Person of interest, my brother name is BIG

Publié le

Person of interest, Big brother is talking 4 you

La semaine dernière je partageais un coup de coeur pour un film, un esprit et un acteur avec Imitation Game. Cette semaine on va parler série avec la fin des 5 saisons de Person of Interest par deux des maîtres du genre, Jonathan Nolan (Batman, The Dark Knight et peut-être Foundation… YES ) et le fabuleux, gloire à J, gloire à J (à dire avec la voix du peuple du casier 47 dans Men In Black), J. J. Abrams (Lost et the awesome Fringe).

Bon si vous aimez les comédies romantiques vous allez être un peu très déçus. Niveau romance c’est un peu comme 2 heures après avoir mangé un chili très épicé … Par contre si vous aimez la SF et les thrillers complotistes, it’s wonderland ! Ok moi je suis fan de SF, je suis parano, j’adore creuser là où ça suinte donc la vie est belle.

Alors en quelques mots le pitch : 

Le gouvernement des Etats Unis d’Amérique, pour lutter contre le terrorisme, hahahaha là je commence à rire, installe en toute discrétion un super mega ordinateur qui va scanner, écouter, traiter et décoder les faits et gestes des humains, oui curieusement le tequel du vénézuela on s’en fout un peu, pour prévenir les actes terroristes.

La machine – « The Meuchine » with US prononciation – est volontairement limitée dans ses capacités par son concepteur, Harold Finch (Michael Emerson un des méchants dans Lost), pour éviter que des dignitaires de l’Etat qui pourtant veillent sur nous avec plein d’amour et de bienveillance n’en abusent. Cette même « The Meuchine » scrute tout, détermine les potentiels actes terroristes mais aussi tous les actes de violence ordinaire. Pour « le Gouvernement » ces personnes n’ont aucun intérêt mais pour Harold Finch, humaniste, il est inacceptable de ne pas intervenir pour les sauver.

Le drame c’est qu’un programmeur éclopé n’est pas vraiment en mesure d’intervenir physiquement, il s’adjoint donc les services d’un bras armé, le très sombre et beau John Reese (Jim Caviezel, la dernière tentation du Christ – et là je vois plein de culottes s’humidifier et de quiques se dresser).

Bon je suis obligé de m’arrêter là sinon je vais vous spoiler et je trouverais ça fort dommage, pourtant c’est pas l’envie qui manque.

Alors en quoi elle est top bien cette série, m’sieur Renaud ? 

Bon déjà elle est validée par quelqu’un que je ne connais pas mais que j’apprécie, à savoir mister Jip, un habitué des #LEC de ma chérie, mais surtout c’est, comme souvent avec J. J. Abrams, une intrusion de la science fiction dans notre quotidien. Pas besoin d’aller dans l’espace, de se projeter à des millions de kilomètres, c’est déjà là. C’est devant moi, c’est en moi quasiment. Regardons nous deux minutes, regardons vraiment nos vies, nos manières de fonctionner, surtout ceux qui, comme moi, passent trop de temps face à un écran retro éclairé et tapent plus vite que ce qu’ils n’écrivent.

Nous sommes reliés, connectés, nous informons volontairement le monde entier de nos désirs, peurs, colères, frustrations, joies, goûts musicaux, littéraires, vidéo … C’est devenu courant maintenant de dire « la C.I.A en rêvait, Google et Facebook l’ont fait. » Nous sommes nos premiers délateurs et bien souvent à l’insu de notre plein gré.


welcome to the machine – Pink Floyd

Je suis le premier à trouver ça gééééénial, je suis aussi le premier à m’en inquiéter. Je travaille avec et sur la nature des gens, les humains c’est encore autre chose, et curieusement le côté altruiste, bienveillant, généreux, c’est pas forcément ce que je rencontre le plus et autre chose curieuse, même si c’est une généralité donc forcément foireuse, ce n’est pas en gravissant les échelons des différentes formes de pouvoir que les choses s’améliorent.

La série pose plein de questions, en tout cas me pose plein de questions sur la nature humaine.

