Mes préjugés, tes préjugés, on peut changer

Publié le Publié dans News de Charlie Folies

« les pires » offrent le meilleur, une jolie petite histoire

Notre peur ne reflète pas toujours la réalité. Rarement même je dirais ! Je vais vous raconter une petite histoire qui m’est arrivée la semaine dernière. Une histoire qui met un kick à pas mal de préjugés et qui fait du bien au coeur. Dans une autre partie de ma vie je donne des cours de théâtre à des gamins de quartier. Des gamins qu’on dit difficiles, impitoyables et plein de préjugés. Dans un sens c’est pas faux. Ca fait 2 ans que je bosse dans le même quartier, et c’est vrai que la 1ère année a été super compliquée par moments. Tout à coup, tu sens que le fait d’être une fille, ça impacte sur l’autorité qu’on t’accorde.

Les gamins avec lesquels je bosse sont des ados qui ont entre 12 et 17 ans. Evidemment, je ne leur ai pas parlé de mon activité connexe, à savoir mon site, la cam, les videos X, etc. Je n’en ai d’ailleurs pas parlé non plus à l’asso qui m’emploie. Premiers préjugés de ma part. Je les justifiais par le fait que d’une part ça ne les regardait pas. D’autre part je me disais, si j’en parle, jamais on me laissera bosser avec des gamins.

Ben oui, c’est un grand classique des préjugés, si tu as un quelconque rapport avec le monde du cul, tu es forcément dépravé, déviant et tu risques de dévoyer ces pauvres âmes innocentes. Faut voir la gueule des âmes innocentes que je me chope. En plus déjà que c’est pas toujours évident que mes ados m’écoutent, je pensais : « s’ils savent que je bosse dans le cul, bye bye respect ».

J’assume mais…

Depuis le début j’assume mon site, je refuse de me planquer et je fais tout à visage découvert. La cam, les tests sextoys, les videos X. Par conviction. Alors oui bien sûr j’ai eu des peurs. Peur qu’on me reconnaisse dans la rue, peur de me « griller ». Mais avoir peur, c’était légitimer que je faisais quelque chose de honteux, quelque chose qu’on doit cacher. Et je suis plutôt fière de ce que je fais. Alors j’ai pris ma peur par la main et je lui ai dit Bisouxx bye bye. Et puis, soyons honnêtes, si on tombe sur mon site c’est pas en faisant une recherche de point de macramé.

Malgré ça il restait un endroit caché, un endroit où, je dois l’avouer, je flippais quand même qu’on connaisse l’existence de mon activité cul, c’était l’asso et le centre social avec qui je bosse pour donner des cours de théâtre aux gamins de quartier. Et bien entendu j’avais peur de la réaction des gamins, de leurs parents, etc… J’anticipais leur réaction, j’étais sûre que s'ils avaient vent de mon activité, ben en gros je serais virée sur le champ. Et j’aime bien bosser avec ces minots.

Tout finit par se savoir

Seulement voilà. Je bosse avec un groupe d’ados dont les 3/4 sont des mecs aux alentours de 14 ans. Et arriva ce qui devait arriver. Juste avant le 1er cours de l’année 2017, je reçois un coup de fil de l’asso. « Oui Charlie c’est Juliette, voilà il faut que je te parle d’un truc un peu délicat. Voilà, pendant les vacances, tes ados sont tombés sur des vidéos de cul et ils sont persuadés de t’avoir reconnue. Ils en ont parlé à leur animateur. Donc c’était pour savoir si c’était toi, et du coup comment on fait ? » Là j’ai un peu changé de couleur. Cool ça se voit pas au téléphone.

2 solutions : mentir, ce qui serait absolument ridicule, ou assumer, et on verra bien et j’assumerais aussi les conséquences.

Donc oui oui, c’est bien moi. En fait je fais de la cam depuis 4 ans, je tiens un blog qui parle de sexualité, je fais des tests sextoys, bla bla bla, je déballe tout. Tranquille. Mais quand même prête à m’entendre dire que je suis virée. Et ben pas du tout ! Les filles de l’asso ont juste super bien réagi, en me disant en gros que je faisais un peu ce que je voulais avec mon cul, que depuis que je bosse avec elles, y a jamais eu de problème et même qu’elles sont super contentes de mon taff. OUAHOU ! Putain que ça m’a fait plaisir ! Et cerise sur le gâteau, la demoiselle m’a aussi appris que le directeur du centre social avait réagi de la même manière, il voulait juste que je puisse en discuter avec les jeunes.

