Haramiste, derrière les voiles… la Vie #1B2C

Publié le

Haramiste, la vie est plus forte que tout #1B2C

Et oui, encore un Dimanche sur la Terre, une Terre qui gronde, qui bouge comme au Japon, une Terre peuplée de « crétins mous avec des grosses têtes hydrocéphales » – Salvador Dali – qui se tapent dessus pour un oui et pour un « nom » mais aussi une Terre où la Vie l’emporte toujours, où derrière le voile des pudeurs, derrière le voile des croyances, le film Haramiste voit le jour et nous montre qu’envie, bonne volonté, obstination peuvent permettre à un grand petit projet de voir le jour.

Haramiste, 2 jeunes filles, la même envie.

Alors le pitch, pour ceux qui ne connaissent pas encore ce moyen métrage pétillant comme ses actrices, c’est deux filles sur un banc dans une banlieue. Deux soeurs comme tant d’autres, deux filles de banlieue de culture musulmane. Elles portent le Hijab (foulard) comme leurs copines, elles sont emmitouflées dans des grosses doudounes moches (bon en plus à Paris ça caille) comme tant d’autres, elles attendent leur mère devant un franprix quelconque, dans une cité quelconque et comme tous les ados (enfin j’espère) elles se parlent et elles parlent … de cul 🙂

La première scène nous a fait hurler de rire, un petit extrait : 

« Il a des fesses ! J’ai jamais vu un cul bombé comme ça ! Ayaaa ! Je jouerais bien du tamtam sur ses fesses … »

Le décalage est juste énorme, la minotte voilée, emmitouflée, super pas glamour, qui commence à se lâcher dès que les mecs sont partis, on adore !

Je ne vais pas vous raconter la suite mais je vous laisse imaginer ce qui se dit, ce qui se fait quand on oublie nos croyances, nos préjugés, quand on se retrouve entre frangines, ou frangins, le soir dans la chambre pendant que les parents ne sont pas là.

C’est la vie normale, de deux gamines normales, qui se posent des questions que nous nous sommes tous posés.

« C’est comment avec les garçons ? Réponse cinglante : Si tu dis oui t’es une salope, si tu dis non … t’es une salope » 

Comme quoi les questions et les réponses changent pas vraiment, qu’il y ait un voile ou non …

Haramiste, la qualité de la simplicité

On va parler un peu de l’aspect technique aussi. C’est un moyen métrage, fait avec, comme souvent, une équipe technique restreinte. Haramiste est basé sur des plans fixes, ultra réaliste, tourné dans un appartement comme il y en a des millions en France. Le montage est simple, direct, ça pourrait être une faiblesse mais c’est, pour moi, toute la force de Haramiste. On a vraiment l’impression de rentrer dans l’intimité des deux soeurs. Un peu comme si nous étions une peluche, posée là sur une malle. Ca nous permet de nous rapprocher des deux comédiennes et de rendre le tout tangible, vrai et touchant.

En plus les deux filles sont juste excellentes, à certains moments on les sent hésiter, bafouiller, mais ça n’a aucune importance. Leur joie de vivre, d’être là, le naturel qu’elles dégagent transcendent tout.

Haramiste, un bol d’air anti clichés

Franchement on suit Antoine Desrosières presque depuis le début de l’aventure Haramiste. Et lire les commentaires, voir le projet évoluer, voir / lire les projections / débats c’est un vrai bonheur (on attend le passage sur Marseille).

Haramiste c’est un grand bol d’air dans la vision figée des médias, dans la vision stéréotypée et partiale que nous, les petits blancs, avons sur ces « pov » filles. Sur ces gamins de cité (qui ont le droit de cité justement). Illusion pensez-vous ? Cache misère ? Pas vraiment, on bosse Charlie et moi (surtout elle) un peu dans les quartiers et la vision d’Haramiste est assez proche de ce qu’on peut voir.

Des gamines, des minots, qui parlent avec des mots bizarres, qui s’habillent pas forcément avec le meilleur goût (les mecs arrêtez avec le « yogging » jersey version slim c’est affreux) ou selon des règles un peu décalées des nôtres (au passage le voile des bonnes soeurs ou le voile dont les femmes doivent se couvrir dans les églises n’est pas hyper éloigné du Hijab #JDCJDR) mais qui se posent les mêmes questions, ont les mêmes pulsions que nous et se heurtent aux mêmes soucis que nous … la morale 🙂

Et puis au passage vous aurez droit à un super cours sur la fellation, quelques notions supplémentaires sur comment ne pas faire grosse pute (en fait ça c’est mort t’es toujours une grosse pute) et autres pressions ressenties par le groupe auquel on appartient (comme nous en fait).

Haramiste ne fait pas l’impasse sur les problèmes, ne cache rien, juste il prend un autre angle, il enlève la vision dramatique à laquelle nous nous accrochons comme une pucelle s’accroche à son string (ou un curé à son goupillon à défaut d’autre chose …). Haramiste rappelle que derrière un uniforme, quel qu’il soit, il y a des gens, il y a de la vie et que la vie … trouve toujours le chemin 🙂

Voir, retrouver et partager Haramiste :

haramiste dans la chambre

 N’oubliez pas le dimanche à 18h il y a les #ASV de LadyShagass sur twitter 

 

Voilà #1B2C c’est fini « à la s’maine prochaine » donc, prenez soin de vous et bon dimanche 🙂

Les autres #1B2C

delia delphin chant

Un Dauphin nommée Delia, le chant des sirènes

Delia Delphin, mi lionne mi sirène, assurément un chant. Pour ceux qui pourraient avoir envie de croire que je n’aime que la musique bruyante, détrompez vous. La preuve avec Delia. Delia Delphin c’est une copine à moi, un personnage. La nana qui t’envoie un mail de 10 pages sachant pertinemment que tu ne vas pas le lire. C’est une nana, […]

Les slow movie, le monde avant la 3D et la 4G

Les slow movie, le bon vieux temps où on savait filmer Vous connaissez maintenant le slow sexe, grâce à Emma de Paris DeRRière notamment, maintenant on va parler Slow Movie. Vous savez, cette époque maintenant révolue où les plans étaient lents, longs. Cette époque révolue de l’art cinématographique où le réalisateur réfléchissait longuement à sa mise en scène. Comment placer […]

motorhead rose

MotorHead l’âme du rock’n roll … bruyant

MotorHead & Lemmy, les héros de la jeunesse sont mortels Et c’est tant mieux ! Bon la semaine dernière on était sur du smoothie, de la poésie érotique. Cette semaine pour le #1B2C on va revenir à un truc un peu plus bruyant. Lemmy Kilmister et le groupe phare, culte, bruyantissime, à savoir MotorHead. Je ne vais pas vous faire […]

Oeillades, un carnet de voyage plein de charmes

Oeillades, le carnet de voyage érotique Bon c’était l’été, oui car énergétiquement c’est fini depuis un moment, le mojito coulait à flot. La chaleur rendait nos corps tout moites et tout effort rédactionnel presque impossible. Donc plutôt que se prendre la tête on avait un peu mis de côté les #1B2C, les porno et philo aussi. Mais voilà, hier, samedi […]

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.