Légendes érotiques arthuriennes, une table ronde très érotique

Les lectures érotiques de Charlie continuent leur plongée dans la mythologie, cette fois-ci, ce sont les chevaliers de la table rondes qui deviennent franchement chauds avec ces Légendes érotiques Arthuriennes ! Dans ce livre, paru aux éditions Dominique Leroy, on trouve non pas une mais deux nouvelles érotiques !

Du coup cette semaine j’invite deux autrices de talent. On retrouve Julie Derussy que vous avez écouté la semaine dernière dans HELENE fleur de soufre et Clarissa Rivière que vous connaissez bien si vous êtes des fidèles des podcast érotiques.

Légendes érotiques arthuriennes, le vice de la vertu

La première nouvelle, La demoiselle du Lac, de Julie Derussy, nous narre la rencontre entre Merlin et Viviane. Une rencontre tout ce qu’il y a de charnel, croyez moi ! Merlin succombe immédiatement aux charmes de la belle Viviane mais tente de fuir, par peur de son propre désir. Viviane, elle, n’attend qu’une chose : revoir ce bel inconnu qui a éveillé en elle le feu du désir… et le retenir à tout prix !

Pour la deuxième nouvelle, c’est Clarissa Rivière qui tient la plume. “Pour l’amour du roi” donne une version très érotique des liens qui unissent le roi Arthur, Guenièvre et Lancelot. Ici aussi, la culpabilité pousse Lancelot à fuir, et Arthur va déployer moult moyens pour le retrouver.

Dans les deux nouvelles érotiques, on retrouve l’élément de la culpabilité. Tantôt celle de Merlin, tantôt celle de Lancelot. Une dichotomie entre un désir simple qui pousse les corps les uns vers les autres où seuls parlent le désir et le plaisir. Mais très vite, le mental reprend le contrôle et stoppe le désir à grands coups de culpabilité et de il ne faut pas.

Décidément, la morale chrétienne a du mal avec le plaisir ! Fort heureusement, les deux autrices réussissent dans leurs nouvelles, à concilier les deux.

Podcast érotique : l’érotisme arthurien

Vie pleine d’envie ou vie pleine de morale ?

Je crois qu’on peut s’inspirer de ces deux nouvelles érotiques dans nos vies quotidiennes. Quand notre mental, la morale qu’on a fait nôtre, viennent alourdir nos désirs, voire carrément les stopper. Quand l’envie fait place au jugement et aux impossibles, au lieu de fuir, ce que font les personnages au départ, si on s’arrêtait un instant. Au lieu de s’affoler, respirons et servons nous de notre raison.

Où est le souci avec mon désir ? En vérité, si j’oublie la morale, qui n’est ni plus ni moins qu’une suite de dogmes rigides qu’on prend pour des vérités, y a-t-il vraiment un problème ? Est-ce que je blesse quelqu’un ? Pas un ego, non, un humain. Non ? Est-ce que j’en ai envie ? Si je m’imagine réaliser mon envie, qu’est-ce que j’éprouve ? De la joie ? Du plaisir ? Et donc, pour obéir à des règles qui ne s’appuient sur rien d’autre que du dogmatisme, je vais aller à l’inverse de ce qui me met en joie ?

Et bien, si on faisait ça à chaque fois qu’on juge nos envies, nos désirs et nos fantasmes, on serait bien plus léger et je crois même que le monde ne s’en porterait que mieux ! Vous ne croyez pas ?

Le vice et la vertu mise en musique

Pour finir ce podcast érotique et philosophique je vous invite à découvrir ce petit groupe qui a trouvé comment rassembler ces deux mondes. Un chant baroque, une guitare flamenco et des textes des chansons de putes des années 1900 vous allez voir c’est croustillant à souhait !

lecture-erotique-fun-radio

Laisser un commentaire