June, roman érotique. Quand les hippies font du SM

Cette semaine je me suis attelée à la lecture du deuxième roman érotique de la collection .G, June, de Virgine Bégaudeau. Un livre qui nous emmène aux Etats Unis, en pleine période hippie.

June, back in the 70’s !

L’histoire se déroule pendant l’été 1973, aux Etats-Unis. June, parfaite petite épouse de la middle class américaine, fugue sans prévenir son mari pour suivre sa belle amante, Elsa, qui lui promet une vie faite de sexe, de joie et de liberté.

Jusque là, tout va bien. Les deux femmes s’aiment et jouissent à bord de leur petit van bleu, c’est le paradis. Oui mais.. Y a toujours un oui mais. Oui mais Elsa a d’autres plans en tête qu’une escapade peace and love en sillonnant les routes. Elle convainc June de rejoindre la maison des Carpenter. Un lieu mystérieux, à la réputation sulfureuse où le vice et la débauche règnent en maîtres.

Accompagnées de Sacha, un beau gars ténébreux, les filles rejoignent donc cette mystérieuse maison aux rites étranges, dirigée par le sadique Adrian.

Voilà pour le pitch de base. Maintenant place au podcast érotique de ce livre

Podcast érotique : extrait de JUNE de Virgine Begaudeau

. G, une collection pour les femmes par des femmes

Le principe est simple : cette collection propose des livres érotiques pour les femmes écrits par des femmes.

Depuis 2017, les éditions La Musardine ont lancé une nouvelle collection, .G. Elle est dirigée par la talentueuse Octavie Delvaux et compte aujourd’hui 4 titres. (Voir mon podcast du premier titre, Parties communes, de Anne Vassivière).

Perso, je suis un peu sceptique sur le fait qu’une femme soit plus apte à m’emporter avec ses mots qu’un homme, tout comme je trouve cette appellation “pour les femmes” un peu douteuse. Toutes les femmes ont donc les mêmes envies de lecture érotique ?

Pour moi le talent n’a pas de sexe et j’apprécie tout autant de lire Octavie Delvaux que Christophe Siébert ou Esparbec.

Mais bon, mon avis on s’en fout, la collection existe, je trouve que choisir Octavie Delvaux en directrice de collection c’est une super bonne idée. Et le premier livre m’avait séduite. Qu’en sera-t-il de celui-là ?

Un portrait de femme

A travers ce roman érotique, Virginie Bégaudeau nous dresse le portrait d’une femme, June, qui s’affranchit de son carcan de gentille épouse et découvre pas forcément dans la joie et la bonne humeur ses penchants sadiques, son caractère dominant et son goût pour la débauche.

Le questionnement sur l’embrigadement dans une secte, la manipulation et la responsabilité de nos choix est intéressant je trouve. C’est la fameuse expérience de Milgram où sous une autorité quelconque, on a tendance à faire des choses qui pourtant heurtent notre morale ou notre éthique. Pourtant, on n’a pas de pistolet sur la tête !

Mon avis sur le roman érotique June

Et bien c’est un avis un peu mitigé. La première moitié du livre m’a conquise, je l’ai lu d’une traite. Par contre, la suite m’a un peu ennuyée. L’écriture devient moins précise et trop “psychologique” à mon goût. Tout devient un peu flottant, on ne sait plus si les personnages sont dans le plaisir, la souffrance, les deux à la fois.

Même si les sujets abordés sont forts intéressant, au final on ne se départit pas de la morale quelque part. Tout le long June cède à ses envies tout en culpabilisant. Et l’érotisme devient aussi ennuyeux car je n’ai plus senti ni plaisir ni déplaisir.

Donc, je suis mi figue mi raisin sur ce deuxième roman de la collection .G. Mais je ne suis pas Dieu, et heureusement, à vous donc de vous faire votre avis !

Virginie Bégaudeau, infos et liens

L’autrice Virginie Bégaudeau signe là son premier roman érotique. Mais c’est loin d’être son premier livre ! Elle a déjà écrit 5 autres livres avant June. Et là, en novembre, elle vient tout juste de sortir un album jeunesse. Une autrice touche à tout, qui nous emmène aussi bien dans l’érotisme que dans le roman noir ou l’album jeunesse !

Pour suivre son actualité, suivez les liens !

Bonne écoute et à très bientôt pour de nouvelles aventures érotiques !

Laisser un commentaire