Confinement ou pas, les Lectures Erotiques de Charlie continuent avec le roman porno Professeures de Plaisir, de Carlo Vivari ! D’ailleurs, c’est même la période idéale pour écouter des podcasts érotiques et développer son imaginaire érotique. Pour toutes celles et ceux qui sont confinés seuls, vous allez découvrir à sa juste mesure la puissance des fantasmes ! Et rappelons-nous que même si les déplacement sont limités, nos espaces intérieurs sont infinis

Professeures de plaisir, ou l’initiation d’un puceau

Professeures de plaisir, de Carlo Vivari, est la deuxième parution de la collection Les Nouveaux Interdits, dirigée par Christophe Siébert, pour les éditions Media 1000. Ici encore, la ligne éditoriale est clair : on est sur du roman porno ! Le sexe est au centre, il y en a même à chaque page, on appelle une chatte, une chatte, et on fait pas dans la dentelle et l’abricot perlé de rosée de désir.

Cependant, autant j’avais vraiment adoré le premier roman de la collection, l’excellentissime Banlieues Chaudes, de François Fournet. Autant là, je reste un peu sur ma faim. Il me manque quelque chose, le petit truc qui m’embarque et rend la lecture magique. Allez, avant de vous en dire plus, je vous laisse écouter le podcast érotique et je vous pitche l’histoire de ce roman porno.

Podcast érotique de Professeures de plaisir

Des livres porno en promo !

Pendant cette drôle de période du confinement, les éditions Media 1000 comme celles de La Musardine pensent à vous ! Ils proposent tous les ebooks érotiques à -50% !!!

SUR LE MÊME THÊME :   Rose, aux sources du BDSM

Tous les romans porno de la collection Les Nouveaux Interdits sont à seulement 5€ !

Je serais vous, je foncerais sur l’occasion ! Et si vous ne l’avez pas lu, ne loupez pas l’excellent Banlieues Chaudes, mon coup de coeur de l’année !

Professeures de plaisir, le pitch

L’histoire est assez simple. C’est celle de François Pignon, jeune puceau de 17 ans, qui va découvrir les délices du sexe avec des femmes plus âgées que lui, des mils assoiffées de sexe. Comme François Pignon commence à déprimer car au lycée, tout le monde se moque de lui vu qu’il a le même nom que le personnage du film “Un dîner de cons”, ses parents décident de l’envoyer en vacances avec sa tante Anita. Sous le soleil de Djerba, Anita va initier son puceau de neveu à tous les plaisirs du sexe… De retour au lycée, François continue son initiation avec sa sublime prof d’anglais !

Soutenez, écoutez, devenez fan : Soyez un Charlie’s Angels

patreon-soutiens-charlie
Soutenez les lectures & le site
soutenir-charlie-liveshow
Faites un don, encouragez moi
podcast-erotique-charlie-podcloud
Podcloud
podcast-erotique-spotify
Spotify
podcast-erotique-itunes
Itunes
charlie-pornhub-fanclub
Fan club

Du sexe, oui, mais il manque le fond…

Vous l’aurez compris, on est sur des fantasmes récurrents chez la gente masculine, en tout cas chez les puceaux. L’initiation aux plaisirs de la chair par des milf bombasses et assoiffées de sexe ! Le tout mâtiné d’un peu de transgression avec le rapport incestueux entre la tante et son neveu.

La caricature ne me gêne pas dans la littérature érotique, prenons pour exemple La Bourgeoise, où Gil Debrisac joue avec l’archétype de la bourgeoise salope et du pornographe vicieux. Mais il faut en faire quelque chose, de ces caricatures, les pousser jusqu’à trouver l’humain derrière, la source profonde du désir. Ou encore le comique. Ou l’horreur. Bref, faut creuser, quoi !

Là, Carlo Vivari reste au niveau de la caricature, sans jamais m’amener ailleurs. J’ai énormément de scènes de sexe. Mais pourtant, je reste derrière la vitre. Ses personnages sont trop creux. Je ne m’identifie pas, je n’ai ni tendresse ni aversion pour aucun d’entre eux, et j’assiste à une description détaillée de pratiques sexuelles. Mais il me manque vraiment quelque chose, il me manque le moteur humain. Pour moi, je suis sur un gonzo littéraire, avec beaucoup de gros plans et peu de plans d’ensemble qui me parlent des enjeux et m’emmènent au coeur de la relation.

SUR LE MÊME THÊME :   L'histoire du pornographe qui devint gourou

Mais, en littérature comme en cinéma porno, il y a des amateurs du genre. Alors pour les accros du gonzo, les amoureux du gros plan, vous allez vous régaler, car croyez moi, il y a de la matière pornographique à foison !

Pour ceux qui veulent du cul ET de la littérature je vous encourage fortement à lire (ou relire) l’excellent BANLIEUES CHAUDES

Bisous bisous et à la s’maine prochaine.
Charlie

Vous avez aimé ? Partagez !

Laisser un commentaire