Les travailleurs du sexe associés – les putains de rencontres 2019

Voilà, les états généraux du STRASS 2019* viennent de se finir. De leur vrai nom LES PUTAINS DE RENCONTRES, ce sont 3 journées d’ateliers et d’information pour les TRAVAILLEURS DU SEXE (TDS). J’y suis allé, j’ai écouté, j’ai aimé ! BEAUCOUP ! Bilan de cette première rencontre avec des humains comme les autres mais imaginés et traités de manière différente.

*Le terme “états généraux” est de ma part un clin d’oeil aux états généraux du rock qui étaient des grands moments de la scène punk rock libre des année 90

Putains de rencontres avec des putains de gens biens !

Alors qu’est-ce que je foutais au PDR2019 du STRASS ? Et bien j’ai plein de casquettes, figurez-vous, dont celle peu recommandable mais rémunératrice de camgirl [en savoir plus sur mes livecams]. Or une camgirl, comme un.e actrice porno, est, au même titre qu’un.e escort / prostitué.e, un.e travailleuse du sexe ! Que cela plaise ou pas à mes consoeurs/frères du milieu, nous sommes ni plus ni moins que des putes virtuelles ! Autant l’assumer une bonne fois pour toute et rejoindre celles et ceux qui participent au STRASS, le syndicat des travailleurs du sexe.

Après le sourire de Mylène (la big boss) à l’entrée et une dernière clope pour Renaud, nous pénétrons dans la salle des PUTAINS DE RENCONTRES. Tiens, c’est gratuit ! Cool ça ! L’ambiance semble bon enfant et pas mal de rires proviennent de la grande salle commune. Enfin un endroit où on parle des travailleurs du sexe en se marrant.

Rapidement on nous demande si nous sommes TDS (Travailleurs du sexe) ou Allié (Renaud est un allié par exemple) et surtout si on accepte ou pas d’être pris en photo. Je crois que c’est la première fois dans une rencontre CULturelle que cette question m’est posée ! J’apprécie énormément !

Première sensation à l’arrivée dans la grande salle des PUTAINS DE RENCONTRES : C’est comme à la maison ! Un joyeux boxon (c’est le cas de le dire) dans lequel les intervenant.e.s, les visiteurs et les organisateurs se mélangent.

Tout le monde papote, se mélange et se rencontre dans une légère frénésie libertaire. Personne ne te dévisage ou te scrute. L’arrogance et le snobisme que j’ai pu ressentir dans certains milieux CULturels Parisiens sont totalement absents. Grand dieu, que cela fait du bien ! Je me paye un coca 0 pour fêter ça !

programme-strass-pdr2019

Mais putain, faut bosser maintenant !

On n’est pas là pour enfiler des perles non plus. LE STRASS a prévu un programme chargé et les ateliers autour et pour les travailleurs du sexe s’enchaînent à un rythme effréné ! Alors nous ne sommes restés que la journée du Vendredi. Donc je ne vous parlerais pas de la présence du STRASS le samedi pendant la PRIDE, je n’y étais pas. Et j’avoue que le dimanche, j’ai pas eu la foi.

Mais je suis sûre, l’espoir fait vivre, que vous trouverez sur le net d’autres articles autour des PUTAINS DE RENCONTRES. Commencez votre enquête sur LE TAG PARFAIT puisque Carmina était une des premières intervenantes des putains d’ateliers des PUTAINS DE RENCONTRES…

Lol, avec quelques connasses et des enculés pour ponctuer, j’aurais presque l’impression d’être à Marseille !

Petite review très rapide des ateliers auxquels mon cro-magnon spasmodique et moi-même avons assisté :

Sexe et virtualité – Carmina, Eva & Venus

On commence par la partie qui, à priori, me concerne le plus, les travailleurs du sexe et la virtualité. Premier constat, les camgirls et les camboys se considèrent rarement comme des travailleurs du sexe. Pourtant …

Second constat, beaucoup de travailleurs du sexe outdoor connaissent très mal le “caming”. Carmina du TAG PARFAIT (entre autres) et EVA sont là pour leur faire découvrir le réseau, les plateformes et surtout, on est des putes ne l’oublions pas, comment augmenter leurs revenus !

