Plein la Vue de Corpus Delecta : le voyeurisme érotique

Mais quel bonheur de retrouver Corpus Delecta et ses nouvelles érotiques ! J’adore cette autrice ! Elle manie l’art de la nouvelle érotique à merveille, ses personnages sont touchants, l’écriture tantôt délicate, tantôt délicieusement drôle, vraiment c’est un bonheur de donner voix à ses histoires ! J’avais déjà lu quelques nouvelles de Corpus Delecta, notamment l’excellentissime livre Les talons Rouges (à réécouter ici). Cette fois ci, l’autrice s’attaque au voyeurisme

Plein la vue, nouvelles érotiques de Corpus Delecta

Plein la vue, c’est le dernier recueil de nouvelles érotiques de Corpus Delecta paru aux éditions Dominique Leroy. Chaque histoire aborde le thème du voyeurisme d’une manière différente mais à chaque fois, le plaisir de mater est source de plaisir et d’érotisme. Se découvrir à travers le reflet d’un miroir comme on ne l’aurait jamais imaginé …

Zieuter pour la première fois un film porno … Capturer, dans la douceur de la nuit, les ébats amoureux d’un jeune couple … Découvrir, tapie dans l’ombre, sa propre bestialité … Régler ses vieilles rancoeurs à coups d’exhibition respectives … Et même, écouter, à travers les cloisons, les ébats d’une autre et retrouver sa propre sexualité.

Plein la vue, c’est donc six nouvelles érotiques, chacune mettant en scène des situations différentes, avec toujours, au centre, le voyeurisme.

Un nouvel épisode des lectures érotiques

Le lien vers les podcasts sur le site podcloud

corpus delecta voyeurisme

Corpus Delecta, entre humour et tendresse

Je le redis, je sais, mais qu’est-ce que j’aime la plume de Corpus Delecta ! Dans Plein la vue, les personnages sont des gens de la vie de tous les jours, simples. Ca pourrait être moi, vous, un voisin, une collègue de travail. Il y a des jeunes, des vieux, des quelconques, des coincés ou des qui ont oublié ce que ça fait d’aimer. Pas de situation extraordinaire, mais Corpus Delecta déniche l’extra ordinaire dans le quotidien, la petite étincelle qui ravive la magie des corps. D’ailleurs, dans la dernière nouvelle, La Rue, Corpus Delecta redonne vie à tout un quartier ! Une rue entière qui redécouvre les joies de l’amour, du désir et du sexe ! Chacun chacune a entendu son voisin ou sa voisine, et ça réveille chez tous l’envie, et du même coup La Vie !

Il y a une véritable tendresse pour tous ces personnages. Une tendresse et une délicatesse que je retrouve dans l’écriture de Corpus Delecta. Et aussi, un humour ravageur. D’ailleurs, j’ai eu un petit coup de coeur pour la nouvelle L’Ecran ! Où l’on suit les péripéties de Mme Zobit, secrétaire quelque peu psycho rigide, qui pour la première fois de sa vie mate un porno. C’est extrêmement drôle, hyper bien écrit, et en même temps excitant ! Tout l’art de Corpus Delecta !

A lire sans modération !

Voilà un recueil de nouvelles érotiques à lire sans modération ! Mon seul regret ? Je l’ai fini trop vite ! J’ai malheureusement déjà lu tous les titres qu’elle a publié aux éditions Dominique Leroy et je n’ai qu’une hâte, lire un nouveau texte de Corpus Delecta !

Si vous aussi vous craquez pour l’écriture drôle et tendre de Corpus Delecta, retrouvez tous ses livres sur le site des éditions Dominique Leroy.
Et pour vous offrir Plein la vue, suivez le lien !

Bonne écoute,e t à très vite pour de nouvelles lectures érotiques !

Les lectures érotiques … Participez, découvrez !

Si vous êtes un diffuseur, radio, plateformes…Les audiobook érotiques sont sous license Creative Commons No commercial Use. Je vous remercie par avance de me prévenir de leur utilisation et de citer leurs auteurs ,Charlie F. Un lien vers cette page me semblerait aussi aller de soi.
avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Elric de Melniboné Recent comment authors

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Subscribe  
Me notifier des
Elric de Melniboné
Invité
Elric de Melniboné

Intéressant et original.

Fermer le menu