BD adulte, Tournage amateur, par Ardem

Publié le Publié dans News de Charlie Folies

BD adulte : bienvenue dans les joies de l'amateurisme

Je ne me doutais pas en commençant cette chronique sur la BD adulte que j'allais me retrouver dans un monde aussi cru, cruel et encore moins avoir autant de sujets de réflexion. Je ne connais que très mal le monde de la BD adulte. Je suis pornophile depuis 30 ans mais j'avoue que niveau BD, je suis plus sur les grands classiques. Les frères Schuitten, Jimenez, Bilal, Tardi, Loisel, Comes, oh oui Comes, et autres Giraud, Franquin and co.

Pour moi la BD adulte s’arrêtait à Manara, Serpieri et Varenne. J'admirais les traits parfaits, lisais avec délectation les aventures, légères, de sulfureuses nymphettes mais je m’arrêtais au trait, à la et aux formes. Faire une chronique, essayer de donner mon point de vue sur une BD en sortant de simplement raconter le pitch et dire "elles sont trop bonnasses", ce que vous trouvez à peu près partout, m'oblige à creuser un peu et j'apprécie.

Cette semaine, j’ausculte une BD adulte écrite et dessinée par Ardem, un des piliers de la BD érotique actuelle. La Musardine m'a gentiment envoyé pour la chronique "Tournage amateur". Cool, ça je connais un peu.  

Tournage amateur, le pitch

Nous retrouvons une héroïne de Ardem, Justine, jeune actrice porno à la poitrine opulente et au visage entre angélisme et gourmandise. En gros, le must pour faire un film porno.  Bon Justine a déjà fait quelques films, où elle a crevé l'écran. Elle gère son activité, refusant les sollicitations, nombreuses, des pseudo prod. d'amateurs. Mais une des ces propositions l'emmène, tous frais payés, sur les plages paradisiaques des tropiques. Comment résister ! 

Une fois sur place elle tombe sur un réal qui est l'incarnation du gros con de mâle et malheureusement du gros con de réal, et pas que dans les films de cul. En plus de se prendre pour un Grand, et gros, zartiste, il est aussi le producteur. Il détient donc tous les pouvoirs... C'est jamais bon ce genre de truc.

Entouré par une bite énorme nommé Maurice et un couple de merde qui n'a d'autre intérêt que de permettre à Justine de rencontrer Aurélie. Qui au départ est plus que coincée. Elle n'est là que pour faire plaisir à son crétin de mec mais au final, Aurélie se révélera être une fan de la sodomie et deviendra ... ben ça vous le lirez par vous même.

Tournage Amateur, mon avis

Alors niveau dessin, c'est important en BD et en BD adulte je dirais même essentiel. Ardem a un trait assez personnel, on est sur du sobre, presque du travail à l'encre et à la plume. Un dessin très réaliste, qui laisse suinter la cyprine et la vie. Les personnages ne sont pas lissés, les seins sont lourds, les bites flasques et les bides proéminents. Bon bien sûr les deux héroïnes, Justine et Aurélie, ont le charme de leurs 20 ans. Pour ce qui est du "Maestro" et de l'avide "Momo", ils ont la laideur de leur stupidité. Des vrais têtes de gland. Voilà, pour les détails vous avez les images à côté.

Le scénario maintenant. C'est pour moi le point fort de cette BD adulte. J'en dirais un peu plus dans la partie Philo, mais malgré une trame simple, Ardem utilise son scénario pour aller un petit peu plus loin que de simples scènes de cul. En tout cas moi ça m'a amené un peu plus loin. Les personnages sont hélas à la hauteur de ce que perso j'ai pu rencontré. Pas mal de gros cons, des filles plus ou moins soumises et dociles que les crétins autour d'elles croient domestiquer et dont ils pensent pouvoir disposer comme de vulgaires objets. 

