Courbe salée, 1er roman érotique de Nora Gaspard

Courbe salée est le premier roman érotique de Nora Gaspard. Paru en 2016 aux éditions secrètes, ce court roman érotique ne déroge pas à l’univers de l’autrice belge. A la fois poétique, délicate et incarnée, Nora Gaspard écrit le désir qui meurt et qui renaît, les peaux qui frissonnent, le souffle qui prend racine au creux des reins, le désir qui rend vivant et met en joie dès le matin. Bienvenue dans un monde de poésie, de sensations et d’érotisme.

Courbe salée, roman érotique impressionniste

Nora Gaspard a écrit son premier roman érotique en 2015. Elle s’est enfermée dans un appartement loué tout exprès, avec devant elle 6 jours consacré à l’écriture. Et au sexe aussi. C’est pas moi qui le dit, c’est elle ! (cliquez ici, si vous voulez tout savoir)

Comme elle le dit à propos de son livre : “Le corps guide parfois les mots mieux que la tête”. Et bien son livre parle de corps justement. Ou plutôt d’une renaissance à travers le corps et ses envies.

Podcast de COURBE SALEE de Nora Gaspard

nora-gaspard-courbe-salee-livre-erotique

Découvrir l’univers de Nora Gaspard

les podcasts érotiques de Charlie

Soutenez, écoutez, devenez fan : Soyez un Charlie’s Angels

patreon-soutiens-charlie
Soutenez les lectures & le site
soutenir-charlie-liveshow
Faites un don, encouragez moi
podcast-erotique-charlie-podcloud
Podcloud
podcast-erotique-spotify
Spotify
podcast-erotique-itunes
Itunes
charlie-pornhub-fanclub
Fan club

La vie commune : mort et renaissance du désir

Ecrit à la première personne, ce texte c’est une femme qui raconte. D’abord la fin du désir. 15 ans de vie commune, l’amour toujours présent mais le désir qui disparaît. Ou plutôt qui s’endort et sommeille si profond qu’on le croirait oublié. Et puis un jour, sans crier gare, il réapparaît, vif, impérieux ! Le corps réclame son dû ! Il veut sa part de frisson, de joie ! Il veut exister, lui aussi. Alors le corps prend les commandes et la guide pour qu’à nouveau circule en elle la vie, l’envie et la joie.

SUR LE MÊME THÊME :   Comment réussir un cunnilingus, 5 conseils de femmes en vidéo

L’écriture de Nora Gaspard nous fait voyager dans le monde des sens, des sensations d’où naissent le sentiment. Il est question de joie, de vie, de peau, de désir. Une écriture à la fois très poétique, pleine d’images mais pleine de corps aussi. Car le désir est incarné. Les sexes sont là, présents. On sent la chair, les odeurs, les souffles. On plonge dans le corps et les sens.

Si vous cherchez un roman “situationniste”, je sais que ce n’est pas le bon terme, je veux dire par là un roman qui nous plonge dans des situations, avec des personnages bien dessinés, Courbe salée n’est pas le livre qu’il vous faut. Ce roman est empreint de poésie. Ce sont avant tout les sensations et le corps qui raconte, qui guide le récit. Un voyage en plein coeur du désir qui renaît chez la narratrice et la ramène à l’envie de vie.

Le désir passe-t-il toujours par l’autre ?

Courbe salée parle du désir féminin avant tout. Féminin, je dis ça parce que c’est une femme qui parle de désir, et que je suis une femme qui le lit. Je crois qu’il est juste question de désir en fait. Qu’on soit homme ou femme. En tout cas ce roman m’a fait me poser la question du besoin qu’on a de se sentir désirer. Comme si, si un autre ne nous désirait pas, il nous manquait quelque chose. Peut-on se désirer soi-même ? Et nourrir soi-même notre besoin d’être vu, reconnu, désiré, et finalement aimé ?

C’est une question qui me taraude en ce moment car je cherche de plus en plus l’autonomie, passer enfin à l’âge adulte. Donc, me nourrir moi-même. Mais quand il est question de désir, qu’en est-il ? A-t-on besoin de l’autre pour faire exister le désir ? Car au final, désirer l’autre, ça vient d’un mouvement intérieur. Il faut d’abord avoir envie de désirer, je dirais même se désirer soi même. alors seulement on autorise l’autre à nous désirer et à ce que ça nous touche.

SUR LE MÊME THÊME :   Manganinnie nous érotise ! Nouvelle lecture érotique

Si on enlève ce besoin de l’autre pour se sentir exister, que reste-il ? Seulement l’envie, peut-être ? L’envie, uniquement motivée par … l’envie ?

J’arrête là les circonvolutions de mon cerveau malade et je vous laisse avec les mots si délicats et justes de Nora Gaspard. Belle écoute, et à la s’maine prochaine pour de nouvelles aventures érotiques !

fun-radio-charlie
Vous avez aimé ? Partagez !

Laisser un commentaire