Les talons rouges de Corpus Delecta

Pour cette nouvelle lecture érotique, ce n’est pas un livre qui est à l’honneur mais une autrice, Corpus Delecta. Je vais vous lire un extrait de deux de ses livres érotiques. Shérazade et les Talons rouges qui vous allez le voir sont très différents l’un de l’autre mais sont tous les deux très stimulant pour notre imaginaire érotique.

Corpus Delecta l’érotisme qui a de l’humour

Je découvre avec vous Corpus Delecta. Je ne l’avais encore jamais lue, et je n’ai qu’une chose à dire : j’adooore ! Déjà, l’humour est omniprésent dans les trois livres érotiques que j’ai lu. C’est tellement rare d’arriver à mélanger humour et érotisme que c’est chaque fois du bonheur de trouver un auteur y arrivant !

Corpus Delecta nous prouve, s’il en était besoin, qu’humour et sensualité font plus que bon ménage. Ils sont même des composantes indispensables d’une relation vibrante de passion. Quoi de plus ennuyeux que des corps sublimes se mêlant sans cette fougue, cette vie et le pétillement qui caractérise l’humour. Corpus Delecta est maîtresse du genre, mêlant avec brio bon mot, sensualité, réplique pleine de finesse et gourmandise charnelle. L’érotisme c’est aussi ça, une jouissance des mots, des sens, de tous les sens. Sans ça nous ne serions que pornographie. Ca serait dommage, non ?

Le podcast des talons rouges de Corpus Delecta

Corpus Delecta se dévoile

En me baladant sur le wild wild web, j’ai découvert une interview de Corpus Delecta, faite par un auteur que vous connaissez si vous suivez régulièrement mes lectures érotiques, Theo Kosma. L’interview complète est ici Plume interdite. Une autre disponible sur le site une femme et des livres .

De ces interviews, je retiens surtout la curiosité dont fait preuve l’autrice. Et puis elle Aime, elle aime la Mer, la vie et sa vie, j’adore. A la fin de l’interview je me sens un peu troublée, doublement touchée, à la fois par la personne qu’elle dévoile et les textes qu’elle délivre. Son amour de la mer, de la vie, de sa propre vie et cette curiosité insatiable font écho en moi, bon je n’écris pas, mais que de points communs je nous trouve. Dans une des interview l’autrice dit qu’elle a surtout et avant tout envie de faire passer le plaisir de la lecture.

Corpus Delecta, 3 livres 3 univers

Les textes de Corpus Delecta sont un plaisir délicieux de la lire, et aussi de la dire ! Alors que retenir de Corpus Delecta ? De la joie, du plaisir indicible d’écrire qui transparaît dans tous les textes que j’ai lu d’elle, et surtout une facilité à nous emmener dans le désir et le plaisir de ses personnages, en somme, que du bonheur !

Pour cette lecture érotique, je vous donne à entendre des extraits des 3 livres que j’ai lu de mademoiselle Corpus Delecta.

Shéhérazade 2.0, Les Talons rouges sont disponibles aux éditions Dominique Leroy

Shéhérazade 2.0

1er extrait : Une relecture déjantée du célèbre conte, dans lequel le sultan est un affreux misogyne qui ne pense qu’à baiser mais s’ennuie avec les femelles qu’il trouve, décidément trop fades à son goût. Jusqu’au jour où il rencontre une femme splendide, véritable furie, qui instantanément fait se dresser sa queue !

Les talons rouges

2eme extrait : Les talons rouges est un recueil épistolaire. A chaque lettre son univers, son écriture aussi, mais toujours présent en arrière plan des talons rouges, bottines ou escarpins, fil rouge de ces missives.

Lettre d’une femme à son amant pour lui demander de maîtriser ses ardeurs, ou la lettre d’une amie à une autre pour lui conter ses vacances délicieusement luxurieuses. Ou encore un extrait de la correspondance à un inconnu dans un bus qui chaque jour rappelle à son autrice les délices de son premier amour …. Chaque lettre nous emmène dans un univers, en parfait voyeur d’une intimité dévoilée, comme si on lisait en secret une lettre adressée à un autre.

Si vous aimez Corpus Delecta, faites le savoir, partager ses textes ! Et bien sur si vous aimez aussi ma lecture … n’hésitez pas à la partager ou à me le faire savoir en commentaire !

Very Thx @

dominique leroy edition

Laisser un commentaire