Plaisir de verre, Cendrillon n’était pas si ingénue

Il est minuit passé. Cendrillon a dû abandonner son beau Prince et se retrouve maintenant toute seule sur sa pauvre paillasse. Ses deux mauvaises soeurs se gaussent et se moquent d’elle, croyant lui avoir encore joué un mauvais tour. Les pauvres connasses ignorantes ne savent pas que sur cette pauvre couche, Cendrillon s’envole nuit après nuit dans les bras d’amants plus fougueux les uns que les autres.

Plaisir de verre, Cendrillon ne s’ennuie jamais

Cette nuit là, encore toute troublée par la beauté du jeune Prince, la fausse ingénue découvre la baguette magique que sa bonne fée utilisait il y a peu pour la transformer de souillon en merveille à talons. Identique à la pantoufle de vair, l’objet magique irradiait une douce lueur. Cendrillon, intriguée par l’aura qui s’en dégageait, la prit en main sans même y penser. Une douce chaleur mystérieuse et enivrante commença immédiatement à s’insinuer en elle.

Les yeux mi clos elle part …

Oh mon beau prince, comme j’aimerais être dans tes bras ! Sentir à nouveau ta bouche effleurer mes épaules. Tes mains si délicates et pleines de cette chaleur qui anime les amants fougueux manquent à mon corps. Quel bonheur de les sentir se poser sur ma jupe. Puis doucement, commencer à enserrer mes fesses. Nous allions délicatement, comme ça, coeur contre coeur, faire connaissance de nos deux corps, à l’abri des regards indiscrets, quand le premier coup de minuit retentit.

Ces douze coups rentraient en moi, chacun plus profondément. Quel supplice ! Devoir maintenant abandonner ta verge que je sentais si dure pour me réfugier dans le costume de la pauvre servante que la frigidité et la stupidité de mes soeurs m’obligent à revêtir. Mais un jour, mon beau Prince, tu les feras danser. Je m’abreuverai à leur chatte pendant que toi, plus rayonnant que jamais, tu leur feras découvrir les vrais plaisirs de la vie. Comme j’aimerais sentir ta bite s’enfoncer en moi et leurs langues me lécher jusqu’à me faire hurler.

Cendrillon n’était pas gentille

Cela t’étonnes ? Tu me crois trop gentille pour ces deux vermines ? Détrompe toi, ce n’est qu’humiliation et jeu de soumission. Mais j’avoue que d’imaginer les savoir nous regarder pendant que toi, mon doux Prince, tu me foutrais sans même leur parler est un plaisir que peu de choses peuvent égaler.

Elles en baveraient, te suppliant à genoux de les sodomiser, de les baiser elles aussi comme les chiennes qu’elles sont. Ca serait drôle, tu ne crois pas ? Maintenant en y pensant, il y aurait pire que ça. Nous pourrions les attacher et jouer avec leurs fessiers grâce à cette baguette qui me fait faire milles vers.

Toute prise à ses envies, Cendrillon ne s’aperçut que trop tard qu’elle avait joint les actes à ses fantasmes. En l’absence de son beau Prince elle se donnait cul et âme à la divine baguette. Après un très bref instant d’hésitation, elle redoubla de vélocité dans les va et vient qui lui réchauffaient le coeur et donnaient à ses fesses une rougeur que bien des pucelles lui enviaient.

La vidéo XXX

Durée : 7 min 20 – Taille : 390 mo – Format : mp4 – Résolution : 1280 x 720 – Contenu : Anal vaginal – Tarif : 2€

paiement securise

En attendant le test complet qui arrive Samedi, vous pouvez aller faire un tour sur Piment Rose qui m’a offert ce superbe gode en verre.

Teaser

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des
ChocolatCannelle
Invité

Tu connais le pastiche érotique écrit par Miriam Blaylock, Sans Nichon et la petite biroute de verre ? C’est ce que cela m’évoque !

Charlie F
Invité

Hahahaha non je ne connais pas je vais chercher ça 🙂 déjà j ai les “sans nichon” et la grosse biroute de verre 🙂

Fermer le menu