Les Délices de la Duchesse, les lectures érotiques en mode baroque

Publié le

Les Délices de la Duchesse, de Charles Delygne

On voyage dans le temps cette semaine avec Charles Delygne. Il nous entraîne au pays de Marie-Antoinette, des agneaux sautillants dans les prés, et fait rimer érotisme avec imparfait du subjonctif ! Son livre, Les Délices de la Duchesse, nous emmène dans un univers de cape et d'épée, de gentilshommes, de duchesses et de hussards sensuels. Une lecture érotique en mode clavecin où derrière le baroque du style se cache des scènes ultra torrides qui, je l'avoue, m'ont bien émoustillée.

Charles Delygne nous plonge au début du 19ème siècle pour être précise (Marie Antoinette c'est fin du XVIII, pour les nuls en histoire comme moi). L'époque des guerres napoléoniennes. Alors non, nous ne serons pas plongés au coeur de guerres sanglantes, nous sommes loin du front, dans le château de la belle duchesse d'Escarbagnac, Marie de son prénom.

Le Podcast #LEC

Les délices de la duchesse

 

Candeur et blanches fesses

Marie, fraîchement mariée, découvrant avec candeur les joies de l'amour et du sexe. Hélas, mille fois hélas, sitôt mariée, sitôt séparée de son mari parti rejoindre le front. C'est la guerre, ne l'oublions pas. Lasse, Marie s'ennuie de son mari mais elle reçoit une lettre de son cher Flavien lui apprenant que son époux est sur le retour, le temps d'une permission. Ô joie, ô félicité, enfin elle va retrouver son aimé !

Mais avant lui c'est son ami le marquis de Ligne qui se présente au château. Et là, le désir et la séduction font leur oeuvre. Elle est seule depuis de longs mois, lui n'a pas vu de femme d'une telle beauté depuis tout aussi longtemps.

Malgré les résistances de chacun, car elle aime son mari, il aime son ami et ne veut point le trahir, malgré tout cela, leurs corps ont raison d'eux, laissant parler le désir ! Et là, patatras ! Comme dans un bon vaudeville, le mari débarque, à un moment on ne peut plus explicite ! Mais là où l'auteur est malin, c'est qu'au lieu que cette histoire finisse mal, mari trompé, quitté, pleurs etc ... Et bien le mari a l'intelligence de pardonner, mais surtout ... il va même se joindre à la fête !

Un vaudeville érotique

Les Délices de la Duchesse emprunte les mêmes codes qu'un vaudeville mais les retourne au dernier moment.

Car au delà des parties de jambes en l'air, au demeurant superbement bien écrites, cette histoire parle d'une jeune femme, sage, docile, une bonne épouse, qui découvre ses désirs, ses pulsions. Candide, elle est sans honte ni culpabilité.

De plus il y a autour d'elle des gens intelligents qui, plutôt que de la rabaisser, l'aident au contraire à exprimer la nature profonde de son désir. C'est donc l'histoire d'un désir féminin puissant, terriblement gourmand, qui s'éveille. D'ailleurs, une fois son mari et son amant parti, le livre continue, et Marie trouve d'autres moyens de s'amuser mais ça il vous faudra le lire ...

lecture erotique

Petit extrait :

"Sous la main de Charles la poitrine de la jeune duchesse se tendit. Ses pointes durcirent comme pour mieux s'offrir à la caresse. Sa bouche toujours scellée à celle du Marquis, Marie perdait peu à peu le sens des réalités.

Souples, amples et fermes, ses seins semblaient s"adapter de la meilleure façon à tout ce qu'entreprenait leur explorateur. Lorsque la paume de Charles les saisissait par le bas et caressait leur ampleur, ils se coulaient dans sa main. Quand, au contraire, il agaçait leur pointe jusqu'à la douleur, la Duchesse n'en montrait aucune gêne et ses baisers se faisaient même plus ardents. C'est le moment que choisit Charles pour mordre la lèvre inférieure de Marie.

En réponse à sa morsure elle s'empara de la langue de ce dernier pour la suçoter longuement de même quelle en aurait fait sur sa verge quelle imaginait bien tendue sous l'uniforme de hussard.

Charles fut le plus agréablement surpris par la soudaine réaction de la jeune Duchesse. Elle s'était emparée de sa langue et l'aspirait à présent dans sa propre bouche. La langue de Charles se laissait conduire et aspirer. Il ne fut pas déçu qu'elle prît, pour la première fois, une initiative de cet ordre, mais se demanda dans le même temps quelle pouvait être l'expérience de la Duchesse des choses de l'amour."

L’érotisme au subjonctif

Perso je me suis régalée à lire ce livre. Alors déjà, Charles Delygne a gagné son pari : faire rimer érotisme avec imparfait du subjonctif. Et haut la main qui plus est ! Point de chatte, de bite et autres expressions fleuries. Le langage est précieux, travaillé, les personnages se vouvoient, parlent comme des gentilshommes et des duchesses.

Et pourtant, l'érotisme est là, il fait naître sans nul doute l'excitation au fur et à mesure des pages. J'ai adoré le début, la montée du désir entre le marquis de Ligne et Marie, tout en retenue, car personne n'ose, personne ne veut mais malgré tout les corps parlent et le désir les pousse au delà des convenances. Et puis, le langage est précieux mais les personnages ne le sont point. Ils n'ont pas froid aux yeux, et quand je vous parle d'un éveil du désir, quel éveil !

C'est pas le mollasson éveil de la force du dernier star wars qui a oublié de boire un café et de prendre une douche. Ça se suce, se lèche, s'embrasse à pleine bouche, se doigte, de partout, et moi ça m'a donné chaud !

Merci encore à Charles pour sa confiance, et ça a vraiment été un bonheur de le lire, et de vous le lire. A très vite et prenez soin de vous, amoureux de la littérature ! Erotique ou non d'ailleurs.

Réagis & Follow

Réagis sur Twitter avec le #LEC

et bien sûr si tu as aimé ... Re tweet, partage, like, la vie quoi 

Les #LEC ont vues le jour grâce à LSFradio.

Seul média en France à consacrer 1 heure chaque semaine uniquement à la littérature érotique.

Toutes les lectures érotiques en podcast

Si tu ne sais pas ce qu'est l'Hysterical litterature ... follow me

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.