C’est pas possible que ce soit cool.

Donc le centre, les équipes, ok c’est des adultes, ils sont intelligents patin couffin mais « à mon avis avec les jeunes c’est pas gagné, ils vont me traquer à mort, voire carrément plus me respecter du tout et me voir comme une salope ». Ben oui, la première partie de mes préjugés était tombée mais il restait quand même bien ancré le fait que les gamins, ces gamins, dit « à problèmes » avec un s pour bien préciser qu’il n’y en a pas qu’un, eux c’est sûr, ils allaient pas me louper. On les aime nos croyances négatives.

Donc, 1er cours de 2017, le programme est un peu spécial, on va parler de moi version cul. J’y suis allé assez droite dans mes baskets, car après tout perso j’ai aucun problème avec ce que je fais. J’y allais pour savoir si eux ça leur posait problème, et si on allait pouvoir continuer à bosser ensemble. Y a jamais eu autant de monde pour un de mes cours ! Mon groupe d’ados, le directeur du centre, 3 animateurs du centre plus une fille de l’asso. Bon, ben si j’avais peur que ça se sache, ça c’est fait.

Ce n’est pas moi qui aie un souci, peut-être eux et seulement peut-être ?

Et au final ça s’est hyper bien passé. Parce que j’assumais totalement ce que je fais. Alors bien sûr j’ai eu droit aux gloussements typiques des ados. Mais finalement pas tant que ça. Rapidement ils m’ont posé des questions, intelligentes qui plus est. Des questions que pas mal d’adultes n’ont pas posé, ou n’ont pas osé poser. On a pris le temps, l’équipe a cadré, je ne me suis pas décadrée et cerise sur le gâteau, on a même parlé des sexualités. La place du plaisir, du consentement, du catalogage « salope », du métier de prostituée, d’homosexualité, là c’est pas gagné, en gros de pleins de trucs dont on ne parle jamais sauf en ricanant et en échangeant nos préjugés et nos dogmes.

Mes préjugés, tes préjugés, nos peurs et certitudes.

Une semaine est passée. Je voulais voir si, sans l’équipe de l’asso, avec une semaine livrés à eux mêmes, comment tout cela allait évoluer. Alors est-ce que ça a changé le rapport qu’ils ont avec moi ? Ben non.

Comme m’a dit une gamine « tant que vous le faites pas devant moi j’en ai rien à foutre ». Ca tombe bien, je suis là pour des cours de théâtre et jamais je ferais la moindre démonstration devant des gamins. En plus j’ai un p’tit côté camgirl jusqu’au bout des ongles, donc même si c’était à des adultes que je donnais des cours de théâtre, ben il se serait pas non plus passé de trucs sexuels. D’ailleurs, au passage, j’ai souvent des réflexions en cam, pas méchantes hein, du genre « Oh j’aimerais trop prendre des cours de théâtre avec toi ». Et ben désolée de péter le mythe, mais c’est bien un cours de théâtre que je donnerais, sans la moindre confusion. Et le premier qui tente un truc risque de se faire recevoir pas comme il le croyait.

Y a même un animateur qui m’a dit, admiratif, qu’il était épaté que je sois revenu pour les ateliers alors qu’on avait vu des trucs de cul sur moi. Et que franchement, que j’assume comme ça c’était génial.

La vie continue, comme toujours.

Donc une semaine après, au cours suivant, rien n’avait changé. Mes ados foutent toujours autant le bordel. Je suis un savant mélange de prof et de dictateur de l’attention. Il faut toujours passer une demi heure pour arriver à les faire s’asseoir presque attentifs. Je dois parfois gueuler pour qu’on puisse avancer, et gentiment on continue ensemble. Ca n’a eu aucun impact. Je suis toujours la même pour eux. Même mieux, pour la première fois en 2 ans, cette semaine 1/3 avait appris leur texte ! Et ça c’est vraiment de l’ordre du miracle !

just love

Oui mais tu as eu de la chance !

Alors est-ce que j’ai eu de la chance ? J’en sais rien. Pourtant au départ c’était pas gagné sur le papier. Une association qui fait du social, un centre social dans les quartiers nord de Marseille. En théorie, sur le papier, ça aurait pu être un lynchage en bonne et due forme. Au lieu de ça, ça a juste été l’occasion de parler de sexualité, le truc dont on ne parle jamais. Et au final celle qui avait le plus de préjugés c’était moi ! J’appuyais ma peur sur une statistique comptable. Sur le papier ça doit mal se passer. Sur le papier ! Le gros avantage, c’est que la vie ne tient pas sur un fichier excell.

