• Post comments:0 commentaire
  • Temps de lecture :13 min de lecture

On continue l’exploration du recueil du prix de la nouvelle érotique 2021 (PNE) avec celle d’Anael Verdier, Le destin est dans une réservation de train, une des nouvelles les plus chaudes, les plus porn et les plus gonzo de ce recueil de 11 nouvelles érotiques. Perso j’adore le style et la qualité d’écriture de cette nouvelle et j’espère bien que vous aussi ! Mais au pire il y en a 10 autres et en plus … le prix de la nouvelle érotique est GRATUIT au format pdf !

Au passage, petite info pour les auteurs : ce genre de titre, c’est une galère absolue pour l’intégrer dans un article avec un SEO, donc un référencement, correct. Donc, ne pas merci, sur ce coup là, hein ! Et si vous pouviez penser de manière un peu plus business la prochaine fois. Pfff ces artistes j’vous jure !

Sinon, blague à part, la nouvelle d’Anael Verdier fait donc partie du recueil du PNE 2021, et ne se déroule pas vraiment dans un train. Ah ah, vous vous êtes fait eus, hein ! Bon, je sens que je suis en grande forme, je risque de faire plein de blagues pourries tout au long de cet article. Désolée par avance, on arrive en décembre, et moi, le mois de décembre, ça me fait des trucs bizarres…

recueil du PNE 2021, on dit oui a la nouvelle erotique !

Voici donc le troisième extrait consacré au recueil du Prix de la Nouvelle Erotique 2021. Et ouais, 3 ! Alors à toutes les mauvaises langues qui ronchonnent dans leur coin, non, y a pas de préférentisme. C’est juste que la parution, gratuite je précise, sur le blog du PNE de la nouvelle lauréate et celle du recueil sont décalées dans le temps.

Ben oui, emplis de joie et d’enthousiasme, l’équipe et le jury du prix de la nouvelle érotique partagent au plus vite la grande nouvelle gagnante ! Mais après, mettre en page un livre, numérique et papier, l’imprimer, ben ça prend du temps !

D’autant que le recueil est joliment fait. Perso j’ai la version papier (merci mille fois, je préfère je l’avoue les livres papiers. Lire sur l’ordi me donne l’impression à la fin d’être atteinte de myxomatose. Et que devient le plaisir de s’endormir en s’écrasant joyeusement le livre sur la tronche, hein ?). Et donc, je disais, la version papier est super agréable. J’aime beaucoup le format, la police, et le petit détail qui tue, la numérotation des pages avec le rappel du titre, ca c’est la classe ! (oui, je m’émerveille d’un rien).

Bref. C’est donc le troisième épisode de mon podcast de lecture érotique consacré à TOUCHER A LA HACHE du nom de la nouvelle lauréate de Perle Vallens. histoire de bien souligner le formidable travail que font les avocats du Diable et les éditions AU DIABLE VAUVERT

Non seulement ils organisent un prix littéraire consacré à l’érotisme, ça déjà c’est rare ! Il y a quand même une jolie dotation à la clé (3000€, 2 semaines de résidence d’écriture, 1 week end dans un hotel), c’est pas négligeable. La participation est gratuite, et le principe de la contrainte de temps, de thème et de mot final est à la fois fun, mais c’est aussi un super moyen de développer sa créativité ! (je vous avais déjà parlé des joies de la contrainte, il me semble).

Mais, cherry on the coke, en plus de tout ça, le recueil qui rassemble une dizaine des meilleures nouvelles, sélectionnées par le jury du PNE, est gratuit sous sa forme numérique ! Franchement, chapeau ! Parce que non seulement ils aident les auteurs, avec une jolie dotation et l’occasion de relever un défi littéraire. Mais en plus, ils participent au rayonnement de la littérature érotique, qui est encore hyper méconnue quand même, et qui se trimballe pas mal de préjugés, la pauvre.

Alors pour tout ça, moi je dis chapeau bas, bravo, et merci ! Vive le prix de la nouvelle érotique ! Et bim !

Le destin est dans une réservation de train, d’Anael Verdier

J’ai choisi la nouvelle d’Anael Verdier parce que je l’ai trouvée solaire, et qu’il y a quand même une super belle scène de cul, ma foi fort bien écrite. avec du rythme, une montée progressive, bref, de quoi se régaler !

Pour moi, c’est l’une des nouvelles les plus érotiques, dans le sens où le sexe est vraiment au coeur, sans pour autant tomber dans un gonzo. Ou alors, un gonzo bien écrit, vous voyez ce que je veux dire.

L’histoire est super simple. Par hasard, le narrateur croise un vieux pote, Sylvain, dans un train. Ils se revoient quelques mois plus tard, et vont vivre une très belle nuit de sexe. Sylvain est homo, le narrateur, lui, on sait pas. Bi, flexible, hétéro, ca n’a pas beaucoup d’importance. La seule chose qu’on sait, c’est qu’il galère à choisir entre 2 femmes. C’est sa première fois avec un mec, c’était pas prémédité, mais ca arrive. Et il en a très envie. Et il va découvrir une puissance d’orgasme inconnu jusqu’alors.

Et surtout, il va découvrir un autre positionnement, celui de se laisser faire, de se laisser prendre. Plutôt que dominer, contrôler, prendre en main, le narrateur va découvrir le plaisir de l’abandon. Dans le sexe, et peut être ailleurs, qui sait…

Le désir n’a pas de sexe

Encore une fois, c’est une scène de sexe entre deux hommes qui a retenu mon attention. Mais comme dans la lecture érotique de la semaine dernière, And the boys de Marguerin Le Louvier, le sexe des protagonistes n’a aucune importance je trouve.

Ce qui m’a touché dans cette scène, c’est l’acuité du désir, la profondeur de la jouissance, et la découverte, pour le narrateur, de ce que c’est d’être emporté par le flot, abandonné à l’instant, sans contrôler. Ecoutez bien cette histoire, et captez qu’on peut la conjuguer au masculin, au féminin, au neutre. L’essentiel est au delà des genres, des formes, des apparences. Ce qui se joue, c’est l’abandon, le laisser aller. ce qui transparaît, c’est une charge érotique puissante, un désir sans fond, qui transforme ceux qui se laissent traverser.

Des liens et des bisous !

Avant de vous quitter, je vous dis quelques mots sur Anael Verdier. Il est auteur, vous l’avez compris, mais également coache d’auteurs. Il aide d’autres auteurs à accoucher, comme il le dit lui même. Anael Verdier a publié en 2018 son troisième roman, Qui a encore le temps de tomber amoureux ?

Si vous voulez découvrir un peu plus son univers, je vous invite à aller vous promener sur son site. Il y partage des fictions courtes, des billets d’humeur, des proses, bref… plein de choses à lire et à découvrir !

Soutenez, écoutez, abonnez-vous : Soyez un Charlie’s Angels

Quant à ceux qui voudraient participer au prochain PNE, je crois qu’il reste encore quelques places pour la nuit marathon d’écriture, qui aura lieu du 18 au 19 décembre, alors bougez vous !

Des bisous les p’tits choux, à la crème évidemment ! Prenez soin de vous, et à très vite pour de nouvelles aventures érotiques !

Et si ce podcast vous a plu, n’hésitez pas à me soutenir grâce à mon Patreon. A vot’ bon coeur, m’ssieurs dames !

Vous avez aimé ? Partagez !

Laisser un commentaire