BxN, bondage records et autres

Publié le

BxN et autres folklores de la zone mondiale

On reste dans du #ToutàFond style ce dimanche. Au départ je voulais vous faire une belle chronique sur l’Euskadi, le Pays des Basques, un truc lyrique mais paf  ! Au réveil ce matin j’avais une grosse grosse envie de vous parler de mes premiers amours musicaux. C’est pas Leo Ferré ou Trust mais le groupe mythique de la zone mondiale, BxN, les Bérus. Je sais on vit dans un monde ou la douceur, la « belle vie », le smoothie et la faux culterie sont triomphant mais en moi un petit dragon sommeille toujours. C’est pas fin, c’est pas calme, c’est juste l’énergie brute du désespoir. Ce cri que j’espère encore présent chez certain d’entre nous.

Nota : comme c’est MA rubrique et que la miss est en livecam il y a pleiiiiin de fautes d’ortografs mais j’ai confiance en vous vous ne vous arrêtez pas à ces quelques détails 🙂

Les BxN c’est pas confortable

Les Béruriers noirs est un groupe noir, très noir même ! Les concessions ? Ils ont dû arraché la page du dico ! C’est bruyant, c’est lourd, c’est pas le tube de l’été. BxN pour moi c’est le symbole de ma soif de liberté, une troupe ou personne n’est plus en avant qu’un autre, ou tout le monde saute les uns sur les autres en un pogo orgiaque et bienveillant (si si je vous assure). BxN c’est les moments ou contre vents et marées tu te relèves quoi qu’il se passe, quoi qu’on te dise. C’est face à un ogre ne pas courber l’échine. C’est Gandalf face au Balrog dans les mines de la Noria « You shall not pass ! »

Alors ami.e.s à l’audition sensible, à l’âme pure et svelte comme un yaourt 0% de matière grasse je te recommande chaudement de te signer 12 fois, d’allumer 24 batons d’encens et de prier la force des bisounours car chez les Bérus, pour les intimes BxN, le gras c’est la vie, l’encens il se fume et le seul signe de croix ressemble plus à un fuck qu’à autre chose.

Non j’exagère ça c’est juste les apparences, c’est juste le masque que le duo / trio / quarto veut nous jeter à la figure. En fait derrière c’est une grande gentillesse et un encore plus grand désarroi. Mais les hommes sont ainsi fait que des fois au lieu de pleurer ils hurlent.

Pour vous faire court et vous présentez le son des BxN qui m’accompagne depuis, merde, 30 ans déjà voilà le décor :

On est a l’époque punk ou post-punk, les années 80. Papy Mitte va prendre le pouvoir, le bon peuple de gauche croit le grand changement à porté de main et notre encu..é de kermitte favori (un jour on en parlera de lui) nous passe une belle vaseline avec le gouvernement Mauroy 2. C’est l’époque de la simca 1100 des 4L et des sous pull 100% pétrole qui même si t’as pas envie te font la crête obligatoire. Le bon vieux temps en gros. Les Béruriers existent déjà depuis un petit moment, ils sont la version béta de ceux qui vont devenir Les Berus, BxN.

L’aventure Bérurière commence donc par un décès… le leur 🙂

Les Béruriers noirs, BxN, rendent hommage à leur deux fondateurs Olaf (futur Ludwig von 88) et Pierrot qui doivent se retirer pour cause d’incompatibilité d’humeur avec la nation (déserteur et plus si affinité).

Les béruriers (olaf et pierrot) laissent la place au Béruriers Noirs (noirs de nos peines) en signe de deuil. Dans un concert d’adieu Loran (guitare mono note saturée), un « cheval fou en galère » (Ludwig) qui explose dans le groupe punk apocalyptique Guernica (festif quoi) et François qui étudie au centre des beaux arts la culture Vietnamienne … et l’horreur silencieuse. De joyeux drilles donc. Le concert se veut une fin, il sera le début d’une aventure faites de sang, de sueur, de larmes et d’énormément de bières (en tout cas dans le public) et de pogo.