Alors plus que jamais, je suis fière de ce que fais. Et cette petite histoire, c’est une histoire de pouvoir comme dirait Castaneda. Ces gamins, « les pires », ce cadre associatif si normatif, si souvent « peureux » m’ont offert une belle leçon de savoir vivre.

Alors est ce que j’ai eu de la chance ? Peut-être. Mais le fait de ne pas avoir, trop, peur en y allant, le fait de ne jamais avoir nié ou justifié mes autres activités, en fait le fait de ne jamais avoir baissé la tête ont peut-être aidé à cette mise en place.

Contre les préjugés, assumer, oser être fière.

Assumons qui on est. Toutes les parties de nous. Sans honte, sans justification. Sans peur. Je n’ai rien à prouver ou à défendre. Juste permettre la discussion. Il paraît qu’on assemble notre monde ? Je crois, oui, que c’est ce qu’on fait. Alors si on a honte de nous, si on se juge, ben on récolte ce qu’on sème. Et si on assume, si on est fier de soi, de toutes les parts de soi, même les merdiques, juste parce que c’est aussi nous, ben tout à coup tout s’ouvre.

Après faut pas être con et se mettre en danger gratis

Là si je rebosse avec une autre asso, un autre centre social, je vais pas arriver en disant « hey les gars, vous connaissez mon site? » Là pour le coup ça serait con. Et ça serait imposer ce que je fais à des gens qui ont rien demandé. Mais voilà, si on me trouve, ben on me trouve. Et y a pas de drame. Je ne me cache pas. Je ne m’impose pas non plus. Juste être là, et être pleinement toutes les parties de soi.

Après faut pas être con, non plus

« Je ne vais pas descendre la Canebière le cul en bombe avec un tube de lube sur le dos ».

Assumer, ce n’est pas provoquer, ce n’est pas revendiquer et encore moins imposer.

Une jolie petite histoire

Voilà, j’avais envie de partager cette petite histoire avec vous, parce que si ça augure de l’année à venir, je trouve que c’est plutôt un bon signe. L’année où on ose être soi. Juste soi. C’est un joli programme, non ? Et ça marche dans ce cas là, mais ça marche aussi dans un couple, dans la famille, avec ses amis. Et ceux qui partent offusqués, ils reviendront peut-être, ou alors ils ont trop peur mais c’est pas grave, ça laissera de la place pour d’autres personnes. Car on n’est pas ce qu’on fait, ni ce qu’on pense, ni ce qu’on ressent, on est un tout, un espèce d’assemblage magique et mystérieux qu’on comprend pas nous même. Alors pour avoir une petite chance de peut-être un jour se connaître vraiment, ne nous amusons pas à cacher des bouts.

Face à la morale des autres, si vous assumez, c’est eux qui ont un souci, pas vous ! 

Bon ben je crois que sur ces mots un « Bonne année » s’impose ! Alors je vous souhaite à toutes et tous une merveilleuse année, pleine d’audace, de magie, de joie, pleine de vous !!!

Commenter

Laisse ton avis pour enrichir cet article

 

10 réflexions au sujet de « Mes préjugés, tes préjugés, on peut changer »

