité d’avoir peur d’un non qu’on a déjà. C’est comme avoir peur d’un truc qu’on a déjà fait !

Je m’explique. Telle fille, tel mec te plaît mais tu redoutes de lui dire au cas où il/elle te dise non ? Mais là, à l’heure actuelle, tu vis rien avec lui/elle, là, à l’heure actuelle, le non et ses conséquences, tu les vis déjà ? Alors tu risques quoi ? Qu’on te dise non alors que tu as déjà le non ? Oulala, quelle révolution !

Tu rêves d’aller dans un club libertin, tu as envie de baiser à 3, 4 ou plus, ou tu as hyper envie de tester la sodomie ? Pourquoi tu n’en parles pas avec ton/ta partenaire ? Par peur du non ? Mais le non, tu l’as déjà puisque ce fantasme, tu ne le vis absolument pas ! Par peur du jugement ? Oh mon dieu, que va penser de moi la personne avec qui je vis si je lui dis que j’ai envie de ci ou de ça ?

Ben franchement, si ton/ta partenaire est trop con pour pouvoir ne serait-ce que discuter de tes/ses envies, si ton/ta partenaire se barre parce que tes/ses envies le choquent, au final tu gagnes du temps car que vaut votre relation si tu ne peux pas être la totalité de toi ? Ce que l’autre « aime », c’est seulement l’image qu’il a de toi, donc, toi, t’es toujours pas aimé.

Alors rappelons-nous à chaque fois qu’on ose pas dire et exposer nos envies, qu’on crève à la fin, donc on va s’étouffer dans nos fantasmes et nos envies, regretter tout le temps qu’on a perdu, pas peur d’un non qu’on a déjà ?

Soutenez, écoutez, abonnez-vous : Soyez un Charlie’s Angels

La peur du oui

En fait, si on est honnête, je crois que ce qui nous fait le plus peur, c’est le oui. Ce qui nous terrifie, c’est que nos fantasmes secrets puissent se réaliser, c’est que celui/celle qui nous plaît nous dise oui. Que notre partenaire nous dise oui chéri.e, allons en club libertin, oui chéri.e, testons la sodomie, le shibari, le pluralisme, etc…

Si on nous dit oui, si la vie nous dit oui, on va devoir oser. On va devoir bousculer l’image de gentil petit enfant obéissant qu’on construit depuis tant d’années. On va devoir décevoir papa maman qui seraient peut-être pas très contents de savoir que leur chère progéniture baise à couilles rabattues, déguisée en chien, au milieu de grosses cochonnes qui s’empalent sur des bites de taille démesurée !

Si on ose plaquer son boulot de gentil comptable pour ouvrir une boulangerie au fin fond du larzac, ou écrire des romans porno (salut toi), on va décevoir les espoirs de papa maman pour nous. Si on réussit notre carrière de trader, de pute, de berger, …

En fait, dès qu’on pose un pied en dehors du chemin tracé pour nous par papa maman, on est tétanisé à l’idée de les décevoir. Ou de les combler. A chacun sa névrose de départ.

Alors oui, on va les décevoir. Ou pas. En fait, peu importe. Car rappelez-vous, la vie est un jeu avec un game over à la fin. Oui, papa maman vont mourir. Et si c’est déjà fait, si malgré leur mort, on reste fidèle à leur souvenir, rappelez-vous surtout que vous, vous allez mourir.

Face à l’imminence de votre mort, vous faites quoi ? Vous larmoyez ? Vous vous tétanisez ? (ce qui, soit dit au passage, ne change rien à votre mort imminente) ? Ou vous vivez ? Vous osez enfin vivre ce dont vous avez envie, ce qui fait vibrer votre coeur, même si ça plaît pas à papa-maman ?

Vivons toutafon !

Vivons tout à fond, vivons rock’n’roll, car à la fin on meurt. Osons baiser comme on en rêve ! Osons aimer comme on en rêve !

Ça veut pas dire faire n’importe quoi, ça veut dire arrêter de s’empêcher de vivre ce qu’on veut vraiment vivre, ce qui fait vraiment vibrer notre coeur, mouiller notre culotte, dresser notre queue, exciter notre cerveau !

Des liens autour de CANICULE de Kriss Vilà et des bisous à profusion

Et bien dites donc, le roman porno de Kriss Vilà m’a inspirée cette semaine ! Mais revenons au sujet de départ de cet article, revenons à Canicule ! Si vous aussi, vous voulez lire l’excellent premier roman porno de Kriss Vilà, voilà tous les liens qu’il vous faut pour assouvir cette envie soudaine de littérature pornographique

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui, prochain podcast dans une dizaine de jours, avec deux épisodes autour de INTO VINCERES de Jessika Lombar chez EX-AEQUO, vous voyez que je ne suis pas si monomaniaque !

Comme d’hab, si vous aimez les Lectures Érotiques de Charlie, si vous êtes lecteur curieux, auteur qui a envie de me remercier de soutenir la littérature érotique, le meilleur moyen de le faire, c’est de partager ce podcast et de me laisser une contribution sur patreon

Des bisous les ptits choux !

Vous avez aimé ? Partagez !

Laisser un commentaire

Rechercher sur ce site