Et si je vous lisais 2 textes du Prix de la Nouvelle Érotique 2019 ? Le thème de ce PNE 2019 est en plus parfait par les temps qui courent : One Mort Time, une dernière fois avant la fin… la fin de quoi ? En ce début de second confinement, à chacun de compléter. La fin des illusions, la fin des libertés, la fin d’un monde… Je trouve que replonger dans ce recueil du Prix de la Nouvelle Érotique 2019 tombe à point nommé, pour plusieurs raisons !

Déjà parce que normalement, le 5 novembre, c’est la sortie du Prix de la Nouvelle Erotique 2020 ! Yipiya ! Evidemment, je vous lirais la nouvelle lauréate, et si les autres nouvelles qui l’accompagnent pour composer le nouveau cru du recueil de nouvelles érotiques sont dispo, vous aurez sûrement un extrait en rab, bandes de gourmands !

Ensuite, comme je vous le disais, parce que le thème de l’édition 2019, One Mort Time, colle parfaitement à la saison ! Alors c’est parti mes ami.e.s, ouvrez grand vos oreilles, on plonge dans deux nouvelles érotiques, avant qu’il ne soit trop tard…

One Mort Time, PNE 2019 – on ose avant qu’il soit trop tard ?

Alors petit rappel en préambule, pour celles et ceux qui ne connaissent pas le PNE (Prix de la Nouvelle Erotique). C’est un prix littéraire organisé par Les Avocats du Diable qui ressemble à un marathon d’écriture ! En effet, les participants ont une nuit, de minuit à 7h du matin, au moment du changement d”heure d’hiver, pour écrire une nouvelle érotique avec un thème et un mot final imposés.

En 2019, le thème était One Mort Time, et le mot final : Entonnoir. Le/la lauréate remporte 3000 € ainsi qu’une résidence d’écriture en Camargue.

A chaque édition, les Avocats du Diable, en collaboration avec les éditions du Diable Vauvert, éditent un recueil d’une dizaine de nouvelles sélectionnées, incluant évidemment la nouvelle finaliste. Ce recueil de nouvelles érotiques est disponible en version papier, mais il est également mis gracieusement à disposition dans sa version numérique.

En 2019, il y a eu non pas une mais deux nouvelles lauréates, qui se sont partagées le prix. J’en avais fait la lecture, évidemment, vous pouvez les réécouter si le coeur vous en dit. Mais là, à quelques jours de la sortie de l’édition 2020, j’ai eu envie de vous proposer de nouveaux extraits à écouter.

Podcast érotique du prix de la nouvelle érotique 2019

2 nouvelles érotiques à déguster

J’ai choisi, parmi les 9 nouvelles qui composent le recueil de nouvelles érotiques du PNE 2019, de vous lire des extraits de 2 nouvelles, qui m’ont particulièrement séduite.

  • Constellation, de Anaël Verdier : Une femme vient de perdre l’homme qu’elle aime, avec qui elle partage sa vie. Comment combler le vide ? Comment, malgré l’absence, sentir encore sa présence ?
    C’est une nouvelle que j’ai trouvé à la fois très touchante et très érotique. Je vous laisse découvrir ça.
  • En odeur de Sainteté, de Céline Saint Charle : Arlette attend, espère la mort, en maison de retraite. Elle qui n’a jamais connu le plaisir. Mais, avant la fin, avant qu’il ne soit trop tard, laissera-t-elle jaillir le feu qui court en elle ?
    Une nouvelle excellente, sur les interdits débiles qu’on se met. Et vous le verrez, ça peut durer longtemps !

Soutenez, écoutez, devenez fan : Soyez un Charlie’s Angels

patreon-soutiens-charlie
Soutenez les lectures & le site
soutenir-charlie-liveshow
Faites un don, encouragez moi
podcast-erotique-charlie-podcloud
Podcloud
podcast-erotique-spotify
Spotify
podcast-erotique-itunes
Itunes
charlie-pornhub-fanclub
Fan club

Eros, Thanatos, osons plonger avant qu’il soit trop tard !

Dans le recueil du PNE 2019, il y a évidemment pas mal de nouvelles érotiques qui traitent de la mort. Logique, avec un thème comme One Mort Time. La mort est un moteur puissant. Elle nous rappelle que tout s’arrête un jour. Elle nous enjoint à aller à l’essentiel, simplifier, oser, vivre avant que tout ne s’arrête.

Notre problème majeur, bien souvent, c’est d’oublier que nous sommes mortels. On prend alors le temps d’en perdre, du temps, justement. On le gaspille en tergiversations, en hésitations, en hontes futiles et névrotiques qui ne font qu’une chose : nourrir nos empêchements et nous empoisonner la vie. On s’empêtre dans le doute, la peur du qu’en dira-t-on et du regard de l’autre.

Et quand la Mort survient, implacable, parfois brutale et inattendue, alors on pleure, on regrette, on se lamente en se disant : Ah, si j’avais su ! Et si, pour une fois, on arrêtait d’oublier.

Et si pour une fois, on osait, on vivait, avant qu’il ne soit trop tard, avant que le glas ne sonne. La mort peut être une excuse pour ne pas vivre. Pour justifier la peur et l’empêchement car tu comprends, c’est dangereux, c’est risqué ! Mais c’est aussi un levier formidable et d’une puissance inouïe qui peut nous permettre d’oser, justement, avant qu’il ne soit trop tard. One Mort Time.

One Mort Time – Savourer et vivre, tant qu’il est temps

On dit souvent que c’est au moment où l’on perd quelque chose qu’on se rend compte de sa valeur. C’est quand on se sépare qu’on se rend compte qu’on aime, par exemple. C’est quand l’autre meurt, qu’on se rend compte d’à quel point on était chanceux de le connaître.

Aujourd’hui, avec ces confinements successifs, et qui, soit dit entre nous, ne seront certainement pas les derniers, si nous en profitions pour apprécier la liberté que nous avons ? Profitons-en car bientôt, on dira “que nous avions”.

Dans un monde de plus en plus moral, de plus en plus régi par la peur et l’interdit, plus que jamais cultivons notre liberté. Alors oui, y a des règles. Mais notre liberté intérieure est précieuse, et elle peut vite disparaître.

Donc, bordel de dieu, Osons ! Osons aimer, désirer, baiser, embrasser, lécher, fourrer… Osons montrer nos sentiments, nos désirs, nos passions. Avant qu’il ne soit trop tard… One Mort Time…

One Mort Time, des liens et des baisers

Allez avant de se quitter, mes ami.e.s “érotophiles”, je vous donne tous les liens pour vous procurer cet excellent recueil de nouvelles érotiques du PNE 2019, One Mort Time.

Et puis je vous embrasse fort ! Continuez de vivre, d’aimer, de chérir vos libertés. Et n’oubliez pas que la liberté la plus puissante est celle qui est dans nos coeurs et nos esprits. Tout comme les restrictions les plus coercitives sont celles nichées au fond de nous, qui définissent nos impossibles. Alors élargissons le champ de nos possibles et mettons de l’espace dans nos têtes et dans nos coeurs !

Besos, et prenez soin de vous !

Vous avez aimé ? Partagez !

Laisser un commentaire