  1. Super cet article, personnellement je ne jugerais pas les actrices X ou les cams girls, vous êtes bien là quand nous les célibataires quand ont est en besoins. Mais la réaction de vos collègues, votre boss et des gosses est juste magnifique enfin des gens qui comprennent que vous êtes humains avant toutes chose. J’ai eu un énorme plaisir a lire cet article. Bravo
    1. Merci beaucoup pour votre commentaire, et oui, moi aussi ça m’a fait du bien au coeur, j’avais juste des êtres humains en face de moi, on parlait d’humain à humain, la vie quoi, enfin normalement 🙂 C’est un mec dont j’ai complètement oublié le nom, qui parlait d’amour, qui disait que la qualité d’amour que l’on reçoit dépend de la qualité d’amour que l’on a pour soi. Et que le but, c’est de s’aimer inconditionnellement. S’aimer juste parce que c’est nous, ce qu’on juge bon, ou pas, c’est nous. S’aimer sans aucune condition.
  2. On peut assumer toutes les parties « merdiques » dont tu parles (ce qui pour moi ne signifie pas grand chose , s’il n’y a pas de violence dedans ) et être mal accueilli . Tu as eu aussi la chance d’avoir affaire à des ados qui ont vécu pal de choses en fait , contrairement peut-être à certains obnubilés par la religion, par exemple, quelle qu’elle soit ….Plus peut-être que si tu avais eu affaire à des ados du 8° ( j’ai vécu à Marseille …) formatés plutôt par le pouvoir de l’argent, tu n’aurais pas eu la meme réaction …..
    Si je lis entre les lignes, leur opinion sur les prostituées ou les homosexuel(le)s est assez différente ,et d’ailleurs ils ,elles doivent se cacher dans ces quartiers nord , je le sais pour affaires que j’ai pu y connaitre . Tu viens leur apporter quelque chose qui les sort de leurs pensées journalières mais n’ habite pas vraisemblablement pas dans ces quartiers : tu es pour eux un rêve . . Sinon tu aurais eu peut-être des réactions différentes ….
    Je suis désolé de briser un peu cette magie de début d’année . Je comprendrais bien que ce message soit censuré ….

    Après que la honte de ce que l’on est soit un obstacle à une communication avec quelqu’un qu’on ne connait pas, c’est évident , mais il vaut mieux toujours avancer à petits pas et continuer à progresser selon la réaction de l’autre , quitte à la stopper si on sent trop de différences ….
    Etre cash , ça peut être dangereux pour soi :
    tu étais entourée lors de ta première mise au point . Bravo pour les encadrants qui eux ont su assumer . Il peut aussi y avoir danger pour une relation future avec un proche, une connaissance de travail ….
    Je trouve tout ça très normal, je suis hétéro mais ai du souvent défendre des ami(e)s homos meme auprès de familiers , amis, et meme femme ou compagne ( divorcé) , ça relativise des propos un peu bizounours ….
    J’apprécie aussi les professions de cam-girl, actrices-acteurs X et memes sans les comparer à elles les escorts-prostituées ( car l’impact de leur métier est beaucoup plus intense sur leur esprit et leur corps ) . Je pense que toutes sont indispensables pour un équilibre général de la société .
    En tant que cam-girl testeuse de sex-toy, tu participes vraiment à la l’évolution des plaisirs du couple , à la disparition de la monotonie des échanges pour pas mal d’entre nous …..Ayant ma compagne je n’ai pas besoin de cam-girl , mais avec ta démo de squirting, elle est arrivé à éjaculer, elle qui n’y croyait pas …. Donc je conclue en disant que si ton site n’existait pas , nous reviendrions bien en arrière ……Très bonne année 2017 à vous deux et à votre site !
    J’espère que le tutoiement ne t’a pas choquée, je me sens proche , et j’ai gardé cette habitude de ma profession ( ingénieur , pas policier ….) ce qui l’explique ….

    1. Coucou et déjà merci de ton commentaire qui n’est pas censuré. Je ne censure que deux choses les liens vers des sites qui n apportent rien ou prônant haine, violence et humiliation et les commentaires insultants ET imbéciles, donc sans argumentation.
      Après sur le fond t’inquiètes je ne suis pas et même très loin d’être une bisounours. Je suis réaliste, mais être réaliste ce n’est pas voir que les impossibles c’est aussi voir et relater les possibles.
      Dans ce texte je parle finalement bien plus de mes préjugés que de ceux des minots. Alors bien sûr la totale acceptation de soi ne transforme pas le monde en un espace digne de l’île aux enfants avec casimir et babar qui tapent la discute au café du coin. Mais par contre cette acceptation personnelle sans revendication, c’est important, permet d’arrondir la communication, les relations. Les gamins, les gens de l’association pouvaient tout à fait « mal le prendre », ce n’était pas mon problème et il n’y aurait pas eu d’injustice, juste la fin d’une histoire et donc le début d’autre chose.
      Je précise accepter, assumer ce n’est pas revendiquer ou imposer une vision, c’est justement accepter aussi que les autres aient un point de vue différent du notre et ne pas les en blâmer pour ça, juste changer de trottoir.
      Je connais un peu le milieu de 8eme aussi et les catho de base, comme partout il y a des gros cons mais j’ai eu aussi de sublimes surprises comme des curés ou des « grenouilles de bénitiers » qui comprenaient tout à fait mon point de vue. Le renvoi, comme la minote, c’était « oui je comprends, je ne le ferais pas mais je comprends »
      Après clairement il y a des haters partout et des gros cons partout mais ceux là en fait quoi que tu fasses, dises ou penses ils seront contre toi, ça ne sera jamais assez. Donc en fait le mieux c’est de battre en retraite si on est obligé de les rencontrer et de carrément les fuir si on peut. Même s’ils sont de notre famille … Bisous mon cher père.
      Pour conclure sur cette partie, j’insiste, dire que ça c’est possible ce n’est pas nier que parfois c’est rude. C’est juste rappeler que le monde n’est pas aussi noir, aussi sombre, aussi défini qu’on veut bien le croire ou qu’on veut bien nous le faire croire. La Vie est surprenante !

