erotisme

Ballade avec Miss Kat #LIC

Publié le Publié dans #LIC les interviews

Les interviews indiscrets de Charlie : Ballade parisienne avec Miss kat

Charlie la ptite curieuse continue de poser ses questions indiscrètes pour vous faire découvrir un peu mieux des personnes attachantes, atypiques, marquantes, des êtres humains quoi, que j’ai rencontré ou pas, et que j’ai envie de  vous faire connaître.

Aujourd’hui c’est Miss Kat, auteur érotique que j’ai lu plusieurs fois pendant la saison précédente des #LEC que je vous fais découvrir.
Miss Kat, c’est un ptit bout de femme, mélange de douceur et d’espièglerie, un ptit côté femme enfant, un pied sur terre, l’autre pied et sa tête dans la lune ou peut-être à sa table de travail nous préparant une douceur érotique et littéraire. Alors que se passe-t-il quand deux rêveuse se rencontrent … Et bien elles se croise en se loupant 🙂

Ballade parisienne avec Miss Kat auteur érotique

Comment font deux petits oiseaux têtes en l’air pour se rencontrer ? Et bien elles se donnent rendez vous à la sortie d’un métro, facile hein ! Oui mais non, car bien sûr le métro à deux sorties différentes, alors hop on va empoigner notre téléphone et s’appeler ! Oui mais non, car bien sûr aucune des deux n’a pensé à prendre le téléphone de l’autre alors on communique par twitter 🙂 on est fans des solutions compliquées 🙂

« Je remonte vers république – Ok moi je descend vers Oberkampf, on se retrouve au milieu »

Cool, j’empoigne mon chéri, elle empoigne le sien, on allait enfin pouvoir se voir … Nous arrivons à République, pas de Miss Kat. Bon en même temps, je ne connais pas son visage … J’avais pas pensé à ça moi, mais elle doit connaitre le mien … SOS Twitter « Tu es où ? – On est au niveau d’Oberkampf – Lol on s’est croisées sans se voir … » Renaud est mort de rire, visiblement très cynique face à une si belle organisation. Allez, en route pour un auto guidage via Twitter. Je vous le conseille, c’est un jeu très rigolo. Et enfin, un couple nous fait un grand coucou. Miss Kat et son chéri étaient là, grand sourire aux lèvres.

Coucou Miss Kat, on se trouve un coin pour manger un bout ?

Et oui, comme souvent les amoureux des bonnes choses horizontales aiment les bonnes choses dans l’assiette et dans le verre 🙂 Alors la ballade a repris à 4 cette fois ci 🙂 nous n’avons pas tardé à trouver une bonne brasserie ensoleillée, belle et généreuse, à l’image de Miss Kat. L’interview coquin allait enfin pouvoir commencer :
photo erotique charlie

Charlie F : La question classique : Comment t’est venue l’envie d’écrire, et notamment de la littérature érotique.
Bon, en gros, peux-tu nous en dire un peu plus sur ton parcours.

Miss Kat : Je pourrais dire, comme beaucoup d’auteurs, que j’ai toujours écrit. Ca fait intello, classe. Mais ça ne serait que partiellement vrai : ado, j’ai essayé à de nombreuses reprises de tenir un journal intime par exemple, sans jamais y arriver : j’étais incapable de m’astreindre à une quelconque régularité, surtout quand je n’avais rien à dire.

Miss Kat :  Ce qui est vrai par contre, c’est que j’ai toujours eu des tas d’histoires dans la tête.

Je n’ai pas toujours su comment les mettre en mot, mais elles ont toujours été là.

J’ai découvert la littérature érotique en allant à la bibliothèque municipale, presque par hasard. C’était l’intégrale des textes de Pierre Louys. Autant dire que je n’ai pas commencé « fade » bien au contraire ! Ca m’a beaucoup plu. J’ai trouvé l’écriture sur le corps très excitante, même (surtout !) les descriptions les plus crues, qui si elles m’ont parues choquantes parfois, m’ont très vite émoustillée. J’ai continué ma culture érotique avec d’autres auteurs plus contemporains. Régine Deforges notamment a été un vrai coup de cœur. J’irai même jusqu’à dire qu’elle a été mon modèle quand j’ai commencé à écrire : enfin une femme qui disait le sexe, le désir, le plaisir, sans mièvrerie ni périphrase ! C’était beau et excitant à la fois. Tout ce que j’aime !

