Cuntwars, un très bon jeu hentaï aussi beau que macho

Le jeu vidéo, comme la bédé, s’est mis à la porn culture. Du coup on va parler de la découverte par Renaud de CUNTWARS, le jeu hentaï qui pollue vos navigateurs dès que vous allez sur un site de stream. Et oui, il a succombé aux nichons xxxl et aux verges turgescentes ! Mais au final ce free to play pour adultes se révèle aussi agréable à jouer qu’à voir ! Quand la forme et le fond d’un jeu sont en harmonie… Ben vous cherchez un moyen de récupérer votre mec !

Cuntwars, un free to play pour adultes

Cuntwars est donc un free to play pour adultes, c’est-à-dire un jeu gratuit, qui ne demande ni installation, ni abonnement pour pouvoir jouer. Le principe est simple, vous vous connectez sur la page du site cuntwars et vous vous créez votre compte.

La page d’index vous met de suite dans le bain. Une partouze où Adam, le zomme que vous allez incarner, se fait pomper un chibre monstrueux par des demoiselles à l’esprit joueur.

Une fois connecté, vous voici plongé en plein coeur de la folie sexuelle des hentaï. En gros, tout devient possible ! Ca partouze dans tous les sens. Les ninjas enfilent les soubrettes comme des perles. Des démones vous ouvrent leurs cuisses chaudes “zé” carnivores. Les nichons sont mongolfiers et les fentes omniprésentes.

Free to play ou pay-to-win ? Comme chaque fois, certains vont dire qu’il faut payer pour pouvoir progresser. C’est clair que tout est fait pour que Cuntwars devienne un pay-to-win mais par rapport à d’autres jeux non hentai, pas tant que ça ! Il faut, comme dans le cul, apprendre à gérer votre impatience ! Profitez-en pour contracter votre périnée et faire un peu de sport !

Pour les paranoïaques comme moi, rien n’est téléchargé sur votre ordinateur exception faite d’un cookie. L’inscription est très simple, une adresse mail valide et un mot de passe. Si vous êtes méfiant, vous pouvez créer une adresse mail réservée à vos jeux en ligne, adultes ou autres, ça coûte pas plus cher et ça sécurise… un peu.

Un jeu hentaï super beau mais maxi macho

Cuntwars est vraiment en mode hentaï, la morale s’efface au fur et à mesure du jeu. En gros, tout ce que l’imaginaire du cinéma porno a toujours voulu faire est ici possible ! Vous allez voir qu’il n’y a pas grand chose de censuré.

Les grenouilles font des fist anal, les minotaures défoncent les jeunes pucelles et les paladines jouent à touche pipi entre elles, et bien le hentaï le permet ! Les visuels sont dans le plus pur style hentaï, c’est très fantasmagorique, beau et super chaud.

Bon par contre l’imagerie de CUNTWARS est clairement pornographique, outrageuse et absolument politiquement correct. En gros, bienvenue dans l’enfer de l’esprit puritain et des féministes. Donc si vous êtes politiquement engagé, que vous aimez vous offusquer et vous draper dans un truc autre que la fange et le mauvais goût, Cuntwars n’est pas forcément fait pour vous ! Mais vous deviez vous en doutez, le titre étant assez clair sur les intentions : Cuntwars, la guerre des fentes, est donc fait et conçu pour un public masculin ET gamer.

Cuntwars, un jeu de plateau bien fait

La partie jeu est, pour moi, aussi importante que le graphisme. Au départ, c’est clair que j’y suis allé pour voir le visuel débridé hentaï. Pour être sincère, je m’attendais à être déçu par la partie jeu, comme ce fut souvent le cas avec d’autres jeu hentaï. Agréable surprise, la partie gamer de Cuntwars est aussi séduisante que la partie graphique !

On est sur un jeu de carte et plateau, mélange entre dofus et magik. Vous avez toute une série de zones de combat pvp et des zones de quêtes en mode kill the boss and go on assez facile.

Il y a bien sûr les petits bonus qui vont bien comme la mine, les échanges de cartes en joueur, votre guilde et des extra ball que cuntwars dispense au fil de la journée.

Un hentaï game essentiellement pvp

Les zones de pvp vous mettent, elles, en face de challengers autrement plus coriaces, des humains. La bagarre, lieu purement pvp, vous permettra de gagner quelques babioles et vous fera patienter pendant que les coffres gagnés suite à de douloureux essais dans la zone de combat tardent à s’ouvrir.

L’Arène des dieux, une zone de combat contre le logiciel, vous met en présence de monstres mythiques à la sexualité encore plus débridée que vos personnages. Perso je n’aimerais pas rencontrer la virilité du minotaure un soir au fond des bois ! Bobo au cucul !

J’espère que vous galèrerez autant que moi dans la tour noire : une zone de combat pvp vicieuse où vos “salopes”, c’est le nom de vos combattantes, sont extraites aléatoirement de votre jeu. Ce qui vous demande d’avoir un set complet plus harmonieux et non pas 8 cartes top et les autres médiocres.

Cuntwars, du beau et du bon jeu hentaï

C’est ce qui je crois m’a le plus surpris : la quantité d’évolutions possibles dans CuntWars. Votre set de carte évolue sans arrêt, dénudant vos créatures petit à petit. Le système de guilde est simple mais efficace. Qui plus est, il permet de se rencontrer et d’élaborer des stratégies ensemble. Les règles sont simples mais si, comme moi, vous aimez la stratégie, vous avez pas mal de soirées pour trouver les finesses et améliorer votre set de garces combattantes !

Les bémols que je mettrais sur Cuntwars sont pour moi juste d’ordre moral. J’aurais aimé voir plus de scènes de FemDom, histoire de mettre un peu d’égalité dans tout ça. Pareil, si au lieu d’incarner forcément un zomme, Adam en plus, c’te blague, on pouvait incarner au choix Eve ou Adam, perso je trouverais ça sympa.

Après, et je ne suis pas le seul, Cuntwars se place en numéro 1 des jeux hentaï autant par la qualité des graphismes que pour la richesse du jeu. D’ailleurs, une fois passées les premières heures à rire des scènes porno en bonus, on s’occupe plus de la stratégie et du jeu qu’autre chose. Je vous laisse découvrir les petits secrets de ce hentaï game de très belle facture. Par contre faites attention, Cuntwars est vite addictif !

Renaud

Laisser un commentaire