le temps des cerises

Le temps des cerises, coquines of course

Publié le Publié dans Free Pics

Le temps des cerises, c’est le temps de l’amour…

Le temps des copains et de l’aventure, quand le temps va et vient on ne pense à rien, on s’en souvient ». Oui j’ai choisi Dutronc et non le temps des cerises pour ce spécial cerises coquines, spécial « et si on riait un peu ». Le drame avec la chanson le temps des cerises c’est qu’elle est devenue un symbole de la lutte, des luttes en tout genre. De là où je viens on en a marre de lutter, de se battre, en tout cas marre de cette forme de lutte qui est de toujours être contre.

C’est le drame de notre société, nous passons nos journées à nous plaindre, à nous apitoyer comme des fils de ???, pas de pute c’est un métier que je trouve fort honorable, n’en déplaise à certains et certaines. Au moins la péripatéticienne donne le sourire aux gens qui la voient… Donc nous passons nos journées à pleurer sur notre sort.

Le truc génial avec la plainte c’est qu’il y a toujours une raison valable. Il y a toujours une cause personnelle ou trans-personnelle de se battre contre quelque chose. La cause des femmes, la cause des animaux, la cause des enfants, la cause du travail, la cause des abeilles, la cause des homo, des handicapés, des chaussures à scratch, la cause des … on a le choix et l’embarras.

Et si ça ne suffit pas on peut toujours emmerder et reprocher : à notre chéri(e) de ne pas nous manger le minou mieux que ça, à notre fille de ne jamais ranger les petites assiettes à LA bonne place, à nos mères de nous avoir trop / pas assez réconfortées petites, à notre père d’avoir été trop / pas assez présent, indulgent, sévère, généreux, tactile quand on avait 10 ans, aux chats de ne venir demander des câlins que pour bouffer (et de pas payer son loyer #Coloc2Merde), aux chiens d’être trop collants et d’avoir l’oeil triste, au temps d’être gris et au soleil de trop briller…

En gros se plaindre, râler, lutter, c’est hyper facile.

Mais AIMER, ben aimer c’est pas facile

Pour aimer, gratuitement s’entend, il faut fournir des efforts. Il faut sortir de sa petite personne, son p’tit ego, pour ouvrir les yeux. Ouvrir les yeux pour ressentir le temps des cerises, le temps du printemps, pour voir les martinets dans le ciel faire des ronds en poussant des petits cris. L’effort d’oser monter sur les épaules de son chéri sans avoir de culotte et cueillir des belles cerises, rouges, juteuses et pleines de cet amour que la Vie a pour chacun de nous. L’effort de faire quelques photos et partager avec vous ce temps des cerises qui est déjà en nous, au fond de notre coeur.

Je vous laisse avec ces quelques photos « le temps des cerises coquines », en espérant voir un jour dans la TT (Tweet Tendance) apparaître les #PEACE #LOVE #FUN et en espérant vous procurer quelques minutes de joie et de bonheur.

Comme de par hasard, ce post sort le jour anniversaire d’Hiroshima #JDCJDR mais on n’en a pas marre d’être cons et de se taper sur la gueule pour toutes sortes de raisons (non valable) ?

Prenez soin de vous les chéri.e.s Love

Charlie

Ce post suit la #LEC sur du volume 2 de Jip 4-5-6 de l’or et des cerises

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une petite phrase à méditer pour retrouver l’esprit du joli mois de Mai, l’espoir et la joie que chante « le temps des cerises »

« La réalité est un choix de la perception définit par la position du point d’assemblage » – Don Juan Matus

Oui je sais, ça peut sembler mystérieux mais cherchez et vous trouverez (peut-être)

Lien vers la chanson de Dutronc « le temps de l’amour »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.