 

Big Up @

la musardine osez

La Musardine

La Musardine générateur de fantasmes. La Musardine c’est  l’éditeur indépendant number one. On peut y acheter l’intégralité des œuvres éditées par la Musardine mais aussi des romans, essais, BD, livres de photos ou d’art publiés par d’autres éditeurs, bref la production livresque érotique dans toute sa diversité… Avec en bonus, une sélection de DVD coquins pour satisfaire les plus insatiables.

Et BD Adultes qui a intercédé en ma faveur pour que cette chronique voit le jour

La bédé version philo

C'est le passage : "réfléchir avec la bite à la main c'est pas facile mais on peut le faire". Une grande partie de cette BD adulte m'a dérangé. Il y est question d'abus, d'humiliation, de pseudo consentement et de pulsions morbides transposées sur le sexe. En gros tout ce que je déteste et où j'exerce ma vigilance. Je ne me leurre pas beaucoup sur les deux hémisphères qui occupent mon cerveau du bas, je suis un pillard, violeur et saccageur comme tout homme moyen. Je suis doté d'une bite certes mais aussi d'un corps. J'ai aussi des bras pour embrasser, des mains pour caresser, et offrir des fleurs des fois, une bouche pour exprimer et ...  un cerveau pour harmoniser un peu tout ça.

Dans une grande partie de la BD "Tournage Amateur", les mecs présents ont juste oublié, ou pire, refusé de prendre en considération l'autre être humain en face d'eux. Ils partent du principe que si elles sont là c'est pour en prendre plein le fion. Ce qui n'est pas faux, les personnages féminins de la BD sont très, très, très gourmands, vous verrez ce que je veux dire. Mais est-ce obligé, parce que "elles aiment ça" de les traiter comme de la viande ? Pour connaître un tout petit peu les tournage pro ou semi pro, il en va de même avec tous les acteurs hommes et femmes. 

J'aime bien les mots crus mais pas traiter les gens comme de la merde. J'aime bien une bonne fessée mais pas la violence gratuite et encore moins la violence qui émane de ce qui est trop fréquent "Je suis au dessus de toi donc rampe et lèche moi les pompes chien.ne !" 

Je vais citer Brel "Il faut mourir, d'accord, mais y a la manière" Et bien là c'est pareil, il faut tourner, baiser, sucer mais bordel un peu de finesse n'a jamais tué personne.

Dernier truc : Méfiez vous des amateurs, surtout dans le cul. Acteur / Actrice X / Real. c'est un VRAI métier et je suis sur que 80% d'entre vous n'imaginent même pas 1/10 des dessous d'un film. Après libre à vous d'aimer la merde actuelle mais ne pleurez pas quand vous devrez payer le prix ...

Tournage Amateur : The E.N.D. *

Quand on est con on est con ! Sous couvert d'une production semi pro, et pas que dans le cinéma X, ni même que dans le cinéma, on peut, du moment qu'on paye, exiger de l'autre le beurre, l'argent du beurre, le cul de la crémière et une pipe faite par la voisine. En plus pour pousser le bouchon un peu plus loin, la scène se passe sous les tropiques. L'eden pour tout occidental, moi y compris, et l'enfer pour les locaux. L'équipe de tournage se comporte, c'est insidieux, comme des bons touristes du club Med version bronzés.

Ardem, je ne sais pas si c'est son intention, vous enlève toute envie de tourner dans un porno "just 4 fun" où les acteurs ne sont pas clairement consentants. La première partie c'est du J& M version BD. Par contre la seconde partie, quand 3 inconnus débarquent en même temps, que le consentement est profond et sincère, devient bien plus trash mais curieusement bien plus excitante. La fin est juste parfaite pour ma morale personnelle.

Reste juste cette remarque : Les mecs, arrêtez de croire que vous êtes les meilleurs et arrêtez de voir les meufs comme de dociles esclaves qui sont là soit pour vous pomper soit pour vous emmerder si elles ne sont pas d'accord. Et une femme, comme un homme d’ailleurs, c'est comme les fraises ... c'est super bon (et chaud) quand on lui fout la paix. Voilà, au passage clin d'oeil à Kaamelott et aux tartes de Dame Séli.

 

Commenter

Laisse ton avis pour enrichir cet article

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.