• Post comments:0 commentaire
  • Temps de lecture :19 min de lecture

Second opus autour de l’histoire de la littérature érotique. Ce podcast est extrait de la lecture publique faite au tiers lieu PARADE à Arles le vendredi 13 Mai. Après avoir fait une petite incursion dans la vision de l’érotisme pendant l’antiquité on va maintenant se plonger dans la littérature érotique pendant le moyen-age et jusqu’au tout début des textes libertin du 17éme siècle.

Alors rassurez vous ce n’est pas un cours d’histoire de la littérature érotique mais plus une balade à travers le temps et un peu l’espace pour voir comment, à travers la littérature érotique et l’érotisme nos cultures ont évolué. Vous verrez que ce qui nous semble choquant en 2022 ne l’était pas forcément pour le roi Salomon en -900 avant JC. Vous verrez aussi que les religions monothéistes et Abrahamiques (Judaïque, Chrétienne et Musulmane) n’ont pas toujours été aussi gênée par le sexe et la trivialité, bien au contraire !

histoire de la littérature érotique : Du cantique des cantiques jusqu’au XVII éme siècle

A tout seigneur tout honneur on attaque direct ce second podcast autour de l’histoire de la littérature érotique par un extrait de l’ancien testament, et oui, cash pistache, direct. Le Cantique des cantiques est en effet un texte religieux mais c’est aussi un chants d’amour entre un homme et une femme.

Car ne l’oubliez pas au tout début de la genèse un des commandements du barbu sur son nuage c’est en gros « croissez et multipliez vous » si c’est pas une injonction divine à niquer à couilles rabattues et à ovaires débridés parce que je veux qui est grave de monde quand je viendrai faire mon concert d’adieu. Ouais dieu est une rock star qui a son petit ego.

Au passage (dixit wikipedia) le cantique des cantiques est encore lu à la synagogue pour la fête de Pâque. Donc vous voyez chers ami.e.s cul bénis que à la base vous aviez le droit de batifoler dans le stupre et la luxure. Bon vous pouviez batifoler sous couvert de reproduction mais vous batifoliez quand même et on sait bien que « ça marche pas à tous les coups » surtout si on se trompe d’entrée 😉 Ben oui faut être malin !

De Sainte thérese d’Avila à Jean de la Fontaine, des mystiques au libertins

J’essaye à travers ce podcast autour de l’histoire de la littérature érotique de vous montrez que contrairement à ce que les instances morales actuelles veulent nous faire croire la littérature érotique a toujours fait partie de l’histoire de la littérature en général et même de l’histoire des religions.

C’est la très sainte et très vénéré Soeur Thérèse d’Avila, une religieuse espagnole de 1515, qui va nous éclairer sur ce sujet grâce à un superbe texte d’extase mystique ou elle précise bien que sa vision toute spirituelle de dieu et du divin engage quand même son corps en entier. La jeune femme précise d’ailleurs que les sensations troublantes de « ce glaive d’or » qui la pénètre et fait jaillir en elle lumière divine et extase christique sont bel et bien corporelle aussi ! Et oui la très sainte femme n’était pas dupe, un peu pudique peut-être, sur la réserve et parlant à mots choisis assurément.

En même temps je peux comprendre, la très sainte inquisition n’étant pas super porno friendly, je me doute qu’elle devait mettre du beurre dans ses paroles …. et peut être bien ailleurs.


Auteur, éditeur, lecteur, insérez ce podcast érotique sur votre site !

Pour ajouter cet épisode sur votre site c’est simple et gratuit il suffit de copier le code en dessous et de le coller dans un article, un widget ou tout emplacement prévu à cet effet. Mon podcast érotique est gratuit et sous licence libre Creative Commons donc profitez en pour les partager ! C’est aussi ça changer le monde et promouvoir l’érotisme (et mon travail). Pensez juste à mentionner l’auteur avec un lien vers cet article.

<script src="https://podcloud.fr/player-embed/helper.js"></script>
<iframe width="100%" height="320" src="https://podcloud.fr/podcast/lec-lectures-erotiques-charlie/episode/histoire-de-la-litterature-erotique-le-moyen-age/player" frameborder="0" allow="accelerometer; autoplay; encrypted-media; gyroscope; picture-in-picture; fullscreen"></iframe>

OSEZ vous érotiser ! Le premier pas vers votre autonomie de vie et de pensée

C’est ce qui m’a le plus frappé en montant cette lecture publique de texte autour de l’histoire de la littérature érotique : à quel point érotisme et philosophie sont liés. C’est assez surprenant de voir comment les pouvoirs, pas forcément religieux, les pouvoirs tout courts ont toujours mis plus d’ardeur à cadrer, contrôler et châtrer / castrer l’érotisation et la réflexion.

D’ailleurs dans la seconde partie de ce podcast autour de l’histoire de la littérature érotique, des livres roses pour les plus délicats ou les ignorants, je vous narre l’histoire de Claude Lepetit (1638/1662), un contemporain de Jean de La Fontaine, avocat et auteur, comme LA FONTAINE, de textes et fablio érotiques et qui fût jugé, pendu puis brûler par la cour.

Alors même si LEPETIT écrivait des textes érotiques ce n’est pas tant pour ça qu’on la pendu et brulé, ça n’a pas du aidé, mais pour ces opinions politiques et ces textes tournant en dérision Mazarin. Et oui comme notre B. Arnault actuel, les puissants sont peu enclin à l’humour.

