Un Dauphin nommée Delia, le chant des sirènes

Publié le

Delia Delphin, mi lionne mi sirène, assurément un chant.

Pour ceux qui pourraient avoir envie de croire que je n'aime que la musique bruyante, détrompez vous. La preuve avec Delia. Delia Delphin c'est une copine à moi, un personnage. La nana qui t'envoie un mail de 10 pages sachant pertinemment que tu ne vas pas le lire. C'est une nana, un humain même, comme je les aime. Un de ces bipèdes qui assume la simplicité et qui ose suivre ses pieds. Dans le titre je la nomme dauphin, ben oui Delia ... Delphin... Bon en fait la miss est plus proche de la sirène que du dauphin. Vous comprendrez en écoutant sa voix. Mais Delia n'est pas qu'une voix, c'est aussi une sacrée femme. J'avais très envie de vous la faire découvrir. On a négocié, j'ai enfin son accord. Alors vous venez avec moi, on plonge dans les trésors cachés de Marseille.

Hey guys, I’m here !

Putain de gros con ! Ca c'est pour faire couleur locale. Delia c'est une p'tite meuf comme il y en a pas mal à Marseille et un peu partout. Une gamine qui est née et a grandi dans un des quartiers de Marseille. Elle aurait pu virer cagole de base (un genre de pétasse locale), comme pas mal. Mais voilà, la belle a un truc chevillé au corps, chanter ! C'est un héritage familial, je vous passe les détails. Mais en gros Delia est la fille d'un musicos qui a passé sa vie à se la gâcher. C'est un sacerdoce.

Comme la miss a hérité de sa passion pour le chant, elle a aussi hérité de sa mère un foutu caractère et une combativité à toute épreuve. De toute façon quand t'es une fille, en plus une fille qu'on va dire pulpeuse, qu'en plus t'es métis et que tu grandis dans un des quartiers les plus pourris de Marseille, soit tu es combative soit tu disparais.

Son choix a été vite fait : Vivre et surtout vivre en chantant ! Être enfin entendue, peut-être même être connue ? Soyons fou !

Leave and let die ?

Notre pulpeuse Delia, ben oui faut pas le nier, en a marre de la France, marre de son quartier. La solution est là, ailleurs. Elle ne peut pas être dans ce quartier pourri où tout s'obscurcit et où les gens voient tellement petit. Et s'ils ne voient pas petit, ils ne font que rêver du changement. Delia veut vivre, rire et chanter. Suffisance et énergie des 20 ans. Elle prend son ombrelle et ses ovaires (à défaut de couilles) et file faire sa Priscilla la folle du désert en Australie. Un road movie pour fuir, c'est pas une mauvaise idée. Des concerts, des boulots pour manger entre deux concerts. Mais voilà, tout doit finir. On rentre au quartier. Fin de l'aventure ? T'es con ou quoi, t'as pas encore compris qu'elle a pas le choix cette petite !

Je la rencontre à ce moment là, quand elle revient du bout du monde. Sacrée rencontre je vous le dis ! Le premier taf, lui apprendre que rien n'est grave, que fuir ce n'est pas vivre et que revenir n'est en aucun cas mourir. Elle bosse et ...

Partir e(s)t revenir

Delia se débat, creuse, découvre, recouvre, se cache, une période pas facile en gros. Avec toujours cette envie de chanter, de danser, de dire Oh enculé tu le vois qui je suis ! Essayez de le dire avec l'accent c'est plus parlant. Donc la bougeotte la reprend, maintenant elle s'est assagie, c'est pas cap aux antipodes, juste Hey mummy I'm going to London ! Voilà notre miss partie se perdre, disparaître dans le mirage de la grosse ville. La mégapole so british (& so funny) nous embarque Delia dans des rencontres incongrues, dans une belle vie de merde. "Je vais à Londres et vous allez voir ce que vous allez voir, je reviendrais like a star in the sunshine !" En gros plein de supers rencontres, pleins de découvertes sonores et humaines et toujours pas de gloriole à se mettre sous la dent.

Delia, tellement pas so british, est comme un poisson dans l'eau ... d'un aquarium ! Il faut revenir. Admettre sa "défaite". Je crois que c'est ce jour là qu'elle a forcé mon admiration. Partir c'est toujours très facile, il suffit de faire un pas, c'est dur ok mais finalement... Revenir, ça ça a du panache ! C'est cette humilité qui fait de nous des humains ! Accepter de se tromper et revenir. Un coup de fil plus tard, le quartier est là, rien n'a bougé, normal.

Quand tu allais on revenait fille !

Bon normalement c'est fils dans le texte de IAM mais on s'en fout, non ? Delia, pour moi c'est un des trésors de Marseille. Un pur produit de ce qu'elle a toujours voulu fuir : la rue et l'anonymat. Un joyau que seules les villes multifacettes comme Marseille peuvent produire. Brutale avec une voix d'ange. Rocailleuse et souple à la fois. Lionne et serpent. Pauvre et riche d'elle même. Bon vous l'avez compris, elle revient à Marseille et arrive enfin à poser son chant en posant aussi sa vie.

Plein centre ville, Delia rayonne de plus en plus. Elle ose être. Des fois ça dérange, souvent ça enchante. Enchanter c'est son créneau ! Vous avez entendu sa voix ! Et encore là ce ne sont que quelques reprises. Ses morceaux sont juste magnifiques (1). Entre gospel, blues, pop, du nectar. Tiens, presque aussi bien qu'un mojito au bord d'une piscine à Bali avec des ... je vais pas finir, vous allez me croire misogyne.

delia delphin singer

Delia song writer

Tu veux être artiste ou tu veux être une humaine qui chante ?

Quand je lui ai posé cette question elle m'a fait la plus belle des réponses pour moi. Une humaine qui chante ! Alors maintenant qu'est-ce qui t'empêche de chanter ? Rien ! Ok google let's go baby ! Là voilà celle qui a toujours existé. Plantureuse, sombre et lumineuse à la fois. Capable de faire pleurer une foule en reprenant un morceau de M. Jackson et de les faire virevolter sur un texte de Piaf ! Une humaine totale qui ose, qui s'amuse, qui rit, qui pleure, qui chipote. Du coup les concerts s’enchaînent. La vie devient enfin belle. La revanche est prise car il n'y a plus de revanche à prendre. Maintenant qu'être reconnue n'a plus de sens, tu peux être enfin connue.

Alors miss, belle route à toi ! Danse, chante, joue ta vie comme tu l'entends, tu es libre et la seule personne qui pourra t’arrêter se nomme Delia et je sais qu'elle n'a qu'une envie : Vivre! 

 

 

(1) En artiste digne de ce nom, Delia chipote pas mal. Donc le mastering va pas ou alors c'est les images, bon en gros sur ses compos y a toujours un truc qui va pas du coup ... Mais vous inquiétez pas dans l'hiver on va la motiver

Delia Delphin is here.

Et puis si vous nous suivez un peu, on vous reparlera de la miss dans l'hiver ... surprise 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.