• Post comments:0 commentaire
  • Temps de lecture :15 min de lecture

Deuxième épisode du podcast Les Lectures Erotiques de Charlie consacré à CONFIDENCES COURTOISES le premier roman de Georges Souleyrac, dans la plus pure tradition du roman épistolaire libertin du 18eme siècle. Le roman érotique Confidences courtoises est paru aux éditions Ex Aequo, dans la collection Alcôve.

Ce recueil de l’érotisme précieux nous plonge vraiment dans l’ambiance et l’esprit du libertinage au 18eme siècle, tant par son style que par son vocabulaire, mais aussi par un ton léger, raffiné et indécent, qui fait la nique à la bien pensance et aux bonnes moeurs. Une petite dose d’anticléricalisme, un soupçon d’adultère, une grosse poignée d’humour, une rasade d’insolence, une louche d’indécence et une recherche effrénée du plaisir, voilà la recette de ces Confidences Courtoises, et c’est plutôt réussi !

Confidences courtoises, de Georges Souleyrac, l’esprit libertin du 18ème siècle

Confidences courtoises, c’est donc le premier roman de Georges Souleyrac, autodidacte passionné par le 18ème siècle et tout particulièrement par le courant libertin. Mais ce n’est pas le dernier, car il s’inscrit dans une épopée en 5 tomes !

Georges Souleyrac, fidèle a ses passions, a donc placé son roman au 18ème siècle, et à travers l’échange de lettres entre la marquise du Plessy et le vicomte de Soulac, on découvre l’ambiance libertine de l’époque. Les moeurs sont libres, les curés et les bonnes soeurs enseignent le catéchisme mais aussi comment se procurer du plaisir, les inaugurations de théâtre sont de formidables occasions de baiser incognito en public.

En bref…. le vicomte et la marquise, amants et amis, à travers le récit de leurs aventures respectives, nous entraîne dans un monde où la recherche du plaisir est un moteur qui pousse à toujours plus de liberté, et à toujours plus oser !

Pour celles et ceux qui seraient effrayés par le côté 18ème siècle, n’ayez crainte ! Le roman de Georges Souleyrac se lit comme une friandise. L’écriture est fluide, et jamais ampoulée ou précieuse. D’ailleurs, lisez ou relisez des oeuvres qui datent vraiment du 18ème siècle, vous serez surpris par leur modernité.

De plus, on découvre mille et une manière de parler de sexe, avec des expressions hyper imagées et toutes d’époque ! Pour les curieuses et curieux, Georges Souleyrac a même concocté, en fin de livre, un glossaire des expressions érotiques de l’époque, c’est un régal !

Eduquons nous au plaisir !

C’est drôle, l’extrait que j’ai choisi de vous lire cette semaine est le parfait pendant de celui que je vous ai fait découvrir la semaine dernière. Pour rappel, la semaine dernière, dans l’extrait lu, le vicomte de Soulac narrait à sa précieuse amie la marquise du Plessy comment il avait aidé leur bon ami confesseur et curé de son état à faire découvrir à sa jeune bonne les joies du sexe et comment bien user d’un beau vit turgescent.

Cette semaine, c’est la marquise du Plessy qui rapporte à son ami le marquis les confidences d’une de leur amie commune, la duchesse Alcinda de Castellane, sur son éducation religieuse qui n’a rien omis ! Au couvent elle a appris le latin, l’histoire, la géographie, la poésie, la musique, mais aussi l’art de se gamahucher le bouton, les joies des amours saphiques et le bonheur d’être empalée sur une belle queue.

Ces deux extraits nous donnent une toute autre vision du clergé. Censés être les défenseurs de la morale et des bonnes moeurs, ce sont eux qui entraîne les âmes pures sur le chemin du plaisir et de la perdition ! Et ils nous parlent aussi d’initiation sexuelle car à chaque fois, il s’agit d’une toute première fois, toute, toute première fois ! (et là, je suis vicieuse mais je jubile à l’idée de vous savoir en train de chantonner ce tube de Jeanne Mas, qui va vous rester dans la tête une bonne partie de la journée, mouahahaha).

Trêve de plaisanterie, il faut quand même avouer que bien souvent, l’éducation au plaisir, c’est une catastrophe !

Soit on a des cours d’éducation sexuelle, qui nous informent sur tous les dangers du sexe (ist, contraception, etc…), ce qui est essentiel mais le sexe ne se résume pas à ses dangers, tout comme la gourmandise ne se résume pas aux dangers d’une alimentation trop riche.