Sur notre envie de perfection, notre besoin de toucher à tout sans trop savoir ce que nous faisons, « The Meuchine » c’est un peu le mythe de la créature de Frankeinstein version 21 ème siècle. JJ Abrams et J. Nolan viennent gratter sur les notions de justice, de liberté, du bien et du mal, les sacrifices à faire pour notre « way of life », notre « culture » et les sacrifices que nous sommes, consciemment ou pas, prêts à faire. Ils vont jusqu’à se confronter à cette phrase qu’hélas j’entends de plus en plus « vous savez ce qu’il nous faudrait : (au choix) une bonne guerre, un homme providentiel, une dictature éclairée (??!!??)  » et autres fariboles du même style.

Nous encourageons Big Brother ? Nous sommes nous-mêmes Big Brother !

C’est tous les jours que nous alimentons cette pensée, ce système. En réclamant plus de sécurité, plus de caméra pour traquer les « méssants » – notion super variable à déterminer un jour avec précision – en voulant faire disparaître la « crasse » humaine, en voulant coûte que coûte trouver une perfection autre que celle simple de la vie et de la mort.

On pourrait se dire qu’en enlevant l’humain et en le remplaçant par une machine ça serait mieux … Mais qui crée la machine ? Vous avez 5 saisons pour vous faire une idée ou au moins 5 saisons à suivre le pas haletant d’Harold Finch, de John Reese et de « The Meuchine ».

Person of Interest parle de l’humain à travers une « The Meuchine ». A travers la création d’un dIEU omniscient, omnipotent (bon, relié à un con de câble quand même), on est juste quelques temps (une notion également vague à approfondir) avant la matrice dont parle les soeurs Wachowski dans la trilogie Matrix.

Je pourrais vous en faire encore des caisses et 12 sujets pour le bac philo mais le mieux c’est de regarder comme « The Meuchine » vous regarde. La série se finit en ce moment même et avec Fringe, la 4ème dimension, les envahisseurs, le prisonnier et Star Treck, ça restera une série culTe de SF et sans CUL pour une fois, ça me repose 😉

La fiche wikikipedia pour Person of Interest et si vous voulez passer plein de temps devant votre ordi et cette série … nicestream c’est pas mal

Voili voilou, le brin de causette est terminé, à la s’maine prochaine !

 N’oubliez pas, le dimanche à 18h il y a les #ASV de LadyShagass sur twitter 

Les autres #1B2C

delia delphin chant

Un Dauphin nommée Delia, le chant des sirènes

Delia Delphin, mi lionne mi sirène, assurément un chant. Pour ceux qui pourraient avoir envie de croire que je n’aime que la musique bruyante, détrompez vous. La preuve avec Delia. Delia Delphin c’est une copine à moi, un personnage. La nana qui t’envoie un mail de 10 pages sachant pertinemment que tu ne vas pas le lire. C’est une nana, […]

Les slow movie, le monde avant la 3D et la 4G

Les slow movie, le bon vieux temps où on savait filmer Vous connaissez maintenant le slow sexe, grâce à Emma de Paris DeRRière notamment, maintenant on va parler Slow Movie. Vous savez, cette époque maintenant révolue où les plans étaient lents, longs. Cette époque révolue de l’art cinématographique où le réalisateur réfléchissait longuement à sa mise en scène. Comment placer […]

motorhead rose

MotorHead l’âme du rock’n roll … bruyant

MotorHead & Lemmy, les héros de la jeunesse sont mortels Et c’est tant mieux ! Bon la semaine dernière on était sur du smoothie, de la poésie érotique. Cette semaine pour le #1B2C on va revenir à un truc un peu plus bruyant. Lemmy Kilmister et le groupe phare, culte, bruyantissime, à savoir MotorHead. Je ne vais pas vous faire […]

Oeillades, un carnet de voyage plein de charmes

Oeillades, le carnet de voyage érotique Bon c’était l’été, oui car énergétiquement c’est fini depuis un moment, le mojito coulait à flot. La chaleur rendait nos corps tout moites et tout effort rédactionnel presque impossible. Donc plutôt que se prendre la tête on avait un peu mis de côté les #1B2C, les porno et philo aussi. Mais voilà, hier, samedi […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.