Mon parcours éditorial a commencé à la Musardine grâce à la collection Osez 20 histoires. J’ai proposé une première nouvelle qui a été retenue. Le début d’une belle aventure qui continue aujourd’hui.

Charlie F : Quelle place a le plaisir dans ta vie quotidienne et, puisque tu es auteur de littérature érotique, quelle est la place des plaisirs sexuels dans ta vie.

Miss Kat : Le plaisir est primordial dans ma vie et c’est surtout une recherche permanente. Même si je sais qu’on ne peut pas vivre que de plaisir (et c’est bien dommage !), je n’aime pas le conflit.

Miss Kat : Je fuis tout ce qui pourrait en être la cause et donc gâcher un moment de plaisir.

Pour définir la place des plaisirs sexuels, je dirai ceci : on dit que celui qui aime baiser aime manger : c’est très vrai chez moi ! Je suis une grande gourmande…

Charlie F : Pour toi quelle différence y a t-il entre pornographie et érotisme ? (la frontière semble parfois mince)

Miss Kat : « La pornographie, c’est l’érotisme des autres » disait André Breton. Cela me fait dire qu’il ‘n’y a pas l’érotisme d’une part, et la pornographie de l’autre. Une nouvelle érotique pour les uns passera pour carrément porno pour d’autres. Les mêmes mots évoqueront des images plus ou moins crues, plus ou moins obscènes selon la personne qui les lit.

J’ai lu aussi que la pornographie était moins excitante que l’érotisme car elle ne laissait aucune place à l’imagination, tandis que l’érotisme suggère sans tout dévoiler… Pour moi, les deux sont excitants. Tout dépend de ce qu’on recherche. La pornographie donne à voir ce que l’érotisme suggère.

Miss Kat : Cela n’empêche pas certains films pornographiques d’être très esthétiques et certains films érotiques d’être chiants comme un documentaire animalier.

Charlie F : Beaucoup d’auteurs se servent soit de la documentation, soit de l’observation, soit de l’expérimentation avant de le transposer dans leurs textes.
Peux-tu nous dire la place qu’occupe chacun de ces supports dans ton processus créatif ?

Miss Kat : J’ai considéré 50 nuances de Grey comme un support documentaire pour écrire de la romance érotique. C’était d’ailleurs la seule façon pour moi d’aller jusqu’au bout ! Plus sérieusement, il m’arrive de regarder des vidéos pornos pour me donner des idées… Ou pour trouver l’inspiration. Une pointe d’excitation peut m’aider à « sortir » un texte.

Pour ce qui est de l’expérimentation, je n’ai jamais vécu quelque chose en me disant « il faut que je le fasse pour pouvoir l’écrire après » et ça ne me viendrait pas à l’idée ! En choisissant d’écrire de l’érotisme, je choisis d’écrire sur du ressenti personnel. Pour moi, ça ne se commande pas. Par contre, les mots viennent plus facilement quand j’écris sur des expériences que j’ai réellement vécues. Donc si une situation me parait particulièrement excitante, elle se retrouvera sans doute dans un texte, sous une forme ou une autre.

Charlie F : Tu connais sûrement le dicton « tous les fantasmes ne sont pas bons à réaliser » Qu’en penses-tu ?
Est-ce que l’écriture t’a déjà permis d’assouvir certains fantasmes ou au contraire, t’a t-elle fait découvrir des pulsions dont tu n’étais pas consciente avant ?

Miss Kat : Non, l’écriture ne m’a encore jamais permis d’assouvir certains fantasmes. J’espère que ça viendra ! La lecture m’en a fait découvrir beaucoup, que j’ai eu envie de vivre par la suite. Je pense que tous les fantasmes entre adultes consentants sont bons à réaliser… S’ils sont vécus dans la bonne humeur et la confiance.