Bon en plus c’était un libre penseur, baiseur et « aimeur » de 23 ans qui était peut-être un peu trop en avance sur la morale de son époque. En témoigne ce texte en hommage à Jacques Chausson un douanier condamné au bucher pour sodomie. Oui ça à jamais été trop trop bien vue l’anal, le coté « croissez et multipliez vous » qui marche pas bien sans doute.

Si l’on brûlait tous ceux qui font comme eux, dans bien peu de temps hélas, plusieurs seigneurs de France, grands prélats d’importance, souffriraient le trépas.

Savez-vous l’orage qui s’élève contre tous les gens de bien?

Si Chausson perd son procès en Grève, le cu ne servira plus de rien. Si Chausson perd son procès en Grève, le con gagnera le sien.

Je suis ce pauvre garçon nommé Chausson si l’on m’a rôti à la fleur de mon âge c’est pour l’amour d’un page du prince de Conti.

Si le bougre D’Assouci. Eût été pris il aurait été rôti tout au travers des flammes comme ces deux infâmes de Chausson et de Fabri.

Amis, on a brûlé le malheureux Chausson…

Amis, on a brûlé le malheureux Chausson, ce coquin si fameux, à la tête frisée ; Sa vertu par sa mort s’est immortalisée : Jamais on n’expira de plus noble façon.

Il chanta d’un air gai la lugubre chanson et vêtit sans pâlir la chemise empesée, et du bûcher ardent de la pile embrasée, Il regarda la mort sans crainte et sans frisson.

En vain son confesseur lui prêchait dans la flamme, le crucifix en main, de songer à son âme ; Couché sous le poteau, quand le feu l’eut vaincu, l’infâme vers le ciel tourna sa croupe immonde, et, pour mourir enfin comme il avait vécu, Il montra, le vilain, son cul à tout le monde.

La Littérature érotique, nous accompagne à travers les âges

Dans le troisième et dernier épisode de ce podcast sur l’histoire de la littérature érotique je vais embrasser la période très riche du 18 éme siècle, celle des libertins originels. Et non je ne lirais pas du Sade.

Et je finirais avec deux auteurs, parmi la multitude, que je trouve très représentatif de la littérature érotique moderne : Octavie Delvaux Jetedonnerailebondieusansconfession et Christophe Siébert aka Cricri d’amourdanstaface

Les textes lus pendant cette soirée

  • Sappho, poétesse grecque, 7eme siècle avant JC
  • Le Denatura rerum, de Lucrèce, 1er siècle avant JC
  • Ovide, Les amours, -14 avant JC
  • Le cantique des cantiques, 11ème siècle avant JC
  • La prairie parfumée, de Cheikh Nefzaoui, 15ème siècle
  • Le Carmina Burana, 1225
  • Joachim du Bellay, Baiser, 1542
  • La transverbération, Sainte Thérèse d’Avila, 1566
  • Jean de la Fontaine, 17eme siècle
  • Claude Le Petit, 17ème siècle
  • Les veillées d’un fouteur, 18ème siècle
  • Le godemiché royal, 1789
  • Zorzi Baffo, 18ème siècle
  • Instruction libertine, 1868
  • Octavie Delvaux, Punir d’aimer, 2019
  • Christophe Siébert, Docile, 2016

Soutenez, écoutez, abonnez-vous : Soyez un Charlie’s Angels

Les prochaines soirées de lectures érotiques en public

La prochaine soirée de lectures érotiques en public aura lieu le JEUDI 2 Juin, toujours à Parade. On parlera des figures religieuses dans la littérature érotique avec beaucoup beaucoup de textes pour vous emmener loin, très loin derrière le bénitier et le goupillon !

Religion et érotisme, ca ne fait pas forcément bon ménage, et les religieux de tout bords ont été les premiers à censurer la littérature érotique. Mais les auteurs, évidemment, s’en sont donné à coeur joie pour à leur tour les maltraiter, mais dans leurs textes !

Enfin le VENDREDI 24 JUIN on se retrouve pour la soirée MASTURBATION & SEXTOY, toujours à ARLES, qui est ne l’oublions pas capitale des Gaules, c’est pas moi qui l’ai dit ! Ca sera le troisième volet de cette exploration de l’érotisme et de la sexualité à travers les âges et il promet d’être chaud bouillant !

Evidemment, OPutain sera là pour régaler les appétits ouverts par tant d’érotisme et de truculence ! Alors, à très vite, j’ai hâte de vous retrouver en live !

Mille merci à vous d’oser

Merci, vraiment merci à toutes les personnes présentes ce soir là. J’ai tendance à vivre un peu dans ma bulle mais je me rends compte à travers la censure que subit ce podcast érotique sur les réseaux et le net que c’est vraiment courageux de venir physiquement à une soirée sur l’histoire de la littérature érotique hors contexte d’un cours. Alors merci encore pour votre courage presque politique

Merci également aux gens de PARADE qui ont osé me faire passer chez eux, et pas qu’une fois en plus ! Merci aussi, MERCI BEAUCOUP MEME à Rita Renoir de me donner l’autorisation d’exploiter une de ces oeuvres pour la promotion des soirées et du podcast érotique. Enfin merci aux auteurs et ami.e.s présent ou pas pour tout votre travail visible et invisible.

Comme toujours et comme pour cette soirée des lectures érotiques publique je travaille au chapeau ! Alors si vous aimez mon podcast, mon chapeau virtuel dans la grande rue du net c’est mon patreon. Alors à vot’ bon coeur, m’ssieurs dames, une p’tite pièce pour l’artiste ! Bisous, et à bientôt pour de nouvelles découvertes érotiques !

Vous avez aimé ? Partagez !

Laisser un commentaire

Rechercher sur ce site