• Post comments:0 commentaire
  • Temps de lecture :15 min de lecture

Episode 2 des Lectures Erotiques de Charlie consacré au roman érotique de Julie Anne de Sée, Iris Solemnis qui est paru aux éditions Ex Aequo. Dans l’extrait que je vous ai choisi, on plonge un peu plus avant à la découverte des souminateurs. Ah, les souminateurs…. étranges hurluberlus bien connus des adeptes du BDSM. J’en ai personnellement rencontré beaucoup via mon activité de camgirl. Alors vous vous demandez qui se cache derrière cet étrange mot ?

Et bien, un doux mélange de soumis et de manipulateur. C’est le soumis qui, comme le décrit si bien Julie Anne de Sée, manipule son dominant, tant et si bien qu’à la fin, celui qui est soumis, c’est le dominant. Balèze, non ? Pour celles et ceux qui veulent d’ailleurs en savoir encore plus, nous en parlons avec la domina pro aXelle de Sade dans son interview autour du BDSM

Iris Solemnis, de Julie Anne de Sée, roman érotique et BDSM

Comme je vous le disais dans le podcast hot de la semaine dernière, le dernier roman érotique de Julie Anne de Sée, Iris Solemnis, nous plonge dans un univers totalement BDSM. C’est le deuxième opus consacré à Iris (le premier, pour rappel, c’est Iris à fleur d’O), on la découvre dans ce tome en domina affirmée et assumée, qui va explorer un peu plus avant sa relation avec son soumis O, avec qui elle va découvrir tout le spectre des possibles dans la relation domina/soumis.

Mais dans ce roman érotique, Iris va aussi découvrir d’autres soumis. Le premier nouveau soumis qu’elle rencontre, c’est Arthur Faune, un « soumis avec de l’ego », qui la pousse dans une domination beaucoup plus dure et brutale que celle qu’elle expérimente avec O.

Iris va également découvrir les joies de dominer une femme, mais également les incroyables possibilités qu’offre une relation à trois, où tour à tour les rôles changent.

Au fil des pages et des expérimentations et découvertes d’Iris, le lecteur est plongé, immergé même, dans un univers BDSM, et découvre un peu plus les différents types de relations qui peuvent se jouer, mais aussi des pratiques et des manières de soumettre et de dominer.

Iris, femme élégante qui aime la délicatesse et la langue châtiée, joue avec ses différents soumis avec une perversité recherchée et raffinée. Elle aime jouer sur les rythmes, surprendre ses soumis et les plonger dans des situations qui les pousse à abdiquer et à se laisser totalement aller. Elle leur fait goûter aux joies du martinet, du fouet, et autres instruments de torture qui laissent leurs peaux cuisantes et marquées, mais poussent également ses soumis à totalement s’abandonner au plaisir des sens, à l’abandon à la jouissance qu’elle ne manque pas de leur offrir ensuite.

Partons à la découverte des souminateurs…

Le lecteur découvre aussi, dans ce roman BDSM, ceux qu’on nomme les souminateurs. Un souminateur, qu’est-ce que c’est ? Et bien, c’est un soumis qui n’a de soumis que l’apparence. Car au final, il ne s’abandonne jamais à la volonté du dominant.

Au contraire, il le manipule pour arriver exactement là où il veut, obtenir de lui exactement le type de sévices qu’il fantasme. Le dominant devient alors un objet, juste bon à incarner et mettre en scène le fantasme du souminateur.

Le passage que j’ai chois cette semaine parle de ça justement. En fait, ce passage montre deux choses que je trouve essentielles. D’une part, qu’une séance de domination ne se fait pas clé en mains. Ce n’est pas un programme dans lequel on coche les cases qu’on veut. Un peu de fouet, un peu de martinet, du bondage et un peu de cum eat instructions. Ca, ça s’appelle un fast food !

Ce qui est bien mis en valeur, dans ce passage mais également tout le long du roman de Julie Anne de Sée, c’est que l’essentiel dans une relation BDSM, c’est… la relation ! Comme dans une relation sexuelle ! Incroyable, non ? Et que donc, une domina dominera différemment en fonction de la personne qu’elle domine. La relation BDSM, comme une relation sexuelle ou amoureuse, est évolutive et se transforme au fur et à mesure que chacun des protagonistes évolue.

L’autre facette que montre ce passage, c’est justement le décryptage du comportement de soumination. Ici, Arthur, soumis qui n’en a que l’air, manipule Iris par ses exigences tacites. Rien n’est affirmé, il a l’apparence d’un soumis docile, mais quelque chose dans son attitude le trahit. Son corps exprime l’inverse de ce qu’il laisse paraître.