      Partie deux …. MERCI !!! Ben c’est ce genre de commentaire, lu un dimanche matin, qui me donne envie de continuer parce que des fois ben comme tout le monde …. j’ai pas bien envie.

  3. Merci pour ton article, qui permet de nous faire un peu plus ouvrir les yeux.
    Pour ma part, je n’ose pas encore franchir ce pas. C’est plus par le fait du regard changeant de la famille, des collègues de travail.
    J’aime le sexe, le fait d’en parler à mes proches ne me dérange pas, mais c’est le fait de montrer mon intimité qui me pose problème.
    1. Je crois que dans la vie comme dans le sexe chacun va à son rythme, honnêtement je n’ai rien forcé, je sais le poids et l’énergie que prend un secret en plus comme tout fini toujours par se savoir j’ai préféré prendre les devants … Mais il ne faut pas forcer sa nature, chaque chose arrive just in time
  4. Bonsoir
    Bonjour
    Salut
    Mince je suis tombé amoureux
    Je suis arrivé sur ton/votre site via YouTube en cherchant des avis sur le satisfyer pro 2. Et de fil en aiguille je suis passé par le squirt puis l’anal, puis cet article sur les préjugés. Un des miens (plutôt ce que le peuple se fait) une cam girl c’est forcément pas cultivée. Pfff soit je suis débile de croire qu’aujourd’hui les gens ont encore cette mentalité, soit je suis naïf de vouloir croire que ça a vraiment changé.
    Bref en quelques intrusions sur ce site tu es devenue une idole Charlie.
    Idole comme dirait cette amie russe a qui je voudrai offrir soit le satsifyer soit le lovense lush. Je ne sais lequel choisir. :((
    C’est pour un premier sextoy.
    Idole dans le sens que j’admire plutôt que dans le sens idolatrer.
    Bref un conseil pour un cadeau surprise si tu peux, évidemment c’est pas simple sans connaître la personne.
    En tout cas merci pour ton site.
    Pady
    1. Oh ben super merci déjà en buvant le café le matin ça met en joie 🙂
      pour le cadeau surprise tout dépend
      le satisfyer c’est vraiment un jouet solo le Lush est par contre un jouet à deux, si vous voulez vous amusez ensemble et à distance sans hésiter le lush si par contre ca n a pas d importance et qu elle ne connait pas le satisfyer ou ce type de sextoy …. c est quand meme une sensation hallucinante
      … ou les deux …. c’est la saint valentin (en plus j ai vu chez dorcel et chez sexy avenue le satisfyer à moins de 50€ donc … bon apres c’est un budget ou alors un lush et vous allez au resto ensemble je te garantis un repas memorable 🙂
      encore grand merci
      1. Bonsoir
        Merci pour ta réponse
        Je penche plus pour le Lush effectivement. Quitte à prendre ensuite le satifyer ensuite. Après faudra commencer par la convaincre à utiliser un bidule comme ça.
        Le Resto avec pour un peu plus tard, ou à sa prochaine visite. La dame arrive dans quinze jours.
        Je ne promets rien mais je vais essayer de te tenir au courant.
        Grrrrrr je ne pourrai même pas ouvrir le paquet.
        Mauvais genre un sex toi déjà déballé. Lol.
        Bon week-end Charlie.
        Encore merci.
        Affectueusement :*
        Pady
  5. Coucou respect pour toi pour cet article
    Tu es au top canon , adorable et tu assumes ce que tu es …..
    Tu forces l admiration et merci encore pour ton commentaire sur mon sexe <> je n ai pas trop confiance en moi et c est la base je vais essayer
    Gros bisous
    Au plaisir de te relire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.