Oeillades, un carnet de voyage plein de charmes

Publié le

Oeillades, le carnet de voyage érotique

Bon c’était l’été, oui car énergétiquement c’est fini depuis un moment, le mojito coulait à flot. La chaleur rendait nos corps tout moites et tout effort rédactionnel presque impossible. Donc plutôt que se prendre la tête on avait un peu mis de côté les #1B2C, les porno et philo aussi. Mais voilà, hier, samedi donc, j’ai reçu un superbe livre, Oeillades. Un carnet de charme juste superbe des jeunes éditions En Délié(es). Le livre est tellement superbe qu’il fallait que je vous en parle.

Ma rencontre avec cette jeune maison d’éditions est toute récente. C’est encore une fois par l’intermédiaire des lectures érotiques que la rencontre a eu lieu. Je ne le dirais jamais assez mais Merci Lsfradio pour ce cadeau. Je crois que eux comme moi n’aurions pas parié un centime sur les #LEC il y a 1 ans 1/2 mais vu le succès et les retours que vous me faites, et bien j’avoue ne pas être mécontente d’avoir suivi mes pieds sur ce coup là 🙂 Mais bon, trêve de papotage, fin Juillet je reçois un très gentil mail de Marlène Chombart, la directrice des éditions En Délié(es), proposant de me faire découvrir leur première création, le carnet de voyage érotique Oeillades.  

Quinze jours plus tard, je le reçois, j’ouvre et là ! C’est juste sublime ! Vous verrez les photos mais perso … vous verrez les photos.

Les Editions En Délié(es)

editions endelieesMe perdez pas s’il vous plaît, j’ai déjà assez de mal comme ça. Avant de vous montrer les photos du superbe livre que j’ai dans les mains moi … et pas vous, et ouais c’est comme ça la vie c’est injuste 🙂 Allez, je suis sérieuse deux minutes. En Délié(es) n’est pas une maison d’éditions de livres érotiques, c’est un point important. Mais par contre c’est une maison d’éditions qui aime la littérature et qui ose les promouvoir toutes ! Pas de ségrégation, seul compte l’émotion et le voyage. Cerise sur le gâteau, En Délié(es) sont des esthètes, ils aiment les livres et au delà de l’objet livre, ils aiment le livre d’Art.

Alors bien sûr peu importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse. Mais perso, si l’art se retrouve dans les mots et dans la forme, pourquoi se refuser des plaisirs. Le fond et la forme !

L’Association « En Délié(es) » qui est au coeur de la maison d’éditions a décidé de collaborer au vent de fraîcheur qui souffle actuellement sur la littérature. Pour eux le rêve n’est plus simplement dans les mots, il doit prendre corps avec le livre qui les véhicule. Amoureux de l’esthétique, ils redonnent à l’Art littéraire ses lettres de noblesse. L’objet livre disparaît et le livre d’Art émerge. Porteur de sens aussi bien dans son texte que dans sa forme. Superbe idée, au moment où tous les supports se dématérialisent les éditions En Délié(es) nous redonnent envie d’acheter, de tenir dans nos mains leur parution.

L’Art est un voyage, quelque soit cet art – les photos d’Emmanuel Créateur (1) en sont une belle expression – C’est donc tout naturellement qu’ils publient sous forme de carnet de voyage leur premier ouvrage – Oeillades. 

Oeillades, carnet de voyage érotique

Oeillades tout d’abord entre une autrice, Emma Errely, et les dessins d’Anne-Sophie de Bassoff.

Oeillades aussi entre elles deux et notre émoi. Je n’ai pas encore pris le temps de lire les textes mais déjà la forme, les dessins, le graphisme « carnet de voyage » me séduisent. Que dire maintenant du trait d’Anne Sophie de Bassoff. Des courbes, des encres comme je les aime. Je ne sais pas si elle s’en est inspirée mais on retrouve certains traits de Tardi, des ancrages (même si c’est du feutre) à la Comès. Tout reste suggéré, évoqué, comme une nuisette reposant sur un vieux plancher, une demi pénombre porteuse de rêve et d’imaginaire. On peut deviner l’odeur, l’ambiance, mais c’est à nous de faire la suite. J’adore.

Je ne vais pas parler du texte puisque je ne l’ai pas lu, on en reparlera lors d’une #LEC à venir. Mais dans ce que j’ai dans les mains il y a quelque chose de doux, de rond, d’excessivement chaleureux qui se dégage. Comme si vous regardiez à travers une petite fissure du plancher ce qu’il se passe à l’étage en dessous. Il ne faut pas faire de bruit, surtout ne pas bouger. Vous restez là, allongée, lascive, le recueil délicat entre les mains. Il y a un peu quelque chose de sacré dans tout ça.

Quand on est heureux …

C’est un vieux curé (ben oui) qui disait ça avant de faire la quête « Quand on est heureux on est généreux ! ».  Personnellement Oeillades et les éditions En Délié(es) me rendent très heureuse. Déjà une jeune maison d’édition qui ose se lancer, ça me met le sourire. Il faut en avoir du culot pour mettre en avant le papier au moment du tout numérique. En plus ils font un pari, celui de vendre du texte ET du livre, d’unir le fond et la forme, je dis YES ! Tertio ils osent, c’est des fous, ouvrir leur catalogue à TOUS les genres littéraires, y compris, pour Oeillades, à la littérature érotique. Que demandez de plus. Le carnet de voyage érotique Oeillades maintenant … voilà quoi ! C’est la cerise sur le gâteau ! Autant j’ai donné certains livres après les #LEC, autant celui là, les copines, vous pouvez vous brosser pour l’avoir !

Edition Endeliees leur facebook

Voili voilou, le brin de causette est terminé et j’espère qu’on se retrouvera la s’maine prochaine

Les autres #1B2C

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.