Dans sa manière d’en vouloir toujours plus, plus fort, plus longtemps, plus plus plus, il pousse Iris à douter, et à se soumettre, au final, à ses exigences à lui.

Dominant, soumis ou encore souminateur ? Qui seriez vous ?

Vous savez ce qu’on dit, que dans un couple, que ce soit un couple professionnel ou amoureux, celui qui a le pouvoir, c’est le passif. D’ailleurs, dans toute relation BDSM, qui a vraiment le pouvoir ? Qu’il soit question de souminateur ou pas, d’ailleurs.

Pour moi, au final, c’est celui qui se soumet, car c’est le soumis qui remet son pouvoir entre les mains du dominant. A moins de situations extrêmes où le dominant a vraiment le pouvoir de vie ou de mort sur celui qu’il domine, il ne jouit de son pouvoir que parce que l’autre veut bien lui obéir.

Un patron n’a de pouvoir sur son employé que parce que l’employé lui confère une autorité. Certes, elle est sous tenu de par la peur de perdre son job, par exemple. Mais si l’employé n’a plus peur de perdre son job, quel pouvoir reste-il au patron ? Aucun. Et ça peut aller très loin comme par exemple les puputan indonésien, des suicides collectif et ritualisés pour éviter le déshonneur du à une soumission.

Le BDSM une mise en scène de nos rapports de force quotidien

Le BDSM met en scène les relations de pouvoir et de domination qui pré-existent dans nos vies quotidiennes à travers un cadre de jeux et de consentement. Mais les relations de pouvoir et de domination, on les vit tous les jours. Malheureusement, souvent on les subit.

Après avoir beaucoup discuté avec des Domina, une journaliste connaissant bien ce milieu, je trouve que comprendre ce qui se joue dans le BDSM, qui met ces relations en scène de manière exagérées, permet de décrypter les situations de pouvoir et de soumission qu’on subit. Et ça peut donner des outils pour s’en affranchir, si l’on veut.Donc, rappelez vous, quiconque a du pouvoir sur vous, aujourd’hui, en france, n’en a que parce qu’on lui donne. Parce qu’on a peur de perdre quelque chose. Que ce soit un job, une maison, une relation, etc… Mais si on a rien à perdre, si on n’a plus peur, alors le levier de soumission que l’autre a sur nous disparaît.

Pour ce qui est des souminateurs, ça donne des clés pour capter quand on se fait manipuler, ou quand on manipule d’ailleurs, par exigence tacite. C’est l’insatisfaction, la volonté de vouloir toujours plus mais sans jamais le dire vraiment, tous ces petits détails qui poussent à douter.

Je ne sais pas vous, mais perso je trouve ça passionnant, de décrypter comment je me fait manipuler, et comment je manipule. Pour le faire de manière consciente, plutôt que subie. D’ailleurs, on peut observer ça dans nos relations avec l’extérieur, avec les autres. Mais vous verrez, c’est aussi passionnant de l’observer dans nos relations avec nous même. Comment différentes parts de nous nous manipule et prennent le contrôle de nos vies. Quels sont leurs moyens de pressions et les leviers qu’elles ont à disposition.

Soutenez, écoutez, abonnez-vous : Soyez un Charlie’s Angels

Des liens autour de Julie anne de Sée & des bisous à vous

Mais je m’égare, alors revenons à nos moutons, ou plutôt, à notre domina et ses soumis. Je vous laisse découvrir dans le passage que je vous lis aujourd’hui les deux manières très différentes qu’à Iris de dominer O et Arthur, et vous allez en apprendre un peu plus sur les souminateurs et leurs manières de faire.

Voici des liens, si vous voulez vous offrir ce roman érotique de Julie Anne de Sée, Iris Solemnis, mais également pour en savoir un peu plus sur l’autrice.

Et si vous aimez les Lectures Erotiques de Charlie, pensez à laisser une pièce à l’artiste ! Comment on fait ? On devient patreon, tout simplement ! A vot’ bon coeur, m’ssieurs dames !

Des bisous, et je vous retrouve dans 15 jours pour un nouvel épisode des Lectures Erotiques de Charlie, avec une nouvelle oeuvre ! D’ici là, prenez soin de vous ! Et osez ! Rappelez vous, on meurt à la fin, autant pas s’emmerder la vie avec des impossibles !

Vous avez aimé ? Partagez !

Laisser un commentaire

Rechercher sur ce site