Charlie F : Dans « Les Amoureux Libertins » notamment, mais dans les autres textes aussi, j’ai ressenti énormément de tendresse de ta part pour les personnages.
Comment les considères-tu et quelle place ont-ils dans ta vie ?

Miss Kat : Quand un personnage commence à exister, il devient un ami. La relation entre lui et moi dure jusqu’à la fin de l’écriture du texte. Elle peut être très brève mais elle est toujours très intense. C’est le cas de Nina dans Une fille bien. Ce texte est sorti d’une seule traite, je l’ai seulement corrigé et très peu remanié par la suite. Pourtant (ou peut-être à cause de cela) je me sens très proche de mon héroïne. Les Amoureux Libertins est un projet qui a duré beaucoup plus longtemps.

Miss Kat :  J’ai créé et appris à connaitre chaque personnage.

Bien souvent, j’estime que j’ai réussi à créer un personnage crédible quand j’ai l’impression de n’être qu’un moyen pour eux de s’exprimer. A l’inverse, ils me servent souvent de messagers. En un sens, ils sont plus courageux que moi !

Charlie F : Alors, Miss Kat en train d’écrire c’est plutôt Hemingway, avec whisky, cigare, pêche et bagatelle, Sagan en mode citadine, entre tranquillisants et amphétamines dans des bars bruyants en ville ou le Dalai Lama, ultra zen attitude, détachement total, lévitation et thé au beurre de yak ?

Miss Kat : Sagan sans les amphéts et avec un chat sur les genoux. Je suis une calme, mais je peux écrire n’importe où. J’adore écrire dans les cafés parisiens.

Miss Kat : Tu connais la chanson « Tout était dit » de JJ Goldman ? Ben c’est moi.

Je suis dans ma bulle, le bruit ne me dérange pas, au contraire. Quand je lève le nez, j’amie écouter et regarder ce qui se passe autour de moi.

Charlie F : Comment ton entourage vit-il ton choix d’être auteur érotique ?

Miss Kat : Mon homme en est très fier. Il en parle presque plus que moi ! Comme j’écris de la romance sous un autre pseudo, cela me permet de parler écriture à la famille sans mentionner l’érotisme. Mais entre Facebook qui m’a « obligée » à faire de « Miss Kat auteure » une page et non un compte et Twitter sur lequel je relaie aussi bien des photos hot que des opinions politiques, je pense que personne n’est dupe. Je reste discrète sur le sujet la plupart du temps.

Charlie F : A ton avis, les Hommes et les Femmes sont-ils égaux ?
Sont ils dans la création et sont-ils égaux face au plaisir sexuel ?

Miss Kat : Non, les hommes et les femmes ne sont pas égaux. Par contre, ils sont complémentaires,

dans la création comme dans le plaisir. Un orgasme égoïste ne sera jamais totalement satisfaisant. Je ne suis pleinement comblée que si j’ai pris du plaisir et que mon partenaire en a pris au moins autant que moi.

Charlie F : Ma question fétiche : Pour toi, un monde idéal ça serait quoi ?

sensuelle cigaretteMiss Kat : Un monde où chacun vivrait libre de se sentir lui-même sans peur des discriminations. Un monde sans argent aussi, qui ferait la part belle à la solidarité entre les gens.

Pour finir cet interview de Miss Kat, je la résumerai par un fruit, oui pourquoi pas un fruit

Miss Kat c’est un fruit d’été plein de soleil,

de saveur, un belle tomate, qui rougit de ses envies, nous gorge de fraîcheur et de saveur, nous fait rêver de vacances estivales en hiver et nous rafraîchit d’ambiance parfois lourde en été. Miss Kat un auteur, un auteur érotique, une femme qui vibre, chante et danse pour que nos vies soient toujours un peu plus belle alors juste MERCI à toi de nous faire partager ses mots si doux, tes songes et tes envies.

Vous pouvez retrouver les actualités, les textes érotiques de Miss Kat sur son site miss-kat.com ou sur twitter @MissKat_auteur

auteur erotique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.