Une partie très importante et qui est très souvent négligée, même par les camgirls : LA SECURITE et l’ANONYMAT sur le net ! Notamment pour les WISHLIST qui ne sont jamais aussi anonymes qu’on le voudrait. Au vu des questions, il y a énormément de travail à faire !

Ont été évoqués également les lois et directives de tout bord concernant les banques et les sites perso. Car c’est bien beau d’être camgirl et de faire des show sur skype mais faut-il encore pouvoir être payé ! Et là, c’est de moins ne moins facile ! En 2017 je vous parlais de comment se faire payer quand on a un site pour adulte, et bien dites vous que depuis … c’est pire !

Je ne vais pas m’étendre sur le reste de cet excellent atelier. Vous avez mes fiches CONSEILS AUX CAMGIRLS si vous avez besoin. Et puis vous aviez qu’à être là ! Non mais !

rencontre-strass-tds-virtuel

Lois SESTA FOSTA, cachez ce sein… cachez tout, c’est plus simple !

Par contre je vais insister sur un point mis en évidence par l’excellente VENUS : Les lois américaines de Donald SESTA FOSTA. Pour vous les faire simples, le congrès américain a voté une série de lois ouvertement hostiles au travail du sexe.

Certains qui confondent encore travail du sexe et esclavagisme sexuel vont sauter de joie et se dire que vraiment, ces américains, ils sont trop forts ! Ceux qui réfléchissent et celles et ceux qui vendent leur cul au lieu de vendre leur force de travail (honnête), par contre, vont vite comprendre où est l’arnaque,

Pour la faire courte, TOUS les sites hébergés sur le sol américain sont soumis aux lois SESTA FOSTA et ce, de manière RETROACTIVE ! En gros, 80% du net mondial et 95% des réseaux sociaux … Donc le cul sur les RS c’était pas la joie et ça va pas aller en s’arrangeant !

“Cherry on the coke” Les lois SESTA FOSTA donnent le droit de lire, écouter, visualiser vos conversations skype, vos mails et autres activités .. Sympa, hein !

Un dernier pour la route ? Et bien grâce aux lois SESTA FOSTA, un nouveau crime fédéral est introduit : celui de promouvoir, soutenir ou faciliter la prostitution d’une autre personne. Ça signifie que les annonces de femme chaude en nuisette seraient visées mais aussi l’échange d’information sur les moyens de se protéger d’infections transmises sexuellement dans un contexte de relations sexuelles tarifées.

C’est vrai que les IST ne sont pas un fléau mondial … 1 million d’infections par jour, “un détail de l’histoire” dirait un borgne bien franchouillard

POUR EN SAVOIR PLUS :

Soutenu par la EFF : stopsesta.org – Pensez à faire un don à la Electronic Frountier Foundation

Un article sur VICE d’une travailleuse du sexe.

Céline Tran, Reconversion des travailleurs du sexe

Allez, on va pas pleurer sur notre sort, on a choisi de vivre libre de la morale bourgeoise (mdr je me prends pour une maoïste), on assume. Ok on assume mais si on veut changer de métier ? Et bien Céline Tran, aka KATSUNI, est là pour nous filer un coup de main !

Et là j’en vois plein parmi vous qui pleurent de pas être venu. Mais bon, osef de la célébrité, mais j’ai quand même un selfie avec elle, nanananère !

Alors comment on prépare sa reconversion ? Déjà il faut se poser la question de pourquoi se reconvertir ! Est-ce la honte, un souci de santé, la famille ou juste l’envie de changer qui va nous motiver ? C’est essentiel d’être au fait de nos intentions cachées !

Maintenant qu’on sait ce qui nous motive, il va falloir trouver la nouvelle direction que va prendre notre vie professionnelle. Il est temps de se poser la question de ce qu’on aime faire. A bosser minimum 8 heures par jour, autant faire un job qu’on aime, non ?

