Cette semaine, la poésie érotique s’invite dans les Lectures Érotiques de Charlie. Un podcast, érotique bien sûr, qui, de Ronsard à Aragon, vous emmènera je l’espère dans le monde chaud, sensuel et onirique de La Poésie. Un monde où l’abstrait embrasse la chair et le sexe. Un univers où la langue délie les jambes et les cerveaux. Une poésie faite de chair et de stupre.

Pourquoi choisir de vous faire un podcast sur la poésie érotique en ce moment ? Peut-être parce qu’à mon sens, en ce moment, le monde oublie un peu trop le beau et la grâce au profit de la violence et de l’ennui, de la peur et de la méfiance. Alors “Et la tendresse, bordel !” bien sûr, mais n’oublions pas la poésie, que diantre !

De Ronsard à Aragon, de la poésie érotique dans les oreilles !

La poésie existe depuis que l’homme écrit, et même, depuis que l’homme raconte. Les griots africains sont des poètes, tout comme l’étaient les aèdes, les troubadours, etc…

La poésie, c’est quoi ? Voici ce que dit wikipédia de la poésie :

La poésie est un genre littéraire très ancien, aux formes variées, écrites généralement en vers mais qui admettent aussi la prose, et qui privilégient l’expressivité de la forme, les mots disant plus qu’eux-mêmes par leur choix (sens et sonorités) et leur agencement (rythmes, métrique, figures de style).

Le terme “poésie” et ses dérivés “poète”, “poème” viennent du grec ancien poiesis, le verbe poiein signifiant “faire, créer” : le poète est donc un créateur, un inventeur de formes expressives.

wikipedia, ton ami pour la vie ! (pensez à leur faire un don de 2€ de temps en temps)

Certains, quand on leur parle de poésie, imaginent de suite des vers, des rimes, des mots compliqués, des trucs auxquels on comprend rien sans explication de texte.

D’autres voient des associations de mots, de sons, d’images qui donnent au réel une autre dimension.

C’est compliqué de définir la poésie, je trouve. Car elle n’est définie ni par la forme, ni par un type de sujets spécifique. Tout peut être poésie. Même l’argot !

Définir la poésie, c’est automatiquement la réduire pour la faire rentrer dans un cadre. Alors que l’essence même de la poésie, je crois, c’est d’agrandir le sens et d’oser dépasser du cadre, de franchir le seuil de l’imaginaire. Tout peut être poésie, et le sexe aussi !

Podcast autour de la poésie érotique

La poésie, la porte pour nous emmener au delà de nos définitions

Pfff, en ce moment plus que jamais, on a besoin de poésie je crois. Je sais pas vous mais moi, ces temps-ci, quand j’écoute les infos, quand j’ouvre un réseau social ou que je laisse traîner mes oreilles pour écouter ce que racontent les gens, j’entends surtout la peur, la plainte, la frustration.

Alors oui, y a une épidémie. Oui, y a des gens qui meurent, des gens qui tombent malades. Oui, c’est chiant le confinement. Mais bordel de dieu, on est en vie ! Alors au lieu de râler, pleurer, nous lamenter, soyons vivants !

Ecoutons de la musique, chantons, fort de préférence ! Dansons dans nos salons, sur nos balcons, sur le trottoir devant chez nous ! Mettons de l’espace dans nos têtes et dans nos coeurs, au lieu de nous ratatiner et de nous rétrécir ! Le monde s’occupe de restreindre les espaces, ne lui facilitons pas la tâche en rétrécissant nos espaces intérieurs.

Nous portons en nous l’immensité. Vous ne me croyez pas ? Fermez les yeux, et imaginez. Vous galérez ? C’est que le muscle de votre imaginaire est un peu rouillé mais pas d’inquiétude, ça se travaille. Commencez donc dès maintenant.

De la poésie érotique, car le sexe est beau !

Ca n’a jamais été simple de parler de sexe. Mais ces temps-ci, l’étau se resserre. Les Gafam, facebook, youtube et cie censurent de plus en plus tout ce qui touche à la sexualité. Petit à petit, les rares plateformes de paiement qui autorisaient les sites de cul disparaissent. La morale gagne du terrain et sous une apparente liberté, la pudibonderie se répand de plus en plus.

On continue d’accuser le porno de tous les maux. Les salopes sont toujours montrées du doigt, mais maintenant, les queutards aussi ! C’est ça, l’égalité des sexes ! Le rapport au corps ne s’améliore pas vraiment. On fait rentrer le corps dans une espèce de compétition mondiale où seuls priment la lissitude et la standardisation. Bref, c’est pas joli joli, tout ça !

Alors plus que jamais, lisons des textes érotiques. De la poésie érotique. Regardons-nous dans un miroir, touchons-nous, caressons-nous, apprivoisons-nous, réapproprions-nous nos corps, notre sensualité et notre érotisme.

Non, le sexe, ce n’est pas sale, ni pervers. Enfin, sauf si on l’aime sale. Mais auquel cas, où est le problème, vu qu’on aime ça ?

Non, on n’est pas un gros obsédé si on mate un film de cul, si on lit ou écoute un texte érotique. Et quand bien même on le serait, obsédé, où diantre est le problème ? Tant que tout le monde est d’accord, où est le problème ?

Le problème, c’est ce qu’on va penser de vous ? Ce qu’on va dire de vous ? Mais qui pense, qui parle de vous ? Honnêtement, ces gens qui vous montrent du doigt, vous avez envie de leur ressembler ? De finir aussi secs et desséchés qu’eux ? Non ? Alors ils peuvent bien penser ce qu’ils veulent, ça n’a pas grande importance !

De Ronsard à Aragon, ballade poétique et érotique

Allons mes amis, embarquons en bonne compagnie pour une ballade poétique et érotique ! Cultivons l’irrévérence et la sensualité !

Aujourd’hui, je vous lis des textes de grands auteurs car, comme vous le savez, nombre d’auteurs et poètes célèbres ont écrit le sexe et l’amour physique, au grand jour ou dans le secret de leurs alcôves.

Vous (re?)découvrirez les poèmes suivants :

  • Ronsard : Les poètes l’ont si bien dit
  • La Fontaine : Aimons, Foutons
  • Théophile Gautier : Bonheur parfait / Concordance / L’épouseur de famille
  • Mallarmé : Mignonne
  • Apollinaire : A la partie la plus gracieuse / La boulangère / Mon beau membre asinin / Ma queue éclatait sous tes lèvres / Il y a le cri des sabines / Les canons membres génitaux / Con large comme un estuaire
  • Boris Vian : La messe en Jean Mineur
  • Aragon : La fuite inquiétante de l’été

Des liens & des bisous autour de ce podcast érotique

La violence et l’ennui, superbe album et titre de Leo Ferré. A écouterA acheter

Mes ami.e.s, j’espère que la ballade vous plaira. Si vous voulez continuer le voyage, voici quelques liens pour faire durer encore un peu plus le plaisir…

Merci de votre écoute et de votre fidélité chaque semaine. Et n’hésitez pas à partager et faire connaître ce podcast auprès des gens que vous aimez bien. Car non, l’érotisme ce n’est ni sale, ni pervers, ni mal. C’est simplement mettre en scène le désir et le corps. Alors osez partagez, mes ami.e.s. C’est en partageant ce qu’on aime avec ceux que l’on aime qu’on change un peu le monde, du moins, notre monde.

Plein de bisous et d’amour ! Prenez soin de vous !

Vous avez aimé ? Partagez !

Laisser un commentaire