Une (trop) petite sélection BxN spirit

Des morceaux pour moi mythiques, à chanter à tue tête, dés le réveil. Ils m’ont accompagnés, donnés la force de me lever et de me relever très (trop) souvent. C’est des marches, des larmes, des cris il y en a plein que j’aimerais mettre mais bon il parait que vivre c’est choisir … donc je vais me limiter à 6. Spéciale dédicace au.x con.s qui ont écris Lobotomie qui restera pour moi mon moteur absolu (ancien interné HP à 7 ans, voui ok ca explique peut être des trucs)

La Makhnovtchina

Hommage à la société libertaire ayant prospéré en 1917 en Ukraine et qui fut massacré part les Rouges (Lenine) et les Blancs (Tsaristes et Capitalistes). Quelle différence y a t il entre un char de droite et un char de gauche ?

Johnny revient d’la guerre

La vie est belle, les oiseaux chantent … oh du napalm, des gaz moutardes (futur Roundup) cool ca va faire propre on passera moins le balais après … #FuckingAsshole qui veulent faire la guerre au nom d’un dieu ou d’une idée. Faire la guerre c’est VIVRE. C’est la meilleure manière de lutter que vous ayez.

Lobotomie papa !

Horreur, Malheur, vous ne savez pas ce qui ce passe en HP. Ne cherchez jamais à savoir. Vous n’en croiriez pas vos oreilles. Car les Prisons, HP et autres IME c’est avant tout des bruits, des odeurs et la peur, surtout la peur. Un lieu d’ou on ne s’évade pas (Trust).

Porcherie !

Le Morceau de maître ! Il a servi à fifrelin, la peur et la bêtise triomphe en sourdine, le borgne et la schtroumpfette hargneuse ont déjà gagné puisque maintenant leur point de vue est devenu la norme … Bon on c’est bien marré quand même et je me pète encore bien la voix dessus. Salut à toi ami.e.s réfugié.e.s hors espace Shengen … la solidarité #MadeInFrance 🙂 comme chantait OTH « c’est à mourir de rire ».

NADA – la cassette

Ca comment dire que c’est LA cassette (vous expliquerez aux jeunes) qui ne me quittait pas, un petit coup de blues pof NADA ! Tout était déjà dit. Un son de pur porc, incisif, sans compromis. C’est radical, ça me fout les poils et c’est une belle version de « Il n’y a plus rien » de Ferré non ?

Impératif écouter le dernier morceau (7 min et quelques)

Vivre libre ou mourir

Voilà c’est fini, maintenant les BxN sont ici, sont partout pourvu qu’on les laisse exister. Ils voulaient peut être changer le monde, ils ont au moins réussi à faire passer leur souffle à faire des concerts justes mémorables (et j’en ai bouffé du concert). Ils nous ont montrés qu’on pouvait ouvrir les vannes, qu’on pouvait vivre libre ou mourir et que définitivement l’essence de l’humain est d’aller vers l’infini et au delà – Buzz l’éclair

Les BxN meurent et ressuscitent à nouveau

La blague Béruriére prendra fin, pour moi, dans un mythique concert dont j’ai offert la place à un ami (#JeSuis1GrosCon) en novembre 1989 à l’Olympia. Novembre 89 le moment ou le mur de Berlin tombait … On rêvait d’une Terre ronde, ouverte ou l’amour serait roi (Brel) on rêvait … c’est sympa les rêves 🙂 #Noir

Il y a eu des « re-déformations », il y en a eu. Mais perso les BxN sont mort une deuxième fois en novembre 89 pour encore une fois ressusciter cette fois ci en nous tous. En tout cas dans ceux qui aiment leur rêve, qui gentiment, doucement, comme une 5éme colonne essayent de mettre le vers dans le fruit sulfaté, engraissé et pas bio pour un sous qu’est notre société.

Aimez les BxN en 2016 pourkoi ?

