C’est reparti pour une nouvelle saison des Lectures Erotiques de Charlie et j’attaque avec le délicieux roman porno REBECCA, de Jean-Yves Masson. Il y est question de désespoir, de reconstruction, de sexe sans limites, sans tabou, et de prostitution… masculine ! Un roman extrêmement bien écrit, intelligent, sensible et vraiment chaud ! J’adore quand la littérature érotique donne de belles lettres à la littérature tout court ! Un podcast idéal pour fêter la rentrée littéraire un peu en avance et de manière très érotique bien sûr !

Rebecca, portrait au vitriol d’une bourgeoisie décadente.

Rebecca est le premier roman de Jean-Yves Masson. Alors, si vous prenez deux secondes pour googliser le nom de l’auteur, vous allez tomber sur des caisses de liens qui parlent de l’autre Jean-Yves Masson, un auteur, traducteur et prof en université plutôt connu ! Mais rien sur l’auteur de Rebecca ! Tout ce que je sais, c’est qu’il est dessinateur et illustrateur de presse, libertaire, épicurien et amoureux de cinéma, de littérature et de belles femmes.

Rebecca est son premier roman, et malheureusement le seul à ce jour. Si vous savez quand Jean-Yves Masson publiera un autre roman, je veux bien être au courant car son roman porno Rebecca est vraiment une petite perle, autant dans la forme littéraire que dans le fond érotique et critique.

Podcast érotique de REBECCA

Rebecca, le pitch

Ce roman porno, c’est l’histoire à la première personne de Julian, un auteur et illustrateur qui vient de rompre. Une sale rupture qui te déchire les entrailles. Il oublie sa douleur dans l’alcool et un soir, dans un rade paumé, il rencontre Rebecca. Elle a la cinquantaine rayonnante, des envies débordantes et de la thune à revendre. Elle le trouve beau dans son désespoir. Elle aime les mecs désespérés car ils n’ont rien à perdre, tout à donner.

REBECCA va lui redonner vie, à Julian, ramener du sang dans son corps, dans son chibre, réveiller ses envies de vie !

Ces deux coeurs cabossés s’associent : elle, c’est la rabatteuse, lui, c’est la pute. Elle le forme aux moeurs de la grande bourgeoise, l’habille, le prépare. Lui, il baise, doigte, fouette, c’est selon. Une association redoutablement efficace, motivée par l’envie bien plus que par la thune.

Et nous, lecteurs, on découvre les clientes de Julian, sa vie et sa rupture, celle qui lui a tordu les tripes, et la relation libre et hors cadre qu’il construit avec Rebecca.

Du sexe et de l’humain

Jean Yves Masson nous plonge dans le monde de la grande bourgeoise, avec toutes ses saloperies planquées sous le vernis ! Comme le dit Julian, ce sont tous d’ignobles ordures, lui y compris, mais chacun à leur niveau. Tout le monde fait la pute, au final. Il y a ceux qui l’affichent, comme Julian et Rebecca. Et il y a ceux qui vendent leur âme contre un peu plus de pouvoir, une image toujours lisse, une étiquette à conserver.

Et puis, il y a à travers toutes ces histoires, des parcours de vies. Des personnages hauts en couleurs, décadentes assumées, veuves joyeuses qui croquent la vie à pleines dents et rattrapent le temps sacrifié à une image sociale. Des rombières à vomir, aussi, des mecs lâches et pathétiques… Bref, tout le monde en prend pour son grade.

Plutôt que sombrer dans le cynisme, Jean Yves Masson a l’intelligence de ne pas oublier que ces fantômes pathétiques restent des humains qui se dépatouillent comme ils peuvent, poussent de guingois et tentent de se frayer un chemin vers la lumière, comme une mauvaise herbe qui pousse entre deux blocs de bitume.

Sans oublier le sexe ! Des scènes de sexe à la hauteur des personnages qu’on croise : improbables, décadentes, sans limites !

C’est fellinien par moments, cruel à d’autres, sensible et délicat aussi, on croise toutes les palettes car le sexe n’est que l’expression de l’humanité de chacun de ses personnages. Joyeux, désespéré, pathétique, sensuel, délirant, orgiaque… Bref, la vie, quoi !

Rebecca, un très bon roman porno, humain, intelligent !

Bon ben vous l’aurez compris, j’ai aimé lire Rebecca. OUI un roman porno peut-être intelligent, bien écrit, et en même temps être décadent, libre et profondément humain.

En gros je vous conseille fortement de lire REBECCA ! En plus c’est, je crois, un des rares romans qui parle de prostitution masculine hétéro.

D’ailleurs, Julian le dit : il n’y a pas de mot pour les putes hommes, mis à part gigolo. Et pourtant, 25% des prostitué.e.s en France sont des hommes (hétéro et gays confondus) mais bizarrement, personne n’en parle… Cela dit, en ce moment il fait pas bon être pute, qu’on soit homme, trans ou femme. Et oui, la bienséance, la bienpensance et l’humanisme moraliste à deux balles qui prétend s’occuper de la dignité des autres sont en train de gentiment faire crever toutes les putes, hommes, femmes, trans confondus.

Alors raison de plus pour lire Rebecca car au final, nous sommes toutes et tous des putes. La question que chacun peut se poser c’est : qu’est-ce que je vends, et contre quoi ?

Soutenez, écoutez, devenez fan : Soyez un Charlie’s Angels

patreon-soutiens-charlie
Soutenez les lectures & le site
soutenir-charlie-liveshow
Faites un don, encouragez moi
podcast-erotique-charlie-podcloud
Podcloud
podcast-erotique-spotify
Spotify
podcast-erotique-itunes
Itunes
charlie-pornhub-fanclub
Fan club

Les Lectures Erotiques de Charlie, nouvelle saison !

Allez les p’tits choux, je vous laisse écouter un extrait du très bon Rebecca, de Jean Yves Masson. Au passage je voulais vraiment vous remercier toutes et tous d’être là, à l’écoute chaque semaine depuis bientôt 4 ans ! Merci de votre présence, de votre bienveillance et de votre écoute !

L’érotisme n’est pas une fin en soi, mais il devient de plus en plus difficile de trouver un espace d’expression pour l’érotisme et la sexualité. Les premières choses que les dictatures musellent, c’est la liberté d’expression et l’accès à l’érotisme et à la pornographie.

Donc chacun, chacune, à chaque fois que vous m’écoutez, à chaque fois que vous partagez un podcast, un article qui parle de sexualité, d’érotisme, vous laissez une petite fenêtre de liberté dans un monde de plus en plus rigide.

Alors du fond du coeur, MERCI !

LIENS

Le roman Rebecca existe en deux versions. La version uniquement avec le texte (c’est celle que j’ai) et celle éditée chez Sabine Fournier, qui est enrichi d’une centaine d’illustrations de l’auteur. Voilà les liens pour vous offrir ce livre, dans la version de votre choix !

Rebecca, texte uniquement : chez La Musardine ou sur amazon
Rebecca, texte + illustrations : éditions Sabine Fournier

Vous avez aimé ? Partagez !

Laisser un commentaire