On retrouve dans cette seconde partie de ce “Putain d’Atelier” ce qui sera développé un peu plus tard dans l’atelier de YUMIC et ZOE. Prendre conscience qu’être un Travailleur du sexe est FORMATEUR ! Ca demande des qualités et un savoir faire bien plus grand que celui d’ouvrir ses cuisses !

Ne plus se limiter – Savoir abandonner

J’ai adoré le moment où Céline Tran parle de notre propre censure. Parce que nous sommes travailleu.se.r.s du sexe, nous nous auto limitons.

“Pâtissière/Comptable/Coiffeuse je peux pas ! Tu comprends, s’ils savent ce que j’ai fait avant”

est la phrase que j’entends le plus souvent quand je discute avec des copines camgirl, actrice X ou pute.

Et pourquoi pas ? En quoi avoir gagné sa vie à l’horizontale empêche-t-il de faire de bons gâteaux ou de bien compter, on est vénale, ne l’oublions pas !

A toutes celle et ceux qui voudraient bien mais qui n’osent point par peur du qu’en dira-t-on. Les minots des quartiers de Marseille m’ont donné une des plus belles leçons sur MES préjugés. Pourquoi ils m’ont accepté comme pute virtuelle ? “Oh mais toi t’assumes grave madame ! “.

Alors ce n’est pas la réponse à tous nos soucis et aux humiliations, mais au moins, être fière de ce qu’on fait est un bon début !

Donc une reconversion se prépare dans la forme : Pourquoi changer, vers où aller professionnellement parlant. Mais ça demande aussi de lâcher quelque chose de notre vie d’avant ! Vous ne pouvez pas devenir pâtissière en vous levant à midi et en espérant gagner 300€ pour 3 heures de taf ! C’est pas possible !

Idem si vous devenez médecin, il va falloir arrêter de croire que votre salle d’attente est comme votre room. Il ne va pas y avoir 400 personnes chaque jour vous disant “Comme t’es trop bonne BB”. Ca semble rigolo mais je vous jure qu’on prend vite goût à ce genre de choses.

Elle a dû lâcher un niveau de vie, bien sûr, mais aussi le personnage de la séductrice qui allume tout le monde.

Pas si facile que ça quand on a construit 10 ou 20 ans de sa vie dessus !

syndicat-travailleur-du-sexe-table-ronde

Luttes internationales, les putes, la loi, le modèle nordique

Oui je sais, l’article est super long ! C’est pas ma faute ! Les PUTAINS DE RENCONTRES c’est une fois par an donc on bosse grave ! Là on attaque la partie encore moins marrante que les précédentes.

Les lois européennes et les travailleurs du sexe … Et ben c’est pas joli joli. Le modèle nordique a triomphé. On ne pénalise plus le travailleur du sexe, qui est “forcément” une victime, mais on l’oblige à bosser dans des conditions atroces en rendant le client frileux.

Pour en finir avec le trafic d’êtres humains, ce qui est une excellente idée, on met en danger les professionnels volontaires. Car n’en déplaise aux catho, féministes, gaucho, je vous parlerais un jour de “la gauche” et son rapport avec la prostitution et le sexe, et autres asso abolitionnistes, IL EXISTE BEL ET BIEN DES PUTES QUI ONT CHOISI CE METIER ! Idem pour les actrices ET acteurs X et les camgirl camboy.

Si vous voulez en savoir plus sur les conséquences des lois de pénalisation …

La prostitution envahit le net – via CAPITAL

Bilan deux ans après le vote de la loi – via le JDD

Médecin du monde dresse un bilan sanitaire dramatique

Promis, je ne vais pas vous faire le résumé de cette excellente table ronde qui nous a permis de voir que l’hexagone est dans la même nasse que tous les autres pays européens. Pas pire … mais clairement pas mieux.

Entre sacralisation et émmigration

Par contre, une fois cet atelier terminé j’avais dans la bouche le goût désagréable de la merdasse moraliste. Il semble que chaque fois les syndicats de travailleurs du sexe se heurtent en premier aux mêmes associations :

  • Les féministes abolitionnistes pour qui le corps de la femme est un temple et où le moindre acte sexuel, s’il n’est pas enrubanné de myosotis, est un sacrilège.
  • Les associations religieuses et surtout catho pour qui … oh ! la même chose que plus haut !

Comme quoi le faux duel Marie versus Marie Madeleine – Maman e(s)t Putain, c’est pas gagné !

Vous allez me dire : “Oui mais en tant que syndicat il y a une solidarité et la convergence des luttes” … ET BEN NON ! D’ailleurs, au moment du fameux défilé du 1er Mai 2019 avec les gilets jaunes tout ça, et bien on a gentiment demandé au STRASS de manifester … ailleurs ! La solidarité du peuple de gauche c’est tellement beau à voir !

On se croirait en 36 quand les coco du maquis espagnol vendaient leur potos internationalistes ou anarchistes …

Enfin le dernier renvoi au goût de merde apparaît dans la succession des personnes les plus visées par les dérapages de police, les rafles et autres. Oui parce que dans la loi, la prostituée n’est plus une criminelle, mais dans les faits … Sans parler des petits encarts disant qu’elles ne peuvent pas exercer chez elles et autres astuces. Que ce soit en France ou ailleurs, il semble que les lois anti prostitution soient appliqués pour soutenir des politiques nationales presque clairement racistes et homo/trans phobes…

Mais ce ne sont que des ragots de putes, hein ! Faut pas croire tout ce qu’elles disent. Alors il reste les faits. Mais ça, vous irez voir sur les sites respectifs. Vous verrez, c’est croustillant !

Les travailleurs du sexe unis, le STRASS pour tous ?

Voilà, et tout ça c’est de l’aspartame de cette journée. J’aurais pu vous parler des trois sublimes femmes belges et voilées parce que musulmanes, qui bossent avec médecins du monde et venaient d’ouvrir une branche dédiée aux travailleurs du sexe. Ou encore de la longueur des jambes d’ICY DIAMOND, qui s’est fait censurer par VTC parce que Trans. De Stephanie, une superbe blondinette de 25 ans qui fait des bijoux et se prostitue mais qui en a marre de “leur tronche”. Sans oublier le sourire un peu triste d’EVA, qui s’occupe de la section Marseillaise du STRASS. Mais voilà, nous sommes deux asociaux et on a craqué en fin de journée, ce qui est déjà un exploit.

Le Vendredi soir, vous aviez plein de happening et performances qui, aux dires d’Axel de Sade, étaient super top. Le lendemain, la pride 2019 s’est apparemment bien passée et le dimanche … ben nous on a dormi ! Oui je sais, c’est mal !

Pour faire un bilan de cette journée avec des putains de gens bien, je finirais par cette phrase rabâchée mais qui est trop rarement appliquée :

Seul on va plus vite – Ensemble on va plus loin

Le milieu du caming n’est pas encore vraiment touché par les lois anti prostitution. Tant mieux pour moi. D’autres pièges, d’autres dangers y existent déjà. Mais ce qui est clair c’est qu’au vu de la moralisation des esprits, ce vide juridique ne va pas le rester longtemps. Déjà les banques nous ferment leurs portes, les réseaux sociaux nous bloquent quasi systématiquement. Le SEXE et le sexe tarifé a encore moins bonne presse qu’avant.

Dans cette période trouble où tout le monde s’en fout et ne pense qu’à sa gueule, les voix des extrêmes sont les seules à se faire entendre. Et si nous n’entendons pas plus parler les voix que porte le STRASS, c’est en partie parce que nous, les travailleuses du sexe, les camgirls, les actrices X, nous sommes tout … sauf solidaires !

Le STRASS est un syndicat pour fédérer, informer et soutenir tous les travailleurs du sexe. Sans discrimination d’activités ou de “sexeS”, et bien sûr sans discrimination ethnique.

Laisser un commentaire