On est en 2016, j’avoue avoir autant de plaisir à entendre au détour d’une rue un morceau des BxN. Un refrain, un riff qui passe en sourdine, tapis dans l’ombre, comme si c’était un peu honteux, comme une branlette inavouable de notre jeunesse éternelle. Celle d’une bande de bisounours super hargneux qui voulait nous faire peur « avec du rock de la fumée des guitares électrifiées » (Les Garçons Bouchés) et des masques de clown « zinzin ».

On nous fait croire que l’Art change le monde … Soit on s’est frappé 40.000 ans d’artistes de merde, vu l’état d’évolution actuel, soit c’est pas forcément vrai. Je vais opter pour la deuxième solution. Pour certains les BxN c’est pas de l’art mais du lard je suis quasi sur que ca leur ferait plaisir 🙂 Mais si l’art c’est d’émouvoir, de générer des émotions, de la réflexion, des sentiments. Si l’Art c’est faire vibrer en nous quelque chose alors bordel de foutre dieu :

« Les Béruriers sont les rois » !

C’est de la musique, ou du son, comme on en fait plus. J’espère que certains oserons écouter. Que les vieux oseront se réapproprier leur jeunesse et relever en eux ce qui est encore beau et vivant. Les Bérus pour moi ce n’est qu’un cri, une parcelle de mon humanité qui accompagne les Floyd, Vaughan, Johnny Cash, Magic Cirqus, Trust, Bach (père) et autres Ferré. C’est mes 15/21 ans qui me secoue encore qui font que j’accepte de vivre avec une camgirl. Une musique plus forte que mon conditionnement. C’est le son qui m’a toujours empêché d’être dans le fauteuil roulant qu’on m’avait attribué. C’est Dédé (leur fameuse boite à rythme) qui me pousse au cul quand rien ne va plus et qui ne s’arrête jamais.

Comme la semaine dernière mais avec un peu plus d’émotions merci Loran, François, Masto, Helno et les autres Apaches qui arpentent les rues d’ici ou d’ailleurs et font résonner ce cri jusqu’à fresnes et les prisons bien plus sécuritaires cachées en nous même :

Vivre libre ou mourir !

Renaud

Les Béruriers noirs, BxN, en bref  :

Loran (guitare nucleaire) déverrouille avec brio la musique bretonne et nos oreilles dans les ramoneurs de Menhirs en compagnie de la petite fille d’une des soeurs Goadek (pour moi des stars absolues).

François est devenu chercheur aux CNRS, spécialiste de la culture Vietnamienne. Il est aussi auteur de trois écrits sur l’esclavagisme, l’échec de la « troisième voie » au Vietnam et autres

Dédé doit reposer peinarde dans une boite quelque part dans le grand S.A.V intersidéral et puis on s’en fout c’est une boite à rythme 😉

et les 10 autres (ils ont fini à 13, dont les Titis fabuleuses) ben j’en sais rien 🙂 – en même temps je suis pas les RG

Studio

  • 1983 : Nada (aussi en 84 / 85)
  • 1984 : Macadam massacre 
  • 1985 : Concerto pour détraqués 
  • 1987 : Abracadaboum
  • 1988 : Vietnam Laôs Cambodge
  • 1989 : Souvent fauché, toujours marteau 
  • 2006 : Invisible 
Live : 

  • 1990 : Viva Bertaga 
  • 1995 : Carnaval des agités 
  • 1998 : La Bataille de Pali-Kao 
  • 2003 : Même pas mort
  • 2005 : L’Opéra des loups + Chants des meutes

Je dois en oublier mais l’essentiel est là

Voili voilou, le brin de causette est terminé, à la s’maine prochaine

Les autres #1B2C

Lien et autres :

  • Le site des Béruriers Noirs : beruriernoir.fr
  • Quelques autres groupes marquant, j’en oublie, de la zone mondiale de france : Ludwig von 88 – Les Garçons Bouchés (futur Pigalle) – O.T.H. – Les Rats – les VRP / Nonnes Troppo – Les Satellites – Parabellum (j’ai failli les oublier) – Les Sherifs – Happy Drivers et tant d’autres
  • La fameuse scène de Gandalf

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.