Soit on a des films porno qui bien souvent poussent à la performance et à la compétition car il n’y a aucune information autour du sexe à part ces héros et héroïnes du cul capables de baiser des heures, dans des positions improbables, avec des sexes énormes et des capacités d’accueil improbables car prendre 3 bites dans un seul et même trou, c’est une performance ! Une performance inutile, comme souvent, mais une performance quand même. Ce n’est pas donné aux communs.

Mais à travers ses deux vecteurs quid du plaisir ? De la sensualité ? De la découverte de son corps ? Quid de la liberté de fantasmes, quels qu’ils soient ?

Malheureusement, ce n’est que dans les livres que les détenteurs de l’ordre moral nous poussent à oser, à explorer et à découvrir le plaisir. Dans notre réalité, la majorité du temps (oui, j’aime à penser que des exceptions existent), ils font leur taff, à savoir nous expliquer par a + b ce qui est bien ou mal, honorable ou déshonorable, et on se retrouve avec des fantasmes et des désirs cadenassés par une multitude de il faut, je dois.


Auteur, éditeur, lecteur, insérez ce podcast érotique sur votre site !

Pour ajouter cet épisode sur votre site c’est simple et gratuit il suffit de copier le code en dessous et de le coller dans un article, un widget ou tout emplacement prévu à cet effet. Mon podcast érotique est gratuit et sous licence libre Creative Commons donc profitez en pour les partager ! C’est aussi ça changer le monde et promouvoir l’érotisme (et mon travail). Pensez juste à mentionner l’auteur avec un lien vers cet article.

<script src="https://podcloud.fr/player-embed/helper.js"></script>
<iframe width="100%" height="320" src="https://podcloud.fr/podcast/lec-lectures-erotiques-charlie/episode/le-clerge-educateur-au-plaisir-confidences-courtoises/player" frameborder="0" allow="accelerometer; autoplay; encrypted-media; gyroscope; picture-in-picture; fullscreen"></iframe>

La littérature érotique, une voie de liberté

Attendre un monde idéal, ça ne marche pas, par contre, on peut le créer. Pour décadenasser nos envies, nos désirs, nos fantasmes cachés, il faut commencer par oser imaginer, au delà de ce qui est bien ou mal selon le manuel du savoir vivre de l’époque et du milieu auquel on appartient.

Et bien la littérature érotique est un très bon moyen, je trouve, de décadenasser. En lisant ou écoutant des romans érotiques, on commence à intégrer que oui, tout est possible, tout est imaginable.

Et bien la littérature érotique est un très bon moyen de décadenasser. En lisant ou écoutant des romans érotiques, on commence à intégrer que oui, tout est possible, tout est imaginable.

Vous lirez sûrement des choses qui correspondent déjà à vos envies. Mais vous découvrirez aussi des choses qui ne vous excitent pas du tout, mais peu importe, l’essentiel, c’est de capter que c’est possible. Vous découvrirez sûrement des envies que vous ne soupçonniez pas. Peu à peu, vous explorerez d’autres chemins que ceux que vous connaissez déjà. Pas forcément pour les vivre. Mais juste pour pouvoir les envisager. Ce faisant, vous insufflerez un vent de liberté, un peu plus d’espace en vous et dans vos vies.

Ca marche pour le cul, mais pour tous les pans de nos vies, hein ! Rappelez vous cette magnifique phrase de Léo Ferré :

N’oubliez jamais que ce qu’il y a d’encombrant dans la Morale, c’est que c’est toujours la Morale des autres

Léo Ferré, Il n’y a plus rien

Alors libérons nous des cadenas moraux. Osons, imaginons, désirons ! Et partageons ! Si vous voulez oeuvrer pour un monde moins morale, osez parler de cul, osez faire découvrir aux gens qui vous entoure la littérature érotique ! C’est de la littérature, et c’est une ouverture sur un échange autour de la sexualité.

Par exemple, osez partager sur vos réseaux sociaux, à vos ami.e.s, les podcasts érotiques que vous aimez, les auteurs érotiques qui vous touchent, ou vous dérangent. Osez sortir du placard dans lequel la morale l’a enfermé, la sexualité et le plaisir.

Soutenez, écoutez, abonnez-vous : Soyez un Charlie’s Angels

Le 18 éme siècle vous ouvre les cuisses et écarte vos esprits

Bon, et puis, pour découvrir toutes les aventures du vicomte de Soulac et de la marquise du Plessy, offrez vous les Confidences Courtoises de Georges Souleyrac !

Et si vous aimez mon podcast, rappelez vous que la meilleure manière de me remercier, c’est de participer à mon patreon, c’est mon chapeau virtuel dans la grande rue du net. Alors à vot’ bon coeur, m’ssieurs dames, une p’tite pièce pour l’artiste ! Bisous, et à bientôt pour de nouvelles découvertes érotiques !

Vous avez aimé ? Partagez